RSS

« Gainsbourg Confidentiel ». Texte Jean-François Brieu. Interprétation Stéphane Roux. Mise en scène et guitare David Fabre. Contrebasse Aurélien Maurice. (Paris, 28-03-2018, 20h30) +

« Crachant son répertoire, comme la vipère »
« Son venin », Serge Gainsbourg lance ses repères
Avant de ferrer les belles de la chanson
Pour qui il écrit de sulfureuses paroles,
Théâtre Le Compositions aux mille facettes et façons,
Qui font l’effet de rasades de vitriol.

C’est la solitude bercée par la musique
Inscrite sur portée de larmes alcooliques
Qui, au « Petit Chien », nous rend l’âme bucolique.
Gainsbourg, l’intime des débuts, mélancolique,
En un devenir qui se construit, se raconte,
Compte ses déboires, ses histoires et ses contes.

Stéphane y imprime sa marque de fabrique,
Sans parodier Serge, ce serait trop pratique.
A travers l’écran de fumée, pas de panique,
Embarquons vite pour un voyage authentique …
Vers Mars en Deux-mille-dix-huit, à « L’Archipel »
Où les anecdotes se ramassent à la pelle.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 20 février 2018 dans 3 Envie de théâtre

 

« Le Menteur ». De Pierre Corneille. Adaptation Guillaume Cayet, « Compagnie Java Vérité ». Mise en scène Julia Vidit. (Paris, 04-02-2018, 16h00) +

Comédie peu connue
D’un mal fort répandu
Mais qu’on souhaite tu.
Il masque les vertus
Et gronde à « La Tempête »
Quand, du mensonge, il traite.
Si chacun le rouspète,
C’est pour lui mettre, en fait,
Des vêtements de fête
Cachant des vérités
Travesties de bontés
Et de fausses beautés.

Miroir aux alouettes
Qui fait face et reflète
Une illusion parfaite,
Vertige d’apparence
En toute vraisemblance
Et de persuasion
Au fin goût de poison.
Un divertissement
Trompeur et très charmant,
Joliment chapeauté
Et fort bien bien tricoté,
Fils liés de clarté.

Les propos rivalisent d’imagination
Pour tordre la réalité et la passion.
La fougue et mise à l’honneur de la « menterie »,
Dans un langage flatteur de la vanterie,
Se déclinent en tous tons de la galanterie.

Des images démultipliées qui se brisent
Aux ailes de celles que l’on voudrait conquises.
A tous les artifices, ces âmes soumises,
A tant d’innombrables inventions, s’enhardissent.

Une escroquerie à l’amour qui se confesse
Après moultes détours, fumeux contes d’adresses
Dont les tours sonnent de fameux coups en souplesse.
« Les instruments d’un drame masculin » se glissent
Dans la peau de pensées et de discours complices
Qui se jouent à l’abri, au fin fond des coulisses.

Une mise en scène qui, à loisir, déplace
Vingt-quatre panneaux recouverts de leur glace
Qui abrite toutes les intrigues qui passent.
Quand Corneille sert le « Mentir avec audace »,
Les contre-vérités rentrent en bonne grâce
Près des sentiments qui s’aventurent et s’effacent
Au royaume de duperie et de disgrâce
Où les alexandrins brillent sur toutes faces.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 février 2018 dans 3 Envie de théâtre

 

« Le Menteur 2.0 ». Conférence jouée. De Guillaume Cayet. Mise en scène Julia Vidit. Par la « Compagnie Java Vérité ». (Paris, 03-02-2018, 17h30) +

Aller-retour entre Vérité et Mensonge
Où se croisent les chemins surgissant des songes.
Théâtre de « La Tempête », une conférence
Mêle et démêle ces notions mises en balance.

« Crédule ou crédible, telle est (bien) la question »
Qui taraude ce duo en ébullition
Et malaxe « la langue qui tue ou accouche »,
Opposant les idées, jouant de ce qui touche.

Labyrinthe des réflexions humoristiques
Autour d’un argumentaire philosophique
Qui sert joyeusement ces deux concepts qui piquent
La curiosité dans un discours qui explique
Les grandes théories. Un vrai regard critique
Sur l’illusion et les apparences chroniques.
Un jeu qui éclaire une chandelle ludique
Où Vérité et Mensonge se font la nique.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 février 2018 dans 3 Envie de théâtre

 

« Michel-Ange et les fesses de Dieu ». De Jean-Philippe Noël. Mise en scène Jean-Paul Bordes. Par la « Compagnie Tabard-Sellers ». (Paris, 17-01-2018, 20h45) ++

« Dieu a fait de moi le génie de la sculpture ».
Le Pape Jules-Deux commande la peinture
De la voûte de la Chapelle Sixtine,
Une œuvre titanesque rendue divine
Par le talent créateur de Michel-Ange
Qui se plonge corps et âme dans l’étrange
Fascination que les « douze apôtres » exercent
Sur son imagination qui s’y déverse.

Huit cents mètres carrés de souffrance et bonheur
Pour celui qui en partage seul les honneurs.
Dans son esprit, personne n’est à la hauteur
De magnifier la fresque à sa juste valeur.
Seul, il relève ce défi avec ferveur.
C’est « l’unique responsable de la grandeur »
« Ou de la déchéance » du projet flatteur.

Les colères de Michel-Ange sont connues
Autant que ses célèbres sculptures de nus.
Ses plafonds célestes ont un aspect si radieux,
Que « c’est à se demander »
« Si ce n’est pas l’art qui a inventé les dieux » …
Sans jamais rien quémander.

Un trio de choc s’affronte avec belle ardeur
Dans un décor échafaudé avec ampleur.
De jolis costumes, finement ouvragés,
Épousent les postures d’acteurs ravagés
Par le désir de totalement s’engager
A faire vivre leur passion, la partager.
« Théâtre Quatorze », des personnalités
Trempées dans un état de grâce et de sainteté
Nous découvrent les dessous d’artistes patentés.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 janvier 2018 dans 3 Envie de théâtre

 

« Les Bijoux de Pacotille ». Texte, Interprétation Céline Milliat Baumgartner. Mise en scène Pauline Bureau. Par la compagnie « La Part des Anges ». (Paris, 16-01-2018, 20h00) +

« Rêver à l’invention de l’esprit qu’est l’enfance » …
Son jeu est d’une pureté, d’une innocence …
Elle nous parle de son « manque », de l’absence,
Mais jamais de ce qui comble l’adolescence.
La jeunesse passée sans les parents s’efface
Au profit du vide qui prend toute la place.

Ses « souvenirs sont sous terre avec lui », son père.
Pour le retrouver, il faut creuser le mystère.
« Le moule dans lequel (elle) se fond », sa mère,
Reste le modèle auquel elle se réfère.
Sans cesse elle plonge « dans les yeux de (sa) mère »
Où, de toute éternité, brille « la lumière ».

C’est, près de trente ans après leur double décès
Accidentel, qu’elle crève, à l’écrit, l’abcès.
La fillette perdue, amputée de l’amour
Parental, « Théâtre Paris-Villette », accourt
Pour tenter de reconstruire, avec un humour
Salvateur, des bribes de vie et ses détours.

Un récit où les pauses figurent les trous
Que la mémoire essaie de mettre bout à bout
Avec une fraîcheur tranquille et souriante.
L’auteure – comédienne est juste et émouvante.
Elle tait ce qui remplace l’irremplaçable,
Emplit « le manque », de réflexions retraçables.

« Ma mère est le moule perdu dans lequel »
« Je me fonds », bercée par son bruissement d’ailes.
En Mars Deux-mille-dix-huit, qu’on se le rappelle,
Le « Théâtre du Rond-Point » servira d’écrin
Aux « Bijoux », chaussons et états d’âme sans frein,
Dans le miroir aux nuages bleutés qu’on craint.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 janvier 2018 dans 3 Envie de théâtre

 

« Rockambolesque ». Le Concert théâtralisé des Guappecarto. Un jeu entre Musique et Folie. Collaboration artistique Fabio Marra. (Paris, 15-01-2018, 20h00) ++

Treize ans qu’ils traînent leur « ambiance décalée »
D’influences diverses pour mieux décoller.
Accords inattendus qui plongent dans l’hypnose
Et nous font flotter entre deux airs de symbiose
Instrumentale où ce sympathique quintet,
Dans le « Studio Hébertot », n’en fait qu’à sa tête.

Venues de loin, leurs « valises emplies de désirs »
S’ouvrent pour nous procurer beaucoup de plaisir.
A cinq sur un violon, en espace réduit,
Ils s’amusent comme des fous et ça les conduit,
Au contact de la contrebasse et de la guitare,
A faire rugir la batterie dare-dare.
Et, bien entendu, le puissant accordéon
Règne en seigneur nostalgique sur tous les tons.

L’atmosphère rouge et noire des cabarets
Électrise les sonorités sans arrêt.
Un joyeux parfum de tonalités tziganes
Laisse éclater la vraie joie de vivre gitane.
Leurs états d’âme initient les compositions
Originales où éclosent les émotions
Que canalise avec bonheur la mise en scène.
Leur tempérament de feu nous tient en haleine !

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Cantate pour Lou von Salomé ». De et par Bérangère Dautun. Avec aussi Sylvia Roux. Mise en scène Anne Bouvier. (Paris, 14-01-2018, 17h00) ++

Lou naît « le jour de l’abolition du servage »,
A Saint-Pétersbourg dont elle fuit les usages.
Un pan de tissu où défilent les images
Gravées au fond des yeux d’une fillette sage
Mais qui, le sport et l’indépendance, envisage.
Quinze tableaux, quinze personnages en deux actrices
Dans un jeu qui se montre totalement complice.

De Nietzsche à Paul Rée, le génie stimulateur
De Lou trouve partout un écho ravageur.
Malwida, Frieda, Andreas, Rilke, jalonnent
Sa vie quand l’analyse de Freud la talonne.
Une « vie pour que la douleur devienne joie »
Au « Studio Hébertot » où l’écrit se déploie
Avec la fluidité d’un oiseau de proie.

« Attachés l’un à l’autre par le lien invisible »
« De la souffrance »,
Les sentiments se fichent en plein dans une cible
Comme une offense
Qui griffe, triture et déchire le cœur d’enfance.
De poètes en écrivains, un bain de jouvence
Plonge Lou dans un océan, « hermaphrodite » …
« Ou frigide », où flotte la chevelure maudite,
Défaite en boucles d’un volumineux chignon
Qui, l’été prochain, fera grande sensation
Dans les élans de tumultueuses passions
A « L’Espace Roseau Teinturiers » d’Avignon.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés