RSS

« Environnement vertical ». Cirque aérien. Conception, Chorégraphie Fabrice Guillot. Composition musicale Jefferson Lembeye. Avec Nathalie Tedesco, Fanny Gombert. Par la « Compagnie Retouramont ». Dans le cadre de la « Fête des Guides ». (Chamonix, 11-08-2018, 19h00) ++

Une ascension en perpétuel mouvement
Comme un pendule qui revisite le temps.
Les corps s’élancent dans un vide contrôlé.
Deux générations de femmes vont convoler
Avec le mur qui les attire et les repousse,
Se lovant dans la paroi, en spirales douces.

Les passes s’enchaînent en elliptiques défis
Du signe géométrique de l’infini.
Figures du yin du yang de l’espace
Dans la recherche sinueuse de leur place,
Elles tournent et c’est nous qui avons le tournis.

Série de sauts dans l’a-pesanteur élastique
Qui procurent des sensations énergétiques.
« Une lutte s’installe, ludique et combative »
« Entre les corps, le vide et l’architecture » vive.
« Réinterpréter le granit de l’habitat »
Par le contact de la main et de chaque pas.

Elles lui insufflent une autre vie qui prend sens.
Le monument fait peau neuve dans sa naissance
Offerte au regard du public qui le découvre
Dans une nouvelle perception qui entrouvre
Une façon différente de voir la ville
Grâce à l’évolution de ces artistes habiles.

Baudrier et corde ne sont plus une entrave
A la liberté, mais aident à l’élan qui brave
L’escalade de la façade verticale …
De la mairie, en leur démarche originale.
Pour seul support, une création musicale
Qui leur met la tête joliment à l’envers
Dans leur costume bleu intense orné de vert.

Elles dansent et elles explorent la matière
Qu’elles caressent, dans une étreinte de pierre.
« L’agrès, comme outil de transformation urbain »,
Une articulation du possible sans frein.
Un spectacle tout en finesse et symbolique
Pour une « Fête des Guides » bien poétique.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Publicités
 

« Sixième Festival A-oût ». Du 4 au 11 août 2018. Conférence de presse. (Avignon, 01-08-2018, 10h30)

Afin d’inciter les compagnies d’amateurs
A se démarquer du « Off », se mettre en valeur,
Bénéficier des conditions professionnelles
Dans un cadre mis à disposition pour elles,
Quinze pièces viennent de façon officielle.

Un festival pour les aoûtiens en chaleur,
Désireux de se frotter avec grand bonheur
A la comédie estivale et culturelle
Qui parle, « Théâtre aux Vents », d’amour essentiel.

« Festival A-oût »,
Amateurs, sans doute,
Mais bien éclairés
Pour être admirés.
A découvrir vite …
Une ou deux pépites ??

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Léo et Lui ». D’après « Les Chants de la Fureur », de Léo Ferré. Adaptation, Jeu, Jean Pétrement. Mise en Scène Lucile Pétrement. Avec aussi Léonard Stefanica. Par la « Compagnie Bacchus ». (Avignon, 20-07-2018, 11h40) +++

De la pénombre, sort un roulement de caisses
Qui capte l’attention pour que nos poils se dressent.
Un père et un fils confrontent leurs opinions
Dans un échange basé sur la création.

« Le couteau, (…) entre les castagnettes figures »,
« S’immisce » encore en la profonde déchirure
Et verse un sang de poésie à l’état pur
Sur notes de violon qui, notre cœur, fissure.

L’instrument se désespère ou entre en fureur
Avec une virtuosité sans erreur.
Le duo dédouble la personnalité
De Ferré et la restitue avec beauté.

La musique pianote, effleure notre peau
Et ruisselle sur elle en infinis sanglots.
« L’exhalaison qui monte des nuits de l’enfance »
Est interprétée en totale connivence.

« Entends le chant blessé qui monte des outrages »
Et libère les mots qui franchissent les cages.
« Chante la vie perdue où grogne le hasard »
Faisant naître un rêve à travers le cauchemar.

Des voix graves, profondes, expriment la substance
Et malaxent son jus dans un bain de jouvence.
Aux « Corps Saints », on se délecte de la puissance
Des textes dits dans un langage de jouissance
Poético-musicale tout en nuances.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« La Complainte de la Ménagère ». Écriture, Mise en scène, Jeu Malika Bazega. Par la « Compagnie Le Balai de Trèfle ». (Avignon, 19-07-2018, 22h30) +

« Femme de ménage »,
« Femme de courage »,
Perçoit peu de gages,
Mais elle s’engage.

Elle récure
En mesure
Sans bavure
Les fissures
Parfois dures
Du ciboulot
Et du boulot.

Elle cultive l’art subtil des jeux de mots,
Bouts rimés que dans sa chambre elle met en pots.
Sa voix porte sans qu’elle ait besoin d’un micro,
Dommage qu’elle s’en serve sur le plateau.

Dans la petite salle, ça résonne trop,
Diminue la spontanéité du propos.
Bien enjoué, ça lessive et c’est rigolo !
« Atypik Théâtre », un joli coup de plumeau …

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Comment on freine ? ». De Violaine Schwartz. Mise en scène Nathalie Dutour. Par la « Compagnie Chantier Public ». (Avignon, 10-07-2018, 19h00) +

Dans la famille tout en cartons d’emballage,
Demandez le couple qui va faire naufrage,
Dans le train de la vie où tout va de travers.
Trier et ranger le passé pour voir plus clair.
Ils fuient leurs démons pour échapper à l’enfer
Qui les force encore à changer de lieu et d’air
Puis à tout renouveler jusqu’aux étagères.

« Je me suis jeté dans les cartons », sans fléchir,
« Comme toi dans le mur, pour ne pas réfléchir. »
Ouvrières en confection, Bangladesh, ou ailleurs,
« Un grain de sable et tout s’écroule » avec horreur.
« A Dacca, l’usine de textile s’effondre »
Et les marques des grandes chaînes vont se fondre
Dans les décombres où les femmes meurent au bout du monde.
Un double accident sans lien … et l’univers gronde.

Une allergie au travail forcé se déclare
« Bourse du travail » où tous deux sont en pétard
Contre l’exploitation qui s’accroît, dare-dare.
Un parallèle entre deux types de sociétés,
Celle qui exploite et celle qui est exploitée,
Lorsque l’utilisation de la sous-traitance
Devient l’affreux synonyme de mal-traitance.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
2 Commentaires

Publié par le 10 juillet 2018 dans 5 Festival d'Avignon, Avignon 2018

 

« Europe Connexion ». Pièce d’Alexandra Badea. Mise en scène Vincent Franchi. Jeu Nicolas Violon. Par la « Compagnie Souricière ». (Avignon, 07-07-2017, 19h05) ++

Vivre du fruit des « étiquettes alimentaires »,
C’est la tâche d’un « assistant parlementaire »
Surpayé pour rendre la vie « toujours plus chère »,
Quand les engrais engraissent son argumentaire.
« Une larme pour les victimes du cancer »,
« Une larme pour les victimes de la faim »,
Et « la destruction de la planète », pour fin.

Et … « Bienvenue dans le monde des pesticides » !
Tu relis la liste des substances nocives
Et puis tu hiérarchises les plus agressives
Afin de faire passer la graine offensive
Enrobée de miel qui masque le fiel acide.

A « L’Artéphile », ça bourdonne en vidéo !
Ouvrir l’œil en conscience n’est jamais trop tôt.
Un texte qui fait réfléchir à tous les maux
Que l’a-culture intensive prend à défaut.
Quand la diffamation détruit le sens des mots,
Que les lobbies infâmes affament jusqu’aux os,
Comment ne pas avoir de frissons dans le dos …

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Bérénice ». De Jean Racine. Mise en scène Frédéric Fage. Avec Estelle Roedrer, Benjamin Lhommas, Pascal Parsat, Hugo Miard, Amandine Rousseau. (Avignon, 06-07-2018, 14h00) +++

Apparition ombrée, découpée de lumière,
Sur un voile qui illumine les paupières
Où filtrent la conscience et les forts caractères.
« Théâtre du Balcon », plongée sur les mystères
Des cœurs, aux vœux de la politique, contraires.
Hélas, « servons tous trois d’exemple à l’univers ».

Imposant le respect, la reine Bérénice
S’apprête à coiffer le titre d’impératrice.
Chacun, tour à tour, désire mettre les voiles
Tendues vers un départ loin de sa bonne étoile.

Amour et devoir, sans cesse mis en balance,
Se voient condamnés à un éternel silence.
Interprétation simple autant que magistrale
Autour d’une belle figure sculpturale.
Pièce classique en des costumes d’élégance
Que la parole froisse en jouant l’influence
Et qui s’accordent à l’empire des apparences.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés