RSS

«Sindbad, Naissance d’un héros». Adaptation, Mise en scène, Jeu Farid Zerzour. Et avec Manon Aounit, Abdeslam Ladjoua. Par le «Théâtre du Kalam». (Captation vidéo vue le 21-05-2020)+

L’ambiance des contes des «Mille et une nuits»,
Déposée à nos pieds sur l’immense tapis,
Se met sur la toile blanche en calligraphie
Pour que s’en inspire Shéhérazade au lit.
L’histoire se dessine en direct et sans bruit
Tandis que le discours, peu à peu, se construit.

Tout y est, lanterne magique et puis génie.
Les ingrédients de l’aventure réunis,
Le voyage coloré mène en Arabie
Où se mêle l’actuel à l’ancien récit.

Peinte, une gigantesque baleine surgit ;
La légende, au tableau, joliment, se poursuit
Quand une main habile, une ville, y inscrit.
C’est une île envoûtante qui se définit.

De la mer, sort la légende qui s’enrichit
Des paroles assorties aux diamants bien sertis
Dans les lignes de ce qui fut jadis écrit
Et qui, du fond des tiroirs, est soudain sorti.

Spectacle conçu pour enfants qui ont grandi
Pour développer des suites à ce qui se dit ;
Que l’imagination, comme un flambeau brandi,
Trace les traits d’union de leurs nouvelles vies :
Sindbad, Hindbab, Shéhérazade, à l’infini … 

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
 

«Tombent les astéroïdes et souffle le vent» (16-05-2020)

«Tombent les astéroïdes et souffle le vent»
Qui les pousse jusqu’à nous au soleil levant.
Ils sèment la panique au Pays du Levant
Qui croit qu’un nouveau virus venu de l’avant-
Terrestre s’abat, balayant tout et lavant
Actes, symptômes et soupçons d’immoralité.
Les faits causent à mots couverts d’atrocités.
Les effets, cause d’une surmortalité,
Repassent, tels des fantômes, sur les cités.
S’installe la légende des astres cités.

Zephyra / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«La Sécu te radine – CQFD Sardine – Qui la met en Sourdine» (08-05-2020)

Hydroxychloroquine          
Lorsque tu t’acoquines        
Avec la chloroquine          
Tu joues à la coquine          

Ta meilleure copine             
Observe ta bobine        
Souffle sur ta trombine        
Pour que tu te débines                

Tronche de cocaïne     
Tu tranches l’aubergine  
Auréolée d’épines        
Sur face d’aspirine         

Surface vipérine             
Entourée de glycine      
Tu nettoies la cuisine          
Pour une partie fine                   

Ta brûlure assassine          
Souvenir de l’usine             
Reçoit de la morphine                 
Pour que tu hallucines           

En pleine adrénaline          
Morsure d’aubépine           
Mort sûre à la rapine           
En plaine ou en ravine     

La Sécu te radine     
Et toi tu as le spleen       
La douleur te dandine            
Déglingue la machine            

Ton pauvre cœur s’échine        
Frappe ton âme en ruine            
Ton esprit tombe en bruine         
Goutte d’eau qui s’avine

Oza / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«Dedans Dehors» (08-05-2020)

On se dévore            
Des yeux d’abord           
Et puis du corps         
Et c’est alors                      
Que vient le cor         
Qui vibre encore          

C’est si sonore       
Que quand on dort        
Ses lèvres on mord          
Ses livres on sort           
Que l’on décore               
Et réassort.

Emma / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«Le retour de Richard 3 par le train de 9h24». Réalisation Eric Bu. Scénario, Dialogues Gilles Dyrek. Musique originale Stéphane Isidore. Avec Sophie Forte, Hervé Dubourjal, J.-G. Barbier, C. Bardery, A. Barbotte, L. Escaffre, A. Gardel, B. Alazraki, Y. Muller, G. Dyrek, … Film, Avant-Première vue le 07-05-2020)++

Sophie, forte de son expérience scénique,
Démarre en fanfare sur musique filmique
Qui entraîne plein champ en labeur labouré.
Repas de famille où les mots vont débourrer
Les situations latentes
Où ils sont tous en attente
De mises au point véridiques, très stratégiques.

Rencontre de travail, construire un personnage …
Dans un huis-clos qui les met en transe et en nage.
Condamné à faire la paix avec ses proches
Dont il s’est éloigné ; ce n’est pas dans la poche.

L’enjeu du psychodrame qu’ils reconstituent
N’a plus rien d’un jeu car les mots blessent et puis tuent.
Alternance de fiction et réalité
Où le scénario s’étire et reste alité
Dans une respiration qui tient en haleine,
Faisant bondir un yoyo entre amour et haine ;
Gaieté factice, rires forcés sur la peine.

En suivant le cours de la rivière et du flot
De paroles noyées dans l’incompréhension,
On s’attache à démêler le vrai du faux lot
De situations où les acteurs sous tension
Mettent et dévêtent leurs habits de paranos.

Pleurs contraints,
Sept contre un,
Tour à tour, ils se déboutonnent et passent à table,
Se foutant psychologiquement sur le râble.

Entre répétitions
Et manipulations,
L’épuisant «jeu de rôles»,
Une tragédie, frôle.

C’est le Monopoly
Du bluff et de la vie
Où demeurer poli
S’avère un vrai défi.

Leur forte interprétation théâtralisée
Écharpe à vif les êtres ridiculisés,
Perce à jour le côté sombre, banalisé.
Puissant film sincère pour dédramatiser.

Ça tient bien la route, même quand ça déraille,
Les fils conducteurs restent parallèles aux rails.
Ça tourne comme le porcelet sur sa broche
Quand leurs esprits fragiles et torturés s’embrochent.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
 

«Corona, prénom qui n’a de joli que le nom» (07-05-2020)

Carina    
Parraina       
Karina        
Qui niera            
Qu’on aura                     
Qu’à Paris    
Qu’on parie  

Qui n’ira     
Qu’au pays       
Canaries         
Qui ne rit        
Sans souris      
Sans soucis      
Sans sous si        

Corina     
Caréna       
Son dada       
Ventre à plat           

Corona    
Dessina          
Des traits pas    
Très sympas       
Du fracas

Mis à bas               
Le trépas        
Décima            
Quel dégât            

On traqua       
Le tracas       
Qui’s barra      
Débarras       
Patatras

Corona     
Bien s’enfla             
S’imbiba         
De tabac               
Et creva       
D’un crachat

Eva / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«Un burnout presque parfait !». De et avec Greg Genart. Mise en scène Denis Glayzal. Par «L’After Work Théâtre». (Avignon 2019, «Clash Théâtre», 16h45) (Avignon 2021, du 03 au 26-07, «Sham’s Théâtre», 16h00) (Captation vidéo vue le 06-05-2020)+

G.G., au «travail», se voudrait «presque parfait»
Et, pour la «solidarité», il semble fait.
Seul sur scène, sa quête d’emploi dégénère
Face aux difficultés qui lui mettent les nerfs.

Le mensonge, hissé au sommet des qualités,
Dans l’art des contrefaçons va se déliter.
Au «Sham’s Théâtre» d’Avignon, ce one man show
Grille les planches, soufflant le froid et le chaud.

Pour peindre le saugrenu, il n’est pas manchot
Et se donne à fond pour décrire les tableaux.
«Ragots», virus de la réunionite aigüe,
Greg dévoile tout ce devrait être tu.

Il s’amuse comme un fou furieux à conter
Les anecdotes et les enjeux à surmonter.
Il a «soif» de réussite et de «promotion».
Déchiffrez le «pneumatique» de ses actions,
Qu’il adresse avec toutes ses salutations,
Si vous aussi vous voulez une «augmentation».

Il dénude «performance» et relationnel
Face au miroir aux alouettes ouvrant leurs ailes,
Détrônant la concurrence mise au tapis ;
Et, derrière son expérience, il se tapit.
Au «Clash Théâtre», aussi, il relate sa vie.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés