RSS

Archives de Catégorie: 4 Désirs de spectacles

«Ballet Bar». Pièce chorégraphique pour cinq danseurs. Par la «Compagnie Pyramid». Dans le cadre de l’inauguration du nouvel «Espace Michel Croz». (Chamonix, 05-12-2021, 15h00)★★

Un bar à New-York, du jazz sur un gramophone,     
De la danse de cintres sur métallophone,      
Des bagarres de capoeira, de hip-hop,     
Le tout, trépidant sur un rythme de rock-pop.    

Sur une musique issue de tous les domaines,     
Forts de toutes leurs pirouettes ils se déchaînent     
Et, dans toutes les directions, ils interviennent     
Pour imposer le respect et briser leurs chaînes.     
Dans le nouvel «EMC2» ils se démènent.     

Rajeunissement certain au sein de la troupe     
Qui a revisité sa création de groupe.     
En neuf ans d’existence, c’est un second souffle     
Conquérant l’air chamoniard sans qu’ils ne s’essoufflent. 

Alternant ralentis et accélérations,     
Leur généreux travail suscite admiration     
Pour leur sens de cohésion et d’inspiration.      
Une jolie mise en scène où tout tourne rond,      
Dans laquelle les acteurs se donnent à fond.      

Un envol de gaîté bien dosée au comptoir     
Dans une ambiance électrisante sans histoires.      
Sur le damier de leurs petites illusions,      
Ils se dament le pion avec concentration.      
Un rêve grandeur nature où leurs perceptions    
Se modifient selon le type d’évasion ;      
Chapeau bas sur le sol de leurs démonstrations,    
Échiquier d’une douce remise en question.    

Inauguration de l’«Espace Michel Croz» ;     
De le découvrir on a doublement les crocs.     
Et c’est un spectacle sportif que l’on nous offre 
Faisant surgir pleins de surprises de leur coffre.      

Une architecture qui «donne le sourire» …     
«Cadre bâti dans lequel ils se sentent heureux»,  
C’est ce que Didier Onde a construit pour le mieux-     
Être des spectateurs     
Et utilisateurs.    
Tout est fait pour, modestement, nous éblouir,          
Dans cette salle dont la sonorisation     
N’a d’égal que sa recherche d’isolation.              
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Globe Trotters».  Par le quatuor à cordes du «MozArt Group». Par la «Compagnie Encore un Tour». (Paris, 26-11-2021, 19h00)★★

La «Marche Turque» interrompue de fantaisie      
Annonce un concert empli de courtes surprises     
Adaptées aux visites de chaque pays     
Qu’ils nous font découvrir grâce à leur énergie.     
C’est une traversée pleine de poésie     
Où leur âme slave infiltre les œuvres et grise.     

Quatre archets d’humour, violons, alto, violoncelle ; 
Leur tour du monde à la Jules Verne recèle     
Tout ce qu’on peut imaginer d’inattendu     
Pour créer une atmosphère bien détendue.     
 
À «Bobino», ils jouent sur cordes bien tendues,     
Remontant le fil musical, depuis Ravel     
Aux Beatles, passant des classiques essentiels     
Par les chemins des refrains plus traditionnels.      

Ils s’amusent avec nous comme des petits fous,     
Empruntant les raccourcis des divers morceaux   
Pour permettre un tour complet des effets nouveaux.     
Sourires, innombrables gags sont au rendez-vous.         
        
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Oiseau Oiselle». D’après Gwendoline Raisson. Adaptation, Musiques, Jeu Marie Jouhaud. Mise en scène Maxime Tissé. Par la «Compagnie La route du rêve». (Paris, 21-11-2021, 11h00)

«Oiseau Oiselle»,     
La demoiselle      
Très naturelle      
En balancelle        
Ouvre ses ailes      
Pour que ses graines      
Reviennent en scène.       

«Théâtre Gouvernail»,        
Les doigts en éventail       
Sur les touches du piano         
Balancent entre les barreaux.        

A l’abri du petit chat,       
Elle fait ses entrechats       
Et chante ses mélodies        
Dans son tout blanc paradis.        

L’oiselle en cage,       
Jolie, très sage,        
Dialogue avec elle-même         
Sur ses craintes et ce qu’elle aime.         

Ne pas sortir de sa ronde        
Par peur d’affronter le monde ;     
Comment vaincre ses frayeurs       
Afin d’aller voir ailleurs …         

C’est l’envol hors du nid      
Quand enfin on grandit.      
Voyage en féerie      
Pour les enfants ravis.               
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Céleste. Fresque Circassienne et Marionnettique». Conception, Mise en scène, Interprétation Geneviève de Kermabon (vieille écuyère). Musique originale Stéphane Leach, Pierre Ragu. Et avec Joe Sheridan (dresseur redoutable), Simon Martin (jeune acrobate).(Paris, 19-11-2021, 20h00)★★★

Une chevauchée féerique      
Dans une projection magique ;      
Une aventure diabolique,      
Aux dents dévoreuses tragiques.       

Des souvenirs acrobatiques     
De cette jeunesse héroïque,      
Dans des vêtements fantastiques     
Et des curiosités comiques.     
Des masques expressifs, cosmiques,     
Offrent au regard leur plastique      
Joliment fantasmagorique.          

«Des bouffées de bonheur», «Théâtre du Soleil»      
Où le grand rappel des tours de piste émerveille.       
C’est l’histoire circassienne qui se réveille        
Au contact de bêtes roulant des mécaniques ;     
Constructions, d’une ingéniosité sans pareille !                 
Le règne animalier infiltre son sommeil,     
Le peuplant de sublimes rêves exotiques.     

«Alcoolique aristocratique»      
Au pouvoir sublime et technique ;     
Domination chevaleresque      
D’une éléphante gigantesque ;     
Imposante hyène lyrique,        
Et girafe bucolique …       

Dans leurs prestations spécifiques     
De cascades acrobatiques,     
Ils s’emparent de l’artistique,     
Se parent de costumes uniques.     
Enfance cerclée de tuniques     
Entourant une symbolique.      

C’est une passionnante «fresque» lumineuse,     
Vision gantée d’or et de passion laborieuse      
Rappelant l’infaillible mémoire rieuse      
D’une élégante prestation talentueuse      
Pour tenter d’échapper à la lionne tueuse       
Surgie de peintures aux couleurs majestueuses.       

Figures clownesques aux expressions malicieuses
Calmant les redoutables énergies furieuses.
La promenade sur le passé de «Céleste»
Nous offre un spectacle prodigieusement leste
Dans la construction aux vertus miraculeuses
De ce petit bijou circassien manifeste-
-ment bien rodé, dressé, graissé d’huile céleste.          
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.

 

«Tutu. La danse dans tous ses états !»Conception, Chorégraphie Philippe Lafeuille. Par la compagnie «Chicos Mambo». (Paris, 17-11-2021, 19h00)★★★

Quoi de plus naturel que des hommes en tutu ?    
Le mot, du genre masculin, est revêtu    
Et pare élégamment les mâles attributs.    
Prestation époustouflante de ces têtus      
Sportifs, issus de différentes disciplines      
Bien reliées par une chorégraphie divine.        

Leur brillante démonstration de savoir-faire,      
D’une drôlerie qui frappe l’imaginaire,      
Secrète en nous une série d’endomorphines           
Capables d’éloigner toutes traces de spleen.      


Une féerie    
Qui fait que l’on rit.     
Une parodie,    
Animalesque,    
Fine et burlesque,    
Secoue les corps     
En plein accord.     
C’est leur essor     
Que l’on adore ;     
Et leurs efforts,      
Longtemps encore,       
Notre œil, stimulent,      
Font des émules.     

 
Leurs plumes d’oiseaux      
Marquent le tempo.     
Danses de zozios,     
Tango, boléro,     
Où pattes d’oiseaux     
S’aiment en oripeaux.     


Comme eux, on a envie de s’élancer    
Et dans leur art sublime se lancer ;      
Capter un peu de leur énergie pour voler    
À la rencontre des animaux sublimés.           


Un instant se perdre dans l’éblouissement      
De leur spectacle qui nous mène au firmament     
Étoilé en un multiple scintillement,     
Éclaté en multitude de sentiments.      

Tant de fruits et légumes en mélange harmonieux  
Nous invitent à partager leurs contours soyeux.     
Une orgie de couleurs pour cuisine des cieux  
Dans une sarabande aux entrechats précieux.     


Dans le «Théâtre Libre» ils sont fort rigolos    
Et nous adressent un inoubliable cadeau.     
Avec joie on retrouve les «Chicos Mambo».        
Que ce soit à Avignon ou à «Bobino»,        
On repense à leur plumage, les yeux mi-clos …     


Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.

 

«La Femme». Caroline Montier chante au piano Juliette Gréco. Contrebasse Stephen Harrison. Collaboration artistique Caroline Loeb. (Paris, 16-11-2021, 21h00)★★

Caroline Montier, en pianiste émérite,     
Interprète à sa façon, avec grand mérite,     
Et sans jamais l’imiter, Juliette Gréco,       
Donnant, à «L’Essaïon», des frissons dans le dos.   

Elle met à l’honneur des chansons mal connues,      
De grande malice. Son sourire ingénu,     
Envers son public, lui donne un air tout complice,    
Une tendresse et une gaîté non factice.        

Un tour de chant d’une jolie grivoiserie     
Met à nu tout une sincère espièglerie      
De bon ton qui explose en fine poésie.      
Voix cristalline entraînant à la rêverie,     
Mutine,
Câline,
Bien construite et réfléchie, que l’on apprécie.                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.

 

«La Nuit du Geste». Soirée d’ouverture de la 4ème BAMG, Biennale des Arts du Mime et du Geste. (Bagneux, Nuit du 13 au 14-11-2021, de 20h à l’aube)

Un monde animal en symbiose musicale      
S’étire et dresse sa ramure végétale       
Pour la tentative d’expression corporelle      
Qui précède le duo de danse rebelle.        

Petite gesticulation contorsionniste       
Pour prendre la température de la piste.       
La danse des ballons,      
En aérien plongeon,       
Cède la place à «l’installation de la peur»     
Qui pénètre dans un grand galop de fureur.      

Un très joli solo apprivoise le temps      
Qui file sous la robe noire de ses ans.     
Une maison hantée glisse sur le devant      
D’un envahissement du corps que l’autre ingère. 
Une première partie où tout se suggère.              

Intermède pour visiter Bagneux, de bagne,     
En trente minutes qui, de l’EPAD, éloignent.      
Rencontre d’amour décaféiné sans hargne,      
Puis, le «Théâtre Victor-Hugo», on regagne.     

Son cabinet curieux d’un «prélude amniotique»   
Regorge d’une tuyauterie synthétique.      
La construction ombilicale en mouvement     
Expulse encore un fœtus éternellement.       

La seconde partie s’ouvre sur la naissance     
De l’être humain dans l’envol coloré des sens.     
Parade ailée pour la survie de l’existence       
Aux senteurs orangées surchargées de puissance.  

Cérémonie anticonformiste du thé,      
S’y dégustent bruitages et onomatopées.     
Un primate immature     
Se dénoue, s’aventure      
En nudité nature.     

La légèreté cotonneuse alphabétique      
S’inscrit dans une drôle de thérapeutique.     
Une course folle à l’esprit de gymnastique      
Achève ses allers-retours, façon cyclique.     
Une vraie gestuelle sur un banc public     
Devient du hip-hop halluciné, énergique.      

C’est une nuit découpée en quatre quartiers       
Dont on vient d’enterrer la première moitié.       
Les corps, tour à tour vêtus de noir ou de blanc,       
Glissent au sol, s’imprégnant de sable brûlant.        

Nuit sous le signe de l’expression corporelle       
Marquée de rythmes accentuant le naturel       
Défilé de multiples saynètes rodées        
Au cours d’un travail subtilement encodé.      

Une scène stressante de vie de bureau     
Que suit la panoplie de bruitages buccaux.     
Numéros de dressage et combats sans mesure     
En échanges vaporeux de feinte envergure.     
Un grand plongeon au cœur des émotions liquides       
Puis dans des paquets de chips sautantes, insipides.      

En fin de partie, on se dévoue aux impros      
Proposées par le public,  tirées d’un chapeau      
Qui, lui aussi, aura droit à son dernier rot     
Avant les croissants et le chocolat bien chaud.                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Droits devant !» Le tout nouvel album de Dominique Dimey. Composition Musicale, Arrangements Pierre Bluteau. Violon Emma Guibert. (Paris, 13-11-2021, 15h00)

Dans le plus joyeux «respect des droits des enfants»,       
«La Halle aux Oliviers» de «La Bellevilloise»       
Accueille une «artiste engagée» qui apprivoise      
Le «Bonjour» à l’international en tous temps      
De la conjugaison : passé, futur, présent.         

Accompagnement musical, violon, guitare,        
Pour un voyage qui, tout en douceur, démarre       
Vers un tour du monde, juvénile à souhait         
Afin que chaque nouveau-né grandisse en paix.          

Trio acoustique en belle complicité       
Qui présente ses chansons en simplicité.      
Petit tour d’horizon autour de la planète      
Pour protéger tous les jeunes de la disette,      
Les scolariser, afin qu’on ne les rejette.                                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.

 

«Vivaldi Piazzolla». Saisons : D’un rivage à l’autre. Marianne Piketty (violon conducteur) et la Formation «Le Concert Idéal». Mise en scène Jean-Marc Hoolbecq. Violons : Valentin Seignez Bacquet, Laurent Pellegrino. Alto : Satryo Yudomartono. Violoncelle : Alberic Boullenois. Contrebasse : Thomas Stantinat. Théorbe : Léon Brunet. (Chamonix 05-11-2021, 20h30)★★★★

«Théâtre du Girasole» et puis «Majestic»,       
Tous les archets glissent de façon fantastique,      
Jouant et se répondant en sons acoustiques,       
Passant allègrement du tango au classique.     

La boucle commence et se finit au «Printemps» ;     
Grâce à eux on ne voit pas défiler le temps      
Qu’accélèrent les cordes des sept instruments,     
Sachant aussi ralentir leur cheminement.     

Violon rageur déclenchant de fortes tempêtes,     
Douceur extrême d’un câlin de savonnette     
Sur la peau qui tremble à chaque note d’esthète.    
Lâcher de virtuosité qui se répète     
À chaque «Saison», pour mettre le cœur en fête.      

Ronde musicale au tempérament de feu      
Qui se transforme en gouttelettes de rosée      
Pour nous proposer un univers prestigieux        
Où leur talent peut éclater et tout oser.     

Leurs trémolos et soupirs      
Attisent joie et sourires ;      
Les solos de Marianne sont si émouvants       
Qu’ils déclenchent des sentiments vibrants, mouvants

En vagues de pur plaisir.       
Concert qui a su séduire.               
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Les Flying Frenchies» envolent Chamonix. Création collective in situ pour les Deux-cents ans de la Compagnie des Guides. Avec Antoine Moineville (co-fondateur et guide), Anicet Leone, Véronique Tuaillon, Etienne Cordeau, Violaine Garros, Géraldine Rieux, Anne Pribat, Daniel Laruelle, Didier Bonnardel. Composition musicale Bastien Roussel. Par les compagnies «Flying Frenchies», «Gratte ciel», «Transe Express», «Inextremiste». (Chamonix, 14-08-2021, 18h00)★★

Un château de cartons, une malle percée,      
Le décor est planté pour une traversée      
Turbulente des airs, du sommet des falaises      
Des Gaillands. Slackline en hauteur hyper balèze      
Dans une remuante marche, vite à l’aise.      

Conçu spécialement pour la Fête des Guides,      
Créé par trois compagnies aériennes hybrides,       
Ce spectacle est l’aboutissement très fluide      
D’un vrai travail d’équipe qui s’envoie en l’air      
Sur un filin à peine plus gros qu’une bride.      
Face au Mont-Blanc, c’est une bouffée d’atmosphère      
Musicale qui accompagne la descente       
De la paroi. Valse en «poésie verticale»       
Pour chute libre contrôlée et parapente,       
Catapulte humaine en version originale.      

Un accordéoniste qui tutoie les cimes      
Chevauche une ligne sur laquelle il s’exprime,      
À environ soixante-dix mètres du sol      
Afin d’interpréter son do-ré-mi-fa-sol.      

Tissus aériens d’altitude, face à l’M,      
Prestations circassiennes telles qu’on les aime.      
Envol de plumes et contorsions vers les nuages      
Pour nous laisser de multicolores images.      

Une formation multiple, sans une ride,      
Fondée par des acrobates, dont  certains, guides.      
Ils savent tout faire,      
Afin de nous plaire.     
Surfer sur le fil de la vie pour satisfaire     
Leur dangereuse envie de highline au grand air.      
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Apocalipsync». Conception, Mise en scène, Interprétation Luciano Rosso. Co-mise en scène Maria Saccone. (Avignon, 21-07-2021, 19h20)★★★

Qu’est la vie à travers un hublot déformant             
Qui va, les géniales grimaces, accentuant ?         
Un véritable orchestre à lui tout seul, son corps,        
D’un clin d’œil, s’anime à la flamme qui dévore          
Tout sur son passage magnifiant le décor.          

Quelle est la mission ?       
Quelle est l’émission ?      
Belle est l’émotion       
Des locomotions ;          
A l’«Espace Alya»,      
Elle accompagna        
Chaque mouvement          
Toujours fascinant.             

«On achète des médicaments»,          
«On n’achète pas la santé» ;              
«On achète des plaisirs»,         
«On n’achète pas le bonheur».          
Voulant sortir de l’isolement,         
On se pique à la vérité.        
Il plonge dans un délire          
Fichant une flèche en plein cœur.          

Un mime déjanté et désarticulé       
Qui donne à voir une parole articulée           
A la perfection. Il maîtrise ses mimiques       
A trois-cent-soixante degrés. Du haut comique.              

C’est un  discours exclusivement corporel                    
Dont chacune des parties s’avère essentielle          
Quand, sur scène, s’envole son immense zèle         
Qui n’en finit pas de repousser l’irréel       
Développement de ses miraculeuses ailes.               
Divin contorsionniste, jusqu’au bout des doigts,     
Sa prestation est magique, comme il se doit.      
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«L’Autre». Thriller circassien pour salle obscure. Mise en scène, Jeu Dorian Lechaux. Et avec Ronan Duee, Rachel Salzman, Mathis Der Maler. Par la «Compagnie Puéril Péril».  «L’Occitanie fait son quatorzième cirque à l’île Piot»(Avignon, 19-07-2021, 20h15)★★★

Un nouveau genre est né     
Pour plaire à nos aînés,     
En trame palpitante     
D’une histoire excitante     
Qui, leur art, réinvente.     
Après «le western-spaghetti,»        
«Goûtez au thriller-ravioli …»     

Une énigme circassienne     
Théâtralise les scènes     
D’un véritable polar    
Qui se résout tôt ou tard     
Aux cordes de la guitare.     

Suspense qui se déguste    
Avec la joie d’un auguste      
Prêt à renverser les sièges     
En contournant tous les pièges.     
    
Spectacle qui se mastique     
Autant qu’un meuble s’astique.     
Une intrigue à monocycle     
Et à nœud coulant qui gicle.     

Le morbide se fait drôle     
S’il jongle avec tous les rôles.     
Au bord du déséquilibre,     
L’acrobatie se fait libre.     

Si tendance suicidaire     
Rime avec spectaculaire,     
La comédie meurtrière     
Se joue en direct sur l’air     
Chanté d’un piano qui perd     
Ses mélodies funéraires     
D’activités ménagères.     
    
Zones d’ombre mises en lumière     
Quand les cascades s’accélèrent.     
Le micro-ondes en colère,      
Toutes ses pulsions, libère.     

Lutte autour de la roue Cyr     
Quand l’ambiance va roussir      
Les échanges tumultueux     
Des intrépides impétueux.      

Une étrange conspiration     
Emmêle les situations.     
Désorientation volontaire     
Mettant les hypothèses à terre.     

Un déroulement linéaire     
Maîtrise l’acte réfractaire     
Soufflant un nuageux chaud-froid     
Aux pirouettes de l’effroi.     

Dans une flambée de mystère,     
Tout devient limpide et s’éclaire     
Tandis que sombre un univers     
A l’arrière-goût de l’enfer.             
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«Huitième jour». Conception, Interprétation Cochise Le Berre, Raphaël Milland, Idriss Roca. Par la «Compagnie La mob à Sisiphe».  «L’Occitanie fait son quatorzième cirque à l’île Piot»(Avignon, 19-07-2021, 16h30)★★★★

«Le plaisir d’une catastrophe bien menée»     
Complique la simplicité si malmenée.     
Toujours plein d’astuces, ces trois illuminés     
Vont de surprise en surprise en terrain miné ;      
Sur leur passage, un champ de ruines laminé …       

Ils servent un délicieux cocktail vitaminé     
De loufoqueries parfaitement destinées      
À croire en une science du ratage inné.     
Du grand art où la parole est éliminée     
Pour laisser la place au gestuel raffiné.     

Ces trois cascadeurs sont vraiment prédestinés     
Aux situations complètement siphonnées.     
À exploser le rire, ils sont déterminés.     
Une trinité de diables pour frissonner     
Agréablement quand l’heure a enfin sonné     
D’emmagasiner leurs blagues bien ruminées. 

      
Une précision miraculeusement née.     
C’est à fond qu’ils se sont grandiosement donnés.     
Aux règles d’équilibre ils font un pied de nez     
D’immense originalité insoupçonnée     
Qui nous laisse admiratifs et désarçonnés.     
Réussite divinement désordonnée     
Où tout geste est merveilleusement incarné.                         
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«L’Aérien. Causerie envolée».Conception, Interprétation Mélissa von Vépy. Texte, Co-Mise en scène Pascale Henry. Par la «Compagnie Happés».  «L’Occitanie fait son quatorzième cirque à l’île Piot»(Avignon, 19-07-2021, 14h15)

La «Conférence sur l’Homme et les airs» s’envole     
Sur les ailes de la connaissance qui colle     
Les spectateurs par des devinettes frivoles.         
«Le vide inspire»,          
«Le vide aspire».     

Domptant la pesanteur,     
Du haut de sa hauteur,         
«Devenir léger ou rester pesant» s’inscrit     
Dans la logique de sa recherche d’esprit     
Critique lui faisant escalader le ciel     
Avec les degrés de sa plume universelle.     

Elle nous met la tête et le cœur à l’envers     
Dans son siège éjectable à grands mots découverts       
Et laisse planer le doute des inventions     
Grâce à ses curieuses et louables intentions.     

A nous instruire, elle se donne de grands airs     
Pour éclaircir d’un seul clin d’œil quelques mystères     
Et, d’un ton enjoué, dévoiler l’univers     
Dans sa drôle de conception rudimentaire.                     
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Steps on Strings». Chorégraphie Njagui Hagbe. Mise en scène Philippe Lafeuille. Création musicale Bruno Dias, Brokenstra. Par la «Compagnie Wanted Posse». Danse : Jessie Perot, Martin Thaï, Ndedi Ma Sellu, Mamé Diarra. Par le «Quatuor Emana» : Hanna Zribi et Laurent Pellegrino (violons), Cécile Costa-Coquelard (alto), Sylvain Linon (violoncelle). Pianiste : Arnaud Tibère-Inglesse.(Avignon, 18-07-2021, 22h05)★★★

Un bourdonnement furieux réveille, aux «Lucioles»,  
Les corps qui, tous à la fois, se dressent et décollent 
Les habitudes en mêlant hip-hop au classique    
Quatuor qui les soulève par d’artistiques     
Accords divins sous la houlette pianistique.     

Quatre danseurs et cinq musiciens se partagent    
L’espace entre pointes et touches personnelles     
Pour enrichir les compositions du voyage     
Aux cent facettes, dans un art intemporel    
D’un surprenant mélange de talents réels.  
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«ZZAJ, à ceux qui se ratent …» De et avec Matthias Lauriot Prévost, Augustin Ledieu. Mise en scène Sandrine Righeschi. Burlesque musical par la «Compagnie Duo des Cimes». (Avignon, 16-07-2021, 21h35)★★★ 

Remontée humoristique vers l’origine      
Du Jazz par deux clowns musiciens qui illuminent  
De leurs fausses maladresses une diffusion      
Radiophonique où tout part dans la confusion.    

Une décadence super organisée     
Qui, de tout le studio, en fera la risée.     
La retransmission, totalement délirante,     
«Espace Roseau Teinturiers», se réinvente.     

C’est un duo paniqué de joyeux compères     
Qui guettent l’allumage du panneau «on air».     
Le voyage instrumental du «Duo des Cimes»,     
As du dérapage, leurs victimes, décime.               
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«Moone en concert Pop-Rock». Auteure, Compositrice, Interprète Christelle Belalia (chant, guitare, synthétiseur, bouzouki). Avec Patrick Cereghetti (contrebasse, guitares, bouzouki). Par la «Compagnie Mille et une Lunes». (Avignon, 16-07-2021, 20h20)

Elle dompte les mots qu’elle aligne à la corde      
Aiguë de sa guitare. Dresseuse de horde    
Sauvage, habit rouge boutonné façon cirque,    
Elle envoie ses trilles sur fond d’écho de crique.   

«Moone» aborde, occupe la scène en combattante.  
Elle affronte et heurte les idées qui la hantent    
Et, qu’avec conviction, elle déballe et chante.    
Accompagnée d’un arsenal électronique,    
Sa voix s’enfle au contact d’un monde magnétique,  
Se gonfle de sonorités sociologiques.


La «fleur d’asphalte» s’épanouit à l’«Atypik»     
Dans un concert qui gaze tout à l’électrique.

En juillet deux-mille-vingt-deux, elle sera
De retour en Avignon, à l’«Espace Alya».  
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Contre-temps». Spectacle musical inspiré de la vie de François Courdot. Livret Eric Chantelauze. Mise en scène Samuel Sené. Interprétation Marion Rybaka, Marion Préïté. Arrangements, compositions musicales Raphaël Bancou. Par la «Compagnie Trio Opaline». (Avignon, 15-07-2021, 21h25)★★★

«Assurance, charme, aussi virtuosité»,      
Donnent aux opérettes une forte intensité.     
Courdot et Bernstein rivalisent de talent,     
Nadia Boulanger y travaille allègrement.      

Au «Buffon», c’est l’amour de la grande musique  
Qui les réunit pour une belle pratique.     
Compositeur et chef d’orchestre peu banal,     
Il exulte en «Köld», création originale.      

Douze ans d’une double vie, fatigue infernale,     
Car «c’est une vie de malfaiteur en cavale».    
Il jongle d’un foyer à l’autre en permanence,    
Se compliquant sérieusement son existence.      

«Musique intellectuelle et répétitive»     
Qui n’est pas considérée comme digestive.     
«Nulle part à sa place, toujours à contre-temps»,  
Il décline et sabote les partitions autant     
Qu’il se détruit à petit feu en se dopant.      

Un trio qui balance     
Ses airs juste en cadence,     
Sorti d’anonymat    
Un  peu grâce à «Là-bas».     
Il y retombera,     
Délaissé de tous bras.     
Son œuvre on volera.     
Son «Hair» éclate en l’air     
Déchiré de la perte     
De ses notes expertes.   

C’est un pont mélodieux au-dessus d’un cours d’eau 
Pour mettre en évidence la vie de Courdot     
À travers un ensemble de morceaux connus.   
Remarquable trio, mis à nu, reconnu.   
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«La petite fleur qui voulait voler». Conte écologique et musical. Texte, Mise en scène, Percussions Jean-Bernard Philippot. Et avec Pauline Vincent (Flûte traversière), Raphaël Jothy (Clarinette), Pauline Nadoulek, Daniel Violette. Décor et marionnettes en art végétal Jean-Marc Chamblay. Par la «Compagnie Nomades». (Avignon, 15-07-2021, 13h55)★★ 

«Terre maternité»,      
«Terre d’éternité».     
Enchantement des yeux     
D’un monde broussailleux.    
«Théâtre Buffon»,     
On respire à fond.         

Les champignons de l’espoir s’envolent au vent,   
Exportés vers une oasis de grands tourments.     
Une ode à l’univers végétal naturel     
Dans un décor de fibres vivantes et réelles,     
Tressées, assemblées pour donner vie à des êtres 
Qui prennent racine en espace de bien-être.     

De magnifiques créatures en marionnettes     
Luttent pour survivre et ne pas perdre la tête.     
«Bébé Fleur» trouvera-t-il enfin sa vraie place     
Avant que tout ne se transforme en frêle glace ?   

Un apprentissage ludique et essentiel      
Pour accueillir la tolérance originelle.    
Un environnement attentif, percutant,      
S’élève, nourri de nouveaux sons fascinants.   

Douce composition au kool drum et piano    
À pouces pour soigner, de la terre, les maux,   
Grâce aux percussions lançant quelques bulles d’eau. 
La flûte traversière, le champêtre hautbois     
Résonnent en un appel à garder haut les bois.    

Sensibilisation à l’environnement     
Dans une réunion de tous les éléments      
Authentiques accordés aux notes en mouvement.  
Clarinette en si bémol pour l’acharnement      
À faire croître un bulbe de fleur bien gaiement.       
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Lunaire». Direction artistique, Chorégraphie Camille Labaronne. Et avec Manon HostiePar la «Compagnie Ad Astra». (Avignon, 14-07-2021, 18h15)

Théâtre «Al Andalus», côté jardin, «Lunaire»     
Danse les sonorités astrales en plein air.     
Elles tendent leurs bras en ouverture aux sens    
Liant l’astronomie et la nature, essence     
Même d’un univers tirant vers l’expansion     
Tandis que leurs mouvements partent en extension, 
Semblant légèrement rester en suspension.      

Dans la mise en orbite de leurs sensations,     
Elles font corps et se jouent de leurs émotions.     
Les queues des comètes, sur la voie lactée, lancent 
Leur message argenté pour une union intense.     

Chorégraphie sur fond de conférence ailée     
Qui interroge le cosmos, le fait parler.     
L’enregistrement des sons et des voix diffuse      
Une atmosphère irréelle qui s’amplifie     
Pendant que les trajectoires se simplifient,      
Laissant la place à la diversité qui fuse.      

«Le cœur vital de la terre»     
Chante l’éternel mystère    
Que les scientifiques éclairent      
En révolution éclair.       
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Duos. C’est la Vie ! Quelque chose de Melody». Chorégraphie, Mise en scène Aurélien Kairo. Par la «Compagnie De Fakto». (Avignon, 14-07-2021, 15h00)★★

«C’est la Vie !» 
Avec Liesbeth Kiebooms, David Walther.


La mécanique du temps qui passe et déraille     
Va-t-elle se remonter, rejoindre les rails     
De la bienséance et de la dernière chance     
De réussir encore à mettre un corps en transe ?     
De Cour à Jardin, quand la musique s’enraye,    
Tout peut arriver dans le monde des merveilles.    

D’Aznavour à Brassens, ils dansent les chansons   
En douce tendresse où «Trenet» leurs émotions    
Qui «Piaf» d’impatience en comédie bien mimée,    
Sur salsa enlevée, furieusement rythmée.     

«Quelque chose de Melody»
Avec
Laurine Brerro, Eddy Djebarat. 


En hommage à Gainsbourg,     
Le cœur bat en tambour.     
À l’école de danse,      
Ils mêlent leurs cadences     
À l’air de «Melody»,    
En cabrioles aussi.      

Et c’est au «Golovine»     
Qu’en toute discipline   
Ils voient rouge passion     
Sur force tourbillons.     
«La dernière étape est la plus dure»      
«Et tout le reste est littérature».      
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Sur les pas de Léonard de Vinci». Spectacle musical de Estelle Andréa. Mise en scène William Mesguich. Avec Estelle Andréa, Julien Clément, Oscar Clark, Magali Paliès. (Avignon, 13-07-2021, 15h55)★★★★

«Ils ne font que regarder, ne savent pas voir»  
«La Joconde», dans son cadre entouré de noir.    
«Sur les pas» du génie créateur de savoir,    
Nous allons, quelques secrets, entr’apercevoir.   

Entre mezzo-soprano et coloratur,     
Le duo de l’enchantement présente un tour     
De magie picturale avec «Mona Lisa»    
Qui offre une «Renaissance» en Do Ré Mi Fa.     

Remontée dans le temps vers la belle aventure  
De Léonard de Vinci et de sa peinture.     
Le «sfumato, enveloppement vaporeux»    
«Des formes»,        
L’art du pinceau, considérablement, l’enjeu,    
Transforme.     
«L’œil est la fenêtre de l’âme … Obstination»      
«Et rigueur» sont intégrées à la vocation.      

«Faire voler un homme est le rêve de sa vie»       
Qu’il imagine en se tournant vers l’oisellerie.     
«Machine à voler»,    
«Machine à rêver»,    
«Pourras-tu un jour nous guider»      
«Vers un peu plus d’humanité» ?    

La féerie dorée, en poussière d’étoiles,     
Traverse l’espace en levant un coin de voile    
De mariée pour la plus belle fête d’amour    
Qui, à l’«Espace Roseau Teinturiers», concourt  
À une représentation euphorisante,       
Ludique, instructive, des plus divertissantes   
Grâce à de magnifiques voix réjouissantes.

         
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Classi’Swing. Adieu les fans». Quatrième Opus d’humour musical. Conception, Piano Jérémy Bourges. Guitares Pierre Bernon d’Ambrosio. Contrebasse, Batterie Benoît Marot. Mise en scène Sébastien Corona. Par la «Compagnie Swing’Hommes». Avignon, 12-07-2021, 12h15)★★★ 

Adieu les perruques poudrées tombant en neige     
Foisonnante quand leurs cheveux se désagrègent,  
Adieu le maquillage qui colle et qui coule,   
Adieu les costumes qui sous leur poids s’écroulent.    

Bonjour à ceux d’une simplicité qui moule     
Leur virtuosité qui fuse et qui déroule     
Le tapis rouge des émotions qu’ils font vivre    
À tous leurs fans qu’ils rendent totalement ivres.   

D’une élégance craquante ils reviennent à trois    
Au «Palace» dans leurs ensembles peu étroits      
Pour loger tous les baisers envoyés sur scène,   
Tant ce concert d’Adieu provoque rires et peine   
De les quitter si tôt au sommet de leur gloire     
Couronnant leur prix donneur d’humour de Victoire. 

Un talent éclectique     
Follement sympathique    
Jouant les héroïques     
De façon symphonique.     

Laissant courir d’agiles doigts    
Dont le nombre sans cesse croît,    
Ils nous racontent à pleine voix   
Des histoires de premier choix.     

Des impros à couper la fumée au couteau     
Pour que tous repartent avec leur part de gâteau,  
CéDée à prix d’orfèvre pour le souvenir    
De leur bonne humeur exprimée en plein délire.             
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«Une Vie sur Mesure». De Cédric Chapuis. Mise en scène Stéphane Battle. Interprétation Pierre Martin. (Avignon, 11-07-2021, 10h00)★★★

«Le cœur tout entier s’exprime dans la batterie»,     
Dit le jeune interprète y prêtant nouvelle vie.     
Par d’innovantes et naïves palpitations,     
Il fait voler une batterie d’émotions.         

«Mon cœur battait à me fêler une côte»           
Quand les baguettes, à la peau du tambour, se frottent.

«Je me suis souvent imaginé une note»        
«Qui n’en finirait pas d’exister» … sans faute.     
«Pourquoi jouer tant de notes alors qu’il suffirait»        
«De ne jouer que les plus belles», Armstrong disait.      

Avec son instrument,     
Il raccourcit le temps.      
«Théâtre des Gémeaux»,   
Pierre et Cédric, jumeaux     
De spectacle au plateau,     
Se passent le relai     
Quelques années après.     

Sa généreuse flamme     
En un brasier enflamme     
Le public tout conquis     
D’avoir enfin compris     
Son amour musical     
Sensible, original. 

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés     

+ + +      + + + +

« Une Vie sur Mesure», performance  
théâtro-musicale de et par Cédric Chapuis. 
(Avignon, 08-07-2012, 21h45)★★★


Au « Théâtre du Chêne Noir »
D’Avignon, tombent chaque soir
De très belles notes d’espoir
Pour conter une grande histoire
Où naïveté désarmante
Rime avec œuvre très touchante.


A la lueur de sa mémoire,
Sur les chapeaux de roue, démarre
Un rêve d’amour en fanfare
Qui séduit et émeut dare-dare.


Il a le rythme dans la peau.
Superbe leçon de tempo
Qui nous va jusqu’au fond des os,
S’incrustant dans notre cerveau.


Par lui, la musique expliquée,
A cessé d’être compliquée
Et l’on a enfin deviné
Ce qui le pousse à se ruiner.


Il nous fait partir en voyage
Le long de très lointains rivages.
Les sons ne sont plus si sauvages
Quand on apprivoise l’usage.


Dans un solo de batterie
Qui le met soudain en furie,
Jouant des mesures en folie,
Il nous fait partager ses envies


Qu’il a accompagnées d’un texte
Qui sert de superbe prétexte
A la déclaration d’amour
A sa batterie de toujours.

« Tic et Toum …
Un truc génial avec la batterie,
c’est qu’on n’a pas besoin
d’un instrument pour en jouer … »

« Pourquoi jouer tant de notes alors
qu’il suffit de jouer les plus belles. »
« L’équilibre des sons, tout
doit être parfaitement harmonieux. »
« Plus qu’un rêve, c’était un fantasme ! »

Un univers psychédélique
Où le règne de la musique
Allie au côté sympathique
L’enivrant plaisir du public.
           
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Dessine-moi un piano». Curieux Concert burlesque imaginé, partitionné et interprété par Jean-Paul Farré. Mise en scène Stéphane Cottin. (Avignon, 10-07-2021, 17h20)★★★

Jean-Paul Farré,     
Gamme Fa-Ré,     
A décidé,     
Do-Si-Mi-Ré,     
De se mirer     
À son piano ;     
S’y arrimer,     
Les doigts rivés     
Pour sa virée     
D’Ut majeur, Dos     
Bien rigolo.     
C’est toujours beau !     

Il nous raconte     
Jusqu’au délire     
Les souvenirs     
Qui, pour lui, comptent.     
Une envolée     
Échevelée …     

Très assagi,     
Quand il s’agit     
De captiver     
Son assemblée     
Sur tous les airs.     
Jeu du tonnerre     
Si enivrant !     
Que c’est navrant     
Un show trop court !     
Encore on court     
Vers le retour     
Du musico     
Sur le plateau …     

Puis il finit      
Sans avoir dit     
Son dernier mot …     
Coup de chapeau !       

«Tourneur de pages»     
Qui tant dégage      
De feuilles aux ailes     

D’immense zèle      
Perturbateur     
Dans les hauteurs.      

«Il faut qu’une page soit ouverte ou tournée» !     
On assiste joyeusement à la tournée     
Mémorable d’un fervent chauffeur de piano     
Qui tourne les codes et ne fait rien comme il faut.     
Seul-en-scène plein de surprises et trémolos     
Dans un grand concert au «Théâtre des Gémeaux».        
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.