RSS

Archives de Catégorie: 4 Désirs de spectacles

«Moi aussi je suis Barbara». Théâtre musical de Pierre Notte, sur une idée de Pauline Chagne qui l’interprète. Et avec Barbara Lamballais, Chantal Trichet, Augustin Bouchacourt. Piano Clément Walker-Viry. Mise en scène Jean-Charles Mouveaux. (Avignon, 25-07-2019, 19h00)+++

La famille se déchire et va à vau l’eau        
Dans un psychodrame au «Théâtre des Gémeaux».          
Une fille qui refuse la nourriture,           
Ne vit qu’à travers Barbara et ses blessures ;           
Une sorte d’ombre qui vogue à la dérive        
Avant de franchir furtivement l’autre rive.        

Et sa sœur qui s’ouvre sous toutes les coutures,            
Laissant s’écouler, de la vie, les salissures.         
Se mutilant l’âme et le corps de meurtrissures,           
Leur vie se découpe en arrogantes fissures.        
Un frère qui tire à tout va sur les brisures …     

La famille exsangue sombre dans la folie.         
Vision noire et déjantée de mélancolie,                
Elle incarne Barbara en sa nostalgie.           
Un spectacle auquel, fortement, on réagit.  

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Carmen de la Canciòn». Élaboration collective. Mise en scène, Chant Mathilde Dromard. Arrangements, Jeu Célyne Baudino. Jeu Nolwenn Le Doth. Mise en scène, Costumes Thibault Patain. Par «La Compagnie du i». (Avignon, 23-07-2019, 22h30)++

«J’aime philosopher»          
«Quand je bois mon café»,        
Dit la diva des fées      
Du haut des «Hauts Plateaux»          
Du tango flamenco.              

Irrésistible parodie            
Qui nous entraîne au paradis    
Des : clavier, voix et batterie.           
Fantasque trio qui ravit         
Le cœur d’un soupçon de folie.            

«Récital burlesque et flamboyant»       
Dans un féminin incandescent.         
De l’espagnol au parfait accent        
Caresse la peau sur nouveau sang.                  
Dans notre esprit, tout devient dansant.        

«Cucurrucucu paloma»,            
«Le temps de l’amour» se nomma     
«Carmen», «un año de amor».       
De «Fever» à «Nostalgias»,         
Un spectacle tout en audace    
Qu’avec appétit l’on dévore.        

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Wu Song, Le Vainqueur du Tigre». D’après «Au bord de l’eau», de ShiNai-An (1291-1371). Adaptation, Livret : Chang Ta-Chun, Wu Hsing-Kuo. Opéra de Pékin contemporain. Par le«Hsing Legend Theatre». Treizième participation de Taïwan. (Avignon, 20-07-2019, 19h15)+++

Un théâtre qui se danse autant qu’il se mime,            
La majesté du bâton remplace les rimes.            
Acrobaties martiales dans l’art de la lutte             
Qui engendre de beaux combats dans les culbutes               
Musicalement bien orchestrées à l’ancienne           
En féerie multicolore et circassienne.        

Des doigts qui se font fleurs pour recueillir l’amour        
Costumé de grâce et de merveilleux atours.           
C’est un majestueux spectacle gestuel,                 
«Condition des Soies», de façon spirituelle.             
Comment venger l’honneur d’un frère et vaincre un tigre ?                
Découvrez le pays où les animaux migrent.      

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«La Truite». Arrangements du groupe «Accordzéâm». Percussions Franck Chenal, Accordéon Julien Gonzales, Violon Raphaël Maillet, Haubois / Guitare Jonathan Malnoury, Contrebasse Nathanaël Malnoury. Mise en scène Eric Bouvron. (Avignon, 19-07-2019, 18h15)+++

Viens, «mords à l’hameçon» de notre fantaisie,                
Joins-toi «à l’âme son» du flot de mélodies                 
Avec ces cinq garçons qui, dans leur batterie,                       
Violon, saxo, guitare et contrebasse, ont mis                  
Triangle, accordéon, tambourin, flûte aussi ;          
Bref, tout un défilé en bonne compagnie             
Pour que la frétillante truite ne s’ennuie.                  

Grâce à la clarinette,          
Sa brasse est claire et nette.       
Au «Petit Louvre, Chapelle des Templiers»,                   
S’active une musique, à Schubert, reliée.            

Remonter à contre-courant vers «le bercail»           
Pour être caressée dans le sens de l’écaille.          
Un poissonneux concert     
Pour cette «aventurière»                
Dont le beau roman fleuve                    
D’idées vives qui pleuvent            
Risque de l’en brochet            
Au bout de son archet.       

C’est l’envie de «la truite» 
Qui danse au fil de l’eau                    
Décrivant de grands huit(s)                  
En nageant sur le do(s).          
Jamais elle n’arrête                         
Car sur prise on l’apprête.  

«La truite»            
Réduite    
Est cuite.            
«La truite»       
En fuite        
Se cuite.        
Cours vite     
Évite      
La suite.      

C’est l’ode   
Commode            
D’«la truite»    
Qui s’ frite    
Et s’ frotte          
Aux potes.          
 
Son conte     
courant       
Remonte             
Le temps.

On plonge «Accordzéâm»             
Tout au fond de leurs âmes,          
Dans une mise en scène                          
Épanouie et saine,               
Toutes rivières et Seine.                 
A pleines ouïes sereines,          
«La truite»est souveraine.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Le Dernier Ogre». Écriture, Récit, Slam, Mise en scène Marien Tillet. Live painting Samuel Poncet. Guitare Mathias Castagné. Par la «Compagnie Le Cri de l’Armoire». (Avignon, 19-07-2019, 14h45)+

«Le Dernier Ogre»,nourri de slam et guitare,         
Affamé de poésie et sociologie,           
Se serre la ceinture au cran du gaspillage.                
Dénoncer l’injustice, il n’est jamais trop tard.                
Un concert qui donne une funeste énergie              
Secoue les esprits cadenassés sous grillage.         

Un conte éco-responsable           
Avant de passer à table.          
Du tragique discutable.       
Le «Onze-Gilgamesh» sable                    
Les mets crus inévitables.         
Coup de gueule qui libère les décibels,         
Met en portée musicale la faim cruelle.                     

Si ce conte mène à une inattendue fin,          
Désorientée, je reste encore sur ma faim.        
De cet original festin, toutes les miettes                   
S’envolent en tonitruants airs qui s’interprètent,             
Se peignent en couleurs qui, en direct, se jettent             
Au grand écran où les réflexions se reflètent.  

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Les paroles polies … sonnent». De et par Catherine Diquéro. Musiques, Arrangements Eric Denis. Par la «Compagnie Art’s’ Touzazimut». (Avignon, 19-07-2019, 13h00)++

«Les paroles polies sonnent»             
A l’oreille polissonne             
En laquelle elles résonnent              
De pousses qui déraisonnent.                  

Est revenu le temps des poètes égrillards       
Qui, pour tout dire, de belle langue, s’emparent,          
Nous livrant l’intimité sans le moindre fard.            
D’une écriture qui, adroitement, s’égare           
Dans la noblesse à faire rougir chaque phare,                
Les mots s’égouttent, se goûtent, lissent la peau                
Sous laquelle ils se glissent en savoureux propos.            

Récital plein d’émotion et d’humanité         
Qui entraîne dans son étonnante gaîté.              
Vocabulaire raffiné de la jouissance            
Avec des changements de costumes, en tous sens,             
Qui vont, viennent, se souviennent entre deux chansons.             
Son tendre cœur bat la chamade à l’unisson.                       

Effeuillage,         
Rhabillage,           
Babillage         
Qui ravage …     
     
Au«Magasin Théâtre»,          
Les bons vers y folâtrent.                 
«Les troubadours trouvèrent»           
De quoi briquer les verres.             

Mise en scène tout en souplesse et en finesse              
D’un boudoir décoré de pourpre et d’allégresse,              
Surmonté d’un rideau qui lentement s’affaisse             
Sur le corps qu’il laisse passer avec adresse.          
Une orgie de vêtements pare chaque scène               
Où s’envolent les tissus en pudeur sereine.  

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Sax. Les Désaxés». Quatuor. Mise en scène Gil Galliot. Avec Samuel Maingaud (Alto), Guy Rebreyend (Soprano), Michel Oberli (Ténor), Frédéric Saumagne (Baryton). Par la «Compagnie La Mauvaise Herbe» et «Encore Un Tour». (Avignon, 18-07-2019, 17h30)++++

A l’audition des«Désaxés», soyez conviés           
Et fêtez avec eux leur brillante sortie.           
Enivrez-vous de l’instrumentale partie               
Avant que leur art ne s’écroule sous l’évier.         

Leurs saxos savent tout faire et même pleurer …        
De peine ou bien de rire et, avec art, ronfler.         
Ils dominent les éléments, sur terre et mer,                 
Et déclenchent le feu à chacun de leurs airs.            

Affublés de mimiques extraordinaires,           
Ils révolutionnent l’orchestration, matière           
Première qui les consacre et qu’ils dépoussièrent.      
Toujours une découverte à chaque concert.        

Ils nous dédicacent l’amour du savoir-faire.            
On repart avec, au cœur, un peu de mystère            
A partager à nouveau, du moins on l’espère.           
Sous un tonnerre d’applaudissements, ils plient           
Bagages, ferment leurs étuis et parapluies.          

Ils laissent dans leur sillage un brin de folie,           
D’exubérante joie marquée à la bougie                 
D’un fébrile anniversaire plein de magie.        
Défaite enfin transformée en tour de génie !                             

«Théâtre des Remparts»,                
Leur musique démarre          
En superbe fanfare.           
Performance au grand art,            
Rien n’est dû au hasard.          
Festival sans canard.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés