RSS

«Léo et Lui». D’après «Les Chants de la Fureur» de Léo Ferré. Adaptation, Jeu, Jean Pétrement. Mise en Scène Lucile Pétrement. Avec aussi Léonard Stefanica. Par la «Compagnie Bacchus». (Paris, 29-11-2019, 19h30)+++

De la pénombre, sort un roulement de caisses
Qui capte l’attention pour que nos poils se dressent.
Un père et un fils confrontent leurs opinions
Dans un échange basé sur la création.

«Le couteau, (…) entre les castagnettes figures»,
«S’immisce» encore en la profonde déchirure
Et verse un sang de poésie à l’état pur
Sur notes de violon qui, notre cœur, fissure.

L’instrument se désespère ou entre en fureur
Avec une virtuosité sans erreur.
Le duo dédouble la personnalité
De Ferré et la restitue avec beauté.

La musique pianote, effleure notre peau
Et ruisselle sur elle en infinis sanglots.
«L’exhalaison qui monte des nuits de l’enfance»
Est interprétée en totale connivence.

«Entends le chant blessé qui monte des outrages»
Et libère les mots qui franchissent les cages.
«Chante la vie perdue où grogne le hasard»
Faisant naître un rêve à travers le cauchemar.

Des voix graves, profondes, expriment la substance
Et malaxent son jus dans un bain de jouvence.
Aux «Corps Saints», on se délecte de la puissance
Des textes dits dans un langage de jouissance
Poético-musicale tout en nuances.      
«Théâtre Essaïon», ils vibrent de pertinence.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 novembre 2019 dans 3 Envie de théâtre

 

«Moi aussi je suis Barbara». Théâtre musical de Pierre Notte, sur une idée de Pauline Chagne qui l’interprète. Et avec Barbara Lamballais, Chantal Trichet, Augustin Bouchacourt. Piano Clément Walker-Viry. Mise en scène Jean-Charles Mouveaux. (Avignon, 25-07-2019, 19h00)+++

La famille se déchire et va à vau l’eau        
Dans un psychodrame au «Théâtre des Gémeaux».          
Une fille qui refuse la nourriture,           
Ne vit qu’à travers Barbara et ses blessures ;           
Une sorte d’ombre qui vogue à la dérive        
Avant de franchir furtivement l’autre rive.        

Et sa sœur qui s’ouvre sous toutes les coutures,            
Laissant s’écouler, de la vie, les salissures.         
Se mutilant l’âme et le corps de meurtrissures,           
Leur vie se découpe en arrogantes fissures.        
Un frère qui tire à tout va sur les brisures …     

La famille exsangue sombre dans la folie.         
Vision noire et déjantée de mélancolie,                
Elle incarne Barbara en sa nostalgie.           
Un spectacle auquel, fortement, on réagit.  

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Être là». Texte, Mise en scène Vincent Écrepont. Avec Céline Bellanger, Véronic Joly, Sylvain Savard. Par la «Compagnie A  Vrai Dire». (Avignon, 25-07-2019, 16h30)++

«Ça veut dire quoi Être là ?» Trouver ses marques         
Quand, dans sa tête, tout se brouille et se démarque.         
«Avant que je ne puisse plus penser […] je t’aime !»              
«Il faut que je te dise une chose» … quand même,         
«Vieillir est facile ; Savoir vieillir» … un art !                 
Qui se cultive et apprivoise le hasard.        

Dans un jeu de rôles      
Délicats et drôles,          
Chacun des personnages        
Endosse tous les âges            
Afin de mieux comprendre         
La vie qu’on va lui prendre.     

A «Présence Pasteur»,         
L’avenir leur fait peur.         
Pour dédramatiser, chacun «joue sa famille»           
Et les souvenirs qui éteignent les pupilles.           

Comment faire quand on ne tient plus sur ses quilles,       
Que, même le cerveau a besoin de béquilles …           
Quand tout vacille       
Et part en vrille,          
Que l’on perd la boule et les billes            
Et que tout, en vrac, s’éparpille …          
Jolie démonstration, mûrie comme myrtilles           
Au soleil, laissant un goût sucré aux papilles.                                                                                                                                                   Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge

https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Curé le jour, Athée la nuit». D’après le  Mémoire de Jean Meslier (1664-1729). Adaptation, Mise en scène Jean-François Jacobs. Avec Alexandre Von Sivers. Composition, Musique en direct Gilles Masson. (Avignon, 24-07-2019, 17h45)+++++

C’est «La bonne parole du curé Meslier»,     
Qui, retransmise dans une langue déliée, 
Ébranle et percute dans sa véracité, 
Nous ouvre les yeux en toute authenticité.     

Curé de village à la langue bien pendue,
Dire le fruit de ses pensées est défendu.                 
Il révèle les «impostures» qu’il met nues,            
Remet en question ce qui est faussement cru.    

Il démonte les miracles et les prophéties, 
Les invraisemblances et ramassis d’inepties.
Texte fort, magistralement interprété ;
Salvateur, à tous il devrait être prêté.      

Une brillante réflexion rationaliste
Basée sur une solide argumentation.
On a la foi par «la force de l’habitude»
Qui nous invite à croire en une vie moins rude.        

«Quand l’ignorance rend les peuples misérables»…
«Je ne serai bientôt plus rien» qu’un pauvre diable,             
«Mes idées, elles, vivront». Ça c’est mémorable.
Un texte qui a trois siècles et pas une ride ;
Des écrits fondateurs, divinement fluides
Qui remettent en question les croyances morbides.    

1729 révèle un Manifeste révolutionnaire
Basé sur une philosophie exemplaire
Où la sacro-sainte parole se libère
En pages où des vérités explosent et sidèrent.       

Modernité de pensée infiniment juste 
Que l’on devrait graver sur le marbre des bustes
Afin que l’on prenne conscience des bêtises
Que l’on nous inculque dès nos premières bises.      

Un manuscrit osé et qui tient du prodige,            
A brandir au soleil au-dessus des vestiges         
D’une société qui s’agite sur ses tiges      
Ne contrôlant plus les racines qu’elle érige.

Un livre vital pour un spectacle essentiel
Qui démontre ce qui est vraiment dans le ciel.
Un témoignage à la force d’une comète
Pour apprécier les réalités des planètes.          

Belle découverte étoffée et audacieuse. 
Une adaptation théâtrale lumineuse
De ce chef-d’œuvre d’une rare intensité.
Médicament de première nécessité
Afin de ne pas périr dans la cécité.       

Le Théâtre belge «Episcène»          
Héberge une drôle de cène.
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir
Sur la Religion et le pourquoi de l’Histoire
Depuis le jeûne, verset au fond des déboires.
La timbale est pleine de ce que l’on fait croire.
Venez découvrir comment la mer est à boire ;
Contemplez, rien qu’un instant, l’amer qu’est à voir.
Osez marcher sur les os du passé de gloire.      

C’est un texte grandiose à ne pas laisser choir
Qui restera longtemps gravé dans les mémoires.
Un jet d’encre et d’esprit sain sorti des tiroirs.
C’est à lire de toute urgence, sans surseoir.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Carmen de la Canciòn». Élaboration collective. Mise en scène, Chant Mathilde Dromard. Arrangements, Jeu Célyne Baudino. Jeu Nolwenn Le Doth. Mise en scène, Costumes Thibault Patain. Par «La Compagnie du i». (Avignon, 23-07-2019, 22h30)++

«J’aime philosopher»          
«Quand je bois mon café»,        
Dit la diva des fées      
Du haut des «Hauts Plateaux»          
Du tango flamenco.              

Irrésistible parodie            
Qui nous entraîne au paradis    
Des : clavier, voix et batterie.           
Fantasque trio qui ravit         
Le cœur d’un soupçon de folie.            

«Récital burlesque et flamboyant»       
Dans un féminin incandescent.         
De l’espagnol au parfait accent        
Caresse la peau sur nouveau sang.                  
Dans notre esprit, tout devient dansant.        

«Cucurrucucu paloma»,            
«Le temps de l’amour» se nomma     
«Carmen», «un año de amor».       
De «Fever» à «Nostalgias»,         
Un spectacle tout en audace    
Qu’avec appétit l’on dévore.        

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«I am the Cosmos». Un spectacle écrit juste à temps par Luc Guiol. Par la «Compagnie de la Lionne» et «Le Bouc sur le Toit». (Avignon, 18-07-2019, 20h40)+

«Chômage occidental» ?          
«Contemplation totale» !        
Méditer ? Idéal      
Quand sa vie est bancale.       

«Théâtre des Barriques»,           
S’envole un mur de briques            
Qui le casse à moitié          
Et lui fait perdre pied.         

Suicide en alibi,                
«To be or not to be».       
Un auteur allumé         
Qui ne sait plus s’aimer.      

Besoin de s’assurer        
Et puis de susurrer         
Sur le comment du vivre.         
Sur scène il se délivre       
De sa tristesse drôle.           
Inquiétant jeu de rôles …      

Sur une corde raide       
Où se pètent les leds       
De ce pince-sans-rire             
D’un monde qui empire,            
Le comédien part en vrille                
Sur d’invisibles grilles.        

Prendre au second degré,    
Palier après palier,           
Il lui reste à parier      
Sa vie, bon gré mal gré.       

Hockeyeur cosmonaute       
Né d’une autre planète,        
A genoux joints il saute    
Et court après sa quête.     
Vue sur l’art-thérapie
Qui va de mal en pis.                 

Furieusement loufoque,        
Ce spectacle défroque ;            
C’est tendrement morbide         
A se tordre le bide.        
Personnage lunaire,         
A l’ouest, à l’envers         
De son cadran solaire.   

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Inoubliable Sarah Bernhardt». Pièce de Joëlle Fossier. Mise en scène Pascal Vitiello. Interprétation Geneviève Casile. Par la «Compagnie Pan Théâtre». (Avignon, 18-07-2019, 15h45)+++

Elle incarne une majestueuse Sarah             
Dont la force est d’avoir tous les âges à la fois.        
De Sarah à Geneviève, il n’y a qu’un pas            
Que «Le Français» franchit en unissant leurs voix.   

Une «inoubliable» Geneviève Casile           
Interprète la tragédienne non servile.            
Tête haute et regard farouchement agile,             
Elle dompte le temps de façon très habile.              

Sa vie moissonne un chant d’alexandrins fertiles           
Qui, dans son palais, en belle langue, défilent.                                
«J’ai toujours aimé unir les deux sexes en un seul»      
Et les confondre à l’abri d’un cercueil, sous linceul,            
Car «la grande prêtresse de l’art dramatique»   
«Peut tout se permettre». Tant pis pour la critique …   

«Un coup de cœur, un coup de reins, un coup d’éponge» !          
Un jeu, d’une émouvante sincérité, plonge        
L’auditoire du «Balcon» en l’état d’un songe. 
L’actrice inspire le respect, la dévotion               
Et suscite notre plus grande admiration.          
On est grisés par sa parfaite élocution.       

L’immense femme fatale          
Devient «trésor national».          
Une nuit profonde, d’un bleu barbouillé d’or,                
La recouvre imperceptiblement et l’endort.  

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés