RSS

«Blue Mockingbirds» en concert dans «Out of the Nest». Banjo : Jérémie Fabre. Contrebasse : Félix Heymans. Clarinettes, Saxo : Anton Kherkof et Antoine Lissoir. Trompette : Joë Santoni. (Chamonix, 30-07-2020, 19h00)++

Cinq garçons dans le vent,           
Le nez vers le Mont-Blanc,          
Notes aiguës soulevant           
La foule des présents,
             
Sortis du «Bartavel»,            
Rejouent au naturel           
Quelques airs éternels,       
Allumant les prunelles.                  

Un concert au chapeau,                   
Quinzaine de morceaux           
Pour un apéritif          
Qui ravit les oisifs.          
         
Sur du Duke Ellington,      
Ça démarre et cartonne.      
Aux mémoires résonne                     
Le jazz qui impressionne                   
Quand la trompette sonne.  
       
Y’a pas photo, ça donne …    
Même sur du charleston.
Blues de Sidney Bechet,             
Dont ils ont le secret,     
    
Pour moments réussis          
Auxquels on dit merci.                
Convaincus et conquis,        
Vite, on les applaudit.         

Belles adaptations         
Grâce à leur formation.               
Soirée improvisée               
Qui a bien su viser        
Un public averti,          
Aussitôt investi.                     

Jouent, chantent en acoustique ;                
D’autant plus sympathique           
Que nul micro ne pique           
La vedette artistique.           
Aucune sophistique              
Ne gâche la rythmique.                     

Plus plaisir efficace      
Qui, franchement, délasse.            
De jolies dédicaces              
Chaque soir en terrasses.                    

«Auberge de Jeunesse»                      
Et «Monky Bar» en liesse,            
Au «Little» ils s’empressent        
De prouver leur adresse.                                          

Accueil au «Bartavel»                    
(Sans faire la vaisselle)              
Qui, à eux, fait appel,                   
Complices en ritournelles.                                 

Une «Petite Fleur»           
Tenue à bout de bec,          
Pour des «Oiseaux Moqueurs»             
Soufflant au sax … impec !                     

Rêves bleus du plumage                   
Qui rendent un bel hommage              
Au puissant jazz ramage          
Sans ternir son image.                   

Un album qui s’envole,                  
Tels leurs oiseaux idoles                     
Qui s’échappent du nid             
Pour enchanter les ouïes.             
A Cham, l’année prochaine,             
Ils reviennent sur scène.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Le corps de mon père». Texte Michel Onfray. Mise en scène, Interprétation Bernard Saint Omer. Par «Rhizomes Compagnie». (Avignon, 21-07-2020, 11h00)++++

«Le corps de mon père» mastique tous les mots                
Imprégnés d’odeurs du matin, près du fourneau.        
L’ombre se fait lumière au contact de la peau.         
Les effluves échappées, autour de nous s’assemblent               
En descriptions minutieuses qui toutes semblent             
Surgir d’un passé encore présent qui tremble                  
Sous la lame acérée d’écriture au cordeau.             

La vie de famille se pétrit sous nos yeux,         
Déroulant à fond son long ruban généreux.             
Le travail très bien encadré, millimétré,            
S’accorde parfaitement au discours lettré             
D’un auteur à la précision chirurgicale            
Où chaque situation s’intègre et se cale           
A l’endroit désiré sans aucune rature ;           
De superbes propos denses à forte carrure.                    

Plusieurs constructions solidement ouvragées          
Mettent à l’honneur des formes jamais outragées.          
Un récit, emprunt de sueur, qui prend aux tripes,               
Dans un rapport charnel avec l’acteur, fabrique           
D’intimes frottements d’étincelles électriques             
Qui jaillissent de la scène vers le public.             
Un goût d’échardes et de café vient à la lippe.               

Une traversée de«gestes» d’infinité,             
«De la matière dont on fait l’éternité».            
Texte sobre et extrêmement riche à la fois        
Dont l’habile et juste interprétation fait foi.                            

Quelques souvenirs, gravés à vif dans la chair.             
Échange, entre un père et un enfant, qui suggère         
«Que la force de son père n’avait qu’à être»,                  
«Une fois de plus, sollicitée pour apparaître».           
Muscle tendu du bras ferme et autoritaire               
Qui apprivoise les entrailles de la terre.                    

C’est un tableau saisissant de la vie rurale                 
Où «l’amour et la rage mélangés» ravalent                 
Des larmes d’admiration face à la «misère»                
Qui sème la «révolte» aux confins de l’enfer.          
Œuvre approfondie qui secoue comme un éclair,                 
Ouvre puissamment les sillons d’une pensée              
Étudiée, resserrée et finement sensée.                  

Un tir, sûr, réussi, qui cible bien sa sphère.                  
Un jeu solide et plein de conviction éclaire         
Les tranches d’une mémoire si nécessaire.                 
Les miettes s’y distribuent avec savoir-faire.                    

Pain béni, ou pas, circulant dans les artères,            
Fait de labeur et de sang, dans une atmosphère                  
Où un immense souffle s’étend sur les pairs               
Unis dans la douleur de ceux qu’on désespère.              

Un émouvant message d’amour qui structure              
Une représentation chargée de culture,                      
Dans toutes les acceptions du terme, sans bavures                    
Autour des plaies qui, à jamais, l’âme, fissurent.
Impressionnant «voyage philosophique offert»,                
Par Michel Onfray, «pour les quatre-vingts ans du père».                
A voir absolument au «Verbe Fou Littéraire».

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Amor Sulfurosa 15 CH». Théâtre musical. Écrits licencieux et Complaintes vénéneuses. Création de Lionel Domei et Alain Klingler. Regard extérieur Christophe Roussel. Par la «Compagnie Chansons de Gestes». (Avignon, 17-07-2020, 21h00)++

Ils «mêlentchansons immorales»   
«Et littérature amorale»                 
Pour le bien-être du moral,        
A sucer en dosesglobales.                  

Une homéopathie qui s’applique à l’humain,                 
Le soigne et le bichonne dans un cousu-main        
Où le bel amour, sous toutes ses formes oblige,              
S’ouvre avec Don Juan qui, nulle, ne néglige.                

Les grandes scènes classiques,        
Accompagnées de musique,               
Débouchent sur des chansons                  
Qui tissent des liens profonds            
Et rendent inséparables                   
Paroles et chœurs adorables.                    

S’enfilent quelques perles de textes égrillards,                     
Dévotement interprétés par deux gaillards              
Qui livrent et susurrent de vertes confidences,               
Qui délivrent la censure en toute confiance.                     

Voyage à travers les siècles, jusqu’à nos jours,              
Qui allume sans cesse les flammes alentour,               
Brûlant de tous feux au «Verbe Fou Littéraire»          
Dans un puissant rêve charnel et téméraire.                   

Un sensuel périple traversé par Sade                      
Et les contemporains qui tombent la façade                       
Pour se régaler de brefs instants sulfureux ;                 
Proposition d’acteurs au talent chaleureux.                     

Avec de fines allusions aux misanthropes,            
Tous deux s’évertuent à devenir philanthropes.                     
C’est avec humour que leur poésie galope                           
Vivement entre le licite et l’interlope.                         

On se sent décacheté telle une enveloppe,                     
Ferré à la Léo, piégé comme antilope                     
Fuyant le dépeçage en sanglantes escalopes.              
Une «chose» qui fait du bien sans rendre myope,             
Dilate les tympans pour qu’entre le plaisir.                                          
«Devenir le sujet de son propre désir»,                 
C’est ce que ce curieux spectacle nous inspire.                                                  

En sachant que «tous les goûts sont dans la nature»,                 
Dégustez leurs granules en joyeuse mixture             
Délicatement versée en bonne mesure                        
Sur les touches d’un piano effleuré et sûr.                     
Ce sont leurs sentiments qu’ils offrent en pâture.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Les petits bals mobiles du 14 juillet». De 17h30 à 19h30 dans les rues piétonnes. (Chamonix, 14-07-2020)+

Grâce aux«petits bals mobiles»,          
On range notre mobile       
Ainsi que l’automobile          
Pour quelques instants de pause          
Musicale où, tout, l’on ose.       
Sur leurs rythmes on se trémousse,         
Sourire sur la frimousse.             

C’est l’«Office de Tourisme»        
Qui, avec grand optimisme,           
Invite tous les piétons             
À chanter sur tous les tons.                 

On retrouve avec plaisir            
«Chaps» animant nos désirs               
Sur sa guitare électrique           
Et son bagout éclectique       
Dans «Le Petit Bal Pour Tous»        
Où son rock nous éclabousse               
De tonalités joyeuses.           
L’envie de danser, furieuse,         
Réveille l’âme curieuse         
De se dégourdir, heureuse …           

Swing limpide qui éclaire        
La voix de«Marina Claire»         
Chaloupant selon les airs.              
Timbre léger et profond,             
Intime et qui se confond           
Avec le frais paysage              
Qui balance ses branchages.            
Atmosphère cristalline,           
Chaleureusement divine.            
S’alternent, bonne humeur, spleen.                    

Quand, «The Disco-Mobillette»,                  
Près de nous, enfin, s’arrête,             
Ils arrosent de reprises             
Qui carburent et nous défrisent.                
Look hippie dont ils se grisent              
Pour faire oublier la crise.            
Déguisés en friandises        
Aux teintes flottantes en brise              
Sautillante qui irise,                
Leur prestation ironise.                

Ambiance rock des trois groupes                          
Qui ont tous le vent en poupe.             
Une déambulation        
Qui donne satisfaction ;                 
Couleurs mouvantes et passion,                
Agréable décoction                
Sans aucune frustration. 

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 juillet 2020 dans 6 Divers (s'y fier)

 

«Sindbad, Naissance d’un héros». Adaptation, Mise en scène, Jeu Farid Zerzour. Et avec Manon Aounit, Abdeslam Ladjoua. Par le «Théâtre du Kalam». (Captation vidéo vue le 21-05-2020)+

L’ambiance des contes des «Mille et une nuits»,
Déposée à nos pieds sur l’immense tapis,
Se met sur la toile blanche en calligraphie
Pour que s’en inspire Shéhérazade au lit.
L’histoire se dessine en direct et sans bruit
Tandis que le discours, peu à peu, se construit.

Tout y est, lanterne magique et puis génie.
Les ingrédients de l’aventure réunis,
Le voyage coloré mène en Arabie
Où se mêle l’actuel à l’ancien récit.

Peinte, une gigantesque baleine surgit ;
La légende, au tableau, joliment, se poursuit
Quand une main habile, une ville, y inscrit.
C’est une île envoûtante qui se définit.

De la mer, sort la légende qui s’enrichit
Des paroles assorties aux diamants bien sertis
Dans les lignes de ce qui fut jadis écrit
Et qui, du fond des tiroirs, est soudain sorti.

Spectacle conçu pour enfants qui ont grandi
Pour développer des suites à ce qui se dit ;
Que l’imagination, comme un flambeau brandi,
Trace les traits d’union de leurs nouvelles vies :
Sindbad, Hindbab, Shéhérazade, à l’infini … 

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
 

«Un continent incontinent». (17-05-2020)

La dérive des continents,
La dérive d’incontinents
Qui vire au plus grand des tourments,
Se contenir au bon moment …

Ils sont si vieux au Parlement ;
De leurs problèmes, parle-m’en !
Ils sont envieux, grincent des dents
Et, nos cœurs, pincent méchamment.

Quand les mots glissent sous la plume,
Que les maux crissent sous l’enclume,
Entre arbre et écorce ils nous plument,
Nous, pauvres dindons de leurs farces,
Qui ne seront pas leurs comparses.

Rassemblons nos forces éparses,
Sautons à pieds joints sur nos tarses,
Sombrons dans l’amère folie,
Plongeons dans la mer en furie
Et faisons-nous hara-kiri
Au fin fond des haras qui rient.

Hurrah / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«C’est les rats Scélérats les Souris nous sourient». (16-05-2020)

C’est les rats
Scélérats
De la peste
Qui empeste  

Ils déciment
Par leurs crimes
Les campagnes
Et montagnes

Nos compagnes
Sous leur pagne
Rongent freins
Et ça craint

Plus de pain
On dépeint
La famine
Qui rumine

L’estomac
mis à plat
Aux talons
Se confond

Et le rat
Se morfond
Plus de croûtes
Il s’encroûte

Sans fromage
Il s’enrage
Puis s’engage
Et propage  

Maladies
Aux ladies
Enlaidies
Puis raidies

Sans savons
Les bubons
Faux bonbons
Sont pas bons

Car ils tuent
Les têtus
Sans vertu
Qui ont cru

S’épargner
Pour gagner
De l’argent
Sur les gens

La morale
En cavale
Se tord sur
Tes morsures

Ça c’est sûr
La vie sûre
est bien dure    
Aux raclures     

La vie surit
L’ami sourit    
Missouri       
Indécis

Qui ravit     
Loin d’ici    
Les souris   
Sous le riz

Zéphira / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«Tombent les astéroïdes et souffle le vent» (16-05-2020)

«Tombent les astéroïdes et souffle le vent»
Qui les pousse jusqu’à nous au soleil levant.
Ils sèment la panique au Pays du Levant
Qui croit qu’un nouveau virus venu de l’avant-
Terrestre s’abat, balayant tout et lavant
Actes, symptômes et soupçons d’immoralité.
Les faits causent à mots couverts d’atrocités.
Les effets, cause d’une surmortalité,
Repassent, tels des fantômes, sur les cités.
S’installe la légende des astres cités.

Zephyra / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«Masse cul lin / Fée mie nain». (15-05-2020)

Le masculin avilit-il le féminin ?
Qui donc, de l’un ou de l’autre, est le plus malin ?
Quand la règle du genre
Devient du mauvais genre
Par ses manières honteuses,
Grammaire capricieuse
Et accords en détresse,
Notre pensée s’oppresse.

Chroniqueur
Croc ni cœur
Croc niqueuse  
Croc croqueuse          
Maître … Maîtresse
Mètre … mes tresses
Mettre … mettre S
Et les points sur les i.

Inventer,
Éventer
La belle linguistique,
Label orthographique,
Donnent accords dramatiques.

Le masculin … masque, cache le féminin.
L’arbre se casque pour s’enfoncer au jardin.  
La société accentue le détournement,  
Flattant IL, ne laissant à ELLE qu’ornements.  
N’y voir que l’ivoire lorsque la corne ment.

La grammaire accent tue
Écrasant les vertus
Creusant la différence
En toute indifférence
Masse cul lin
Fée mie nain

Silva / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«La Sécu te radine – CQFD Sardine – Qui la met en Sourdine» (08-05-2020)

Hydroxychloroquine          
Lorsque tu t’acoquines        
Avec la chloroquine          
Tu joues à la coquine          

Ta meilleure copine             
Observe ta bobine        
Souffle sur ta trombine        
Pour que tu te débines                

Tronche de cocaïne     
Tu tranches l’aubergine  
Auréolée d’épines        
Sur face d’aspirine         

Surface vipérine             
Entourée de glycine      
Tu nettoies la cuisine          
Pour une partie fine                   

Ta brûlure assassine          
Souvenir de l’usine             
Reçoit de la morphine                 
Pour que tu hallucines           

En pleine adrénaline          
Morsure d’aubépine           
Mort sûre à la rapine           
En plaine ou en ravine     

La Sécu te radine     
Et toi tu as le spleen       
La douleur te dandine            
Déglingue la machine            

Ton pauvre cœur s’échine        
Frappe ton âme en ruine            
Ton esprit tombe en bruine         
Goutte d’eau qui s’avine

Oza / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mai 2020 dans 8 Elucubrations