RSS

«Dedans Dehors» (08-05-2020)

On se dévore            
Des yeux d’abord           
Et puis du corps         
Et c’est alors                      
Que vient le cor         
Qui vibre encore          

C’est si sonore       
Que quand on dort        
Ses lèvres on mord          
Ses livres on sort           
Que l’on décore               
Et réassort.

Emma / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«Le retour de Richard 3 par le train de 9h24». Réalisation Eric Bu. Scénario, Dialogues Gilles Dyrek. Musique originale Stéphane Isidore. Avec Sophie Forte, Hervé Dubourjal, J.-G. Barbier, C. Bardery, A. Barbotte, L. Escaffre, A. Gardel, B. Alazraki, Y. Muller, G. Dyrek, … Film, Avant-Première vue le 07-05-2020)++

Sophie, forte de son expérience scénique,
Démarre en fanfare sur musique filmique
Qui entraîne plein champ en labeur labouré.
Repas de famille où les mots vont débourrer
Les situations latentes
Où ils sont tous en attente
De mises au point véridiques, très stratégiques.

Rencontre de travail, construire un personnage …
Dans un huis-clos qui les met en transe et en nage.
Condamné à faire la paix avec ses proches
Dont il s’est éloigné ; ce n’est pas dans la poche.

L’enjeu du psychodrame qu’ils reconstituent
N’a plus rien d’un jeu car les mots blessent et puis tuent.
Alternance de fiction et réalité
Où le scénario s’étire et reste alité
Dans une respiration qui tient en haleine,
Faisant bondir un yoyo entre amour et haine ;
Gaieté factice, rires forcés sur la peine.

En suivant le cours de la rivière et du flot
De paroles noyées dans l’incompréhension,
On s’attache à démêler le vrai du faux lot
De situations où les acteurs sous tension
Mettent et dévêtent leurs habits de paranos.

Pleurs contraints,
Sept contre un,
Tour à tour, ils se déboutonnent et passent à table,
Se foutant psychologiquement sur le râble.

Entre répétitions
Et manipulations,
L’épuisant «jeu de rôles»,
Une tragédie, frôle.

C’est le Monopoly
Du bluff et de la vie
Où demeurer poli
S’avère un vrai défi.

Leur forte interprétation théâtralisée
Écharpe à vif les êtres ridiculisés,
Perce à jour le côté sombre, banalisé.
Puissant film sincère pour dédramatiser.

Ça tient bien la route, même quand ça déraille,
Les fils conducteurs restent parallèles aux rails.
Ça tourne comme le porcelet sur sa broche
Quand leurs esprits fragiles et torturés s’embrochent.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
 

«Corona, prénom qui n’a de joli que le nom» (07-05-2020)

Carina    
Parraina       
Karina        
Qui niera            
Qu’on aura                     
Qu’à Paris    
Qu’on parie  

Qui n’ira     
Qu’au pays       
Canaries         
Qui ne rit        
Sans souris      
Sans soucis      
Sans sous si        

Corina     
Caréna       
Son dada       
Ventre à plat           

Corona    
Dessina          
Des traits pas    
Très sympas       
Du fracas

Mis à bas               
Le trépas        
Décima            
Quel dégât            

On traqua       
Le tracas       
Qui’s barra      
Débarras       
Patatras

Corona     
Bien s’enfla             
S’imbiba         
De tabac               
Et creva       
D’un crachat

Eva / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

«Un burnout presque parfait !». De et avec Greg Genart. Mise en scène Denis Glayzal. Par «L’After Work Théâtre». (Avignon 2019, «Clash Théâtre», 16h45) (Avignon 2021, du 03 au 26-07, «Sham’s Théâtre», 16h00) (Captation vidéo vue le 06-05-2020)+

G.G., au «travail», se voudrait «presque parfait»
Et, pour la «solidarité», il semble fait.
Seul sur scène, sa quête d’emploi dégénère
Face aux difficultés qui lui mettent les nerfs.

Le mensonge, hissé au sommet des qualités,
Dans l’art des contrefaçons va se déliter.
Au «Sham’s Théâtre» d’Avignon, ce one man show
Grille les planches, soufflant le froid et le chaud.

Pour peindre le saugrenu, il n’est pas manchot
Et se donne à fond pour décrire les tableaux.
«Ragots», virus de la réunionite aigüe,
Greg dévoile tout ce devrait être tu.

Il s’amuse comme un fou furieux à conter
Les anecdotes et les enjeux à surmonter.
Il a «soif» de réussite et de «promotion».
Déchiffrez le «pneumatique» de ses actions,
Qu’il adresse avec toutes ses salutations,
Si vous aussi vous voulez une «augmentation».

Il dénude «performance» et relationnel
Face au miroir aux alouettes ouvrant leurs ailes,
Détrônant la concurrence mise au tapis ;
Et, derrière son expérience, il se tapit.
Au «Clash Théâtre», aussi, il relate sa vie.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Virus, ma bataille». (Huit mai, oui mais … 2020, en vain, An feint, enfin !)

Virus, ma bataille,
Faut que tu te tailles,
Faut que tu t’en ailles.
Mets ta gousse d’ail,
Contre ton chandail,
Traverse les rails.

Ici tu dérailles
Comme une canaille.
Tu nous appauvris
Le cœur et l’esprit.

Prendre le soleil
Reste une merveille
Que notre sommeil
Embellit. Pareil
Au miel des abeilles,
Le suc des oreilles
Sourdes à leurs pareilles,
S’envole aux corneilles.

Je suis confiné(e)
Comme un comprimé
Au fond de son tube.
Le monde m’entube.

Je suis compressé(e),
Plus jamais pressé(e)
Car le temps défile.
Je reste en ma file.

Mon circuit va pile
Entre ordi et piles
De trucs qui s’empilent
Et que je refile.

Depuis ma fenêtre
Donnant sur deux hêtres,
Je cherche les êtres
Pour me sentir Etre.

Il faut bien l’admettre,
Tout est à renaître ;
Mais tout m’appartient :
De l’air et du rien.

Un petit vaccin
Libère le sein
De toute oppression ;
Sautent les pressions …

… Pour mieux respirer,
La vie aspirer.
Je rêve d’azur,
Mais qui en a cure ?

L’humanité crie
Quand on la décrie ;
Culture s’écrit
Dans un beau gâchis.

Les navets sont cuits.
Liberté s’enfuit.
Job à domicile.
Virus imbécile,

Partout, s’insinue ;
On tombe des nues.
Quand tu traficotes,
Que d’autres tricotent
Et que l’on radote,
J’enfile ma cote …

… De maille, à l’endroit,
A l’envers. Tout droit,
Foncer de travers,
Surtout à travers
Le bois des travers
Du grand La Bruyère.  
Troubadours, trouvères,   
La joie ils trouvèrent.

Je m’arrache aux lierres,
Cours à la lisière,
Franchis La rivière,
Rejoins la rizière.
Chaque grain de riz
Sort et me sourit.
Réveil ! C’est fini !

Pour qu’on recommence,
Semons des semences,
Graines de bon sens …
Giratoire. On pense
Et l’on se dépense

Sans plus rien compter.
Plus rien à conter
A notre auditoire
Au fond des tiroirs.
Ne broie pas du noir,
Vis, récris l’espoir !

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 mai 2020 dans 8 Elucubrations

 

Tour du Monde «Deliziosa». (Du 05-01-2020 au 26-04-2020)

La belle A.-L., hôtesse belge francophone,          
Se vautre dans un comportement qui détonne           
Avec la fonction qu’elle est censée occuper.     
Pour brasser de l’air vicié, elle en fait des tonnes,      
N’accordant crédit qu’à sa petite personne ;     
Seule son apparence l’a préoccupée.      

Elle se nourrit de ragots qu’elle colporte,                  
Les englue de sauce mensongère et en porte          
Les reliefs empoisonnés aux ouïes crédules,           
Les faisant gober jusqu’au fond des mandibules.       

Elle déforme tout et traduit de travers ;             
Le harcèlement constitue son ordinaire           
De propos dégradants au fiel autoritaire       
Déversé avec la force d’un lance-pierres.         

Inculte et incompétente, mais toujours fière,           
Dresser les uns contre les autres est son entière         
Activité exercée de façon altière.         
De grâce, mettez-la sur de courtes croisières             
Afin que ses hautes qualités de nuisance              
N’aient pas le temps d’éclore et de prendre naissance.                    

Qu’elle suive d’abord des leçons de français          
Avant de s’exprimer sur ce qu’elle ne sait.               
Calomnie et diffamation devraient s’exclure           
De l’équipe COSTA, mais elle n’en a cure.              
Je m’associe à tous les autres passagers         
Qui, par ses infamies, ont été outragés. 

Oza / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 avril 2020 dans 6 Divers (s'y fier)

 

«Cirque du Soleil – Rétrospective». Direction cinématographique David Mallet. (Captations vidéo vues le 01-04-2020)+++++

«Le Cirque du Soleil»,
Une pure merveille
Qu’on ne quitte des yeux
Qu’après être amoureux
De toutes leurs prouesses
Qui nous mettent en liesse.

Défiant la pesanteur,
Ils font battre nos cœurs,
Allument les étoiles
Des génies qu’il dévoilent.

La perfection s’écrit
En beauté infinie.
Superbes ralentis
Qui laissent ébahis.

Numéros d’exception
A la vitesse du son.
Talents à profusion
En totale fusion.
Comble de l’émotion
En mirant leur passion.

Somptueux maquillages,
Couleurs chaudes et sauvages.
Des tons verts pâturages,
Bleus intenses en nuages
Aux rouges flamboyants
Et jaunes étincelants.

Élégance
Qui balance
En tous sens.
Performances
D’inédits
Paradis.

De grands numéros
Internationaux
Où leur Feu Sacré
Les a consacrés.

Chaque spectacle a sa marque dominante
Qui s’accorde aux prestations hallucinantes ;
De «Kooza» à «Quidam» ou «Saltimbanco»,
«Ka», «Alegria», un triomphe en bravos,
«Worlds Away», «Varekaï», on leur dit banco !

«Le Cirque du Soleil» porte bien son nom,
Produit de sublimes perles de renom
Et bouleverse notre univers à fond.
Pour éblouir, ils en connaissent un rayon !

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Lisa et moi». De et par Laurent Brouazin. Création Lumière Pierre Blostin. Collaboration artistique Marie Sauvaneix, Pascal Besson. (Paris, 02-01-2020, 21h00)+

Cinq cents ans de regard entre public et œuvre ;
On les sent passer dans les diverses manœuvres
Où le bon comédien met tout son art en œuvre
Pour une plongée réciproque dans les yeux
Énigmatiques de La Joconde, curieux
De découvrir si les nôtres virent au radieux.
Dans la tête de Lisa il se sent heureux,
L’expressivité de son visage est au mieux.

C’est, sous un nouvel éclairage très mouvant,
Que les ombres prennent un aspect émouvant.
Au «Théâtre Essaïon», une mise en lumière
Finement travaillée sert d’entrée en matière.
«Simplicité : ultime sophistication»
Pour que ressortent mieux les traits de la passion.

Mona Lisa, l’universelle,
Est bien plus qu’un simple modèle,
Elle reflète l’essentiel.
Mona Lisa, l’énigmatique,
Déchaîne toutes les critiques,
Bouleverse tous les publics.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 janvier 2020 dans 3 Envie de théâtre

 

«Fleur de Peau». Texte, Interprétation Sandie Masson. Et avec Eric Savin. Mise en scène Patrick Azam. Par la «Compagnie des Contes Urbains». (Paris, 28-12-2019, 21h30)++

«Elle tatoue son corps», à l’endroit, à l’envers,    
«Pour lui faire faire l’école buissonnière».
Quand tout les oppose, commence l’attraction
Qui grandit aussi vite que la répulsion.

L’art du tatouage,
Parfum d’un langage ;
Maîtrise sauvage
D’art du voisinage
Et du polissage.
Zeste de dressage
Sous le vernissage.

Un brillant duo qui explose
Les conventions à l’eau de rose
Et de nouvelles règles impose
Lors de ce voyage en névrose.

L’écrit comme l’œuvre
D’un jeu en hors-d’œuvre.    
«Baiser une pieuvre»,
Terrifiante épreuve
Savourant sa preuve.

Combat en symbiose
Que l’humour arrose
Sans nulle nécrose.
«Théâtre Essaïon»,
Gravées au fronton
De la rébellion,
Les piques, essayons.      
Leur plume acérée,                 
L’âme, a lacéré.   

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 décembre 2019 dans 3 Envie de théâtre

 

«Tarmacadam». Écriture, Interprétation Lou Lefèvre. Mise en scène Elise Maître. Par «La Compagnie d’en Face». (Paris, 28-12-2019, 17h30)+

La découverte de la Guinée Conakry,
Entre les larmes, le sourire et quelques cris
De surprise, en une grande aventure humaine
Touchante, où le fil conducteur trame sa chaîne.

Dix années d’une enfance
Et d’une adolescence
Tissent les souvenirs
Qui vont tout réunir
Au «Théâtre Essaïon»
En danse et tradition.

Douce cérémonie du thé à la menthe :
Premier service … amer comme la vie,
Deuxième service … fort comme l’amour,
Troisième service … doux comme la mort.
Le goudron de l’existence qui dévore
A pleines dents les pieds nus, partout, sévit.
Bijou dans un écrin d’écriture à jours  
Qui enveloppe les souvenirs d’attente.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 décembre 2019 dans 3 Envie de théâtre