RSS

« A la maison ». De Alain Lahaye. Mise en scène Cedrick Lanoë. Avec Denise Aron-Schröpfer. Par la « Compagnie des Ondes ». (Avignon, 20-07-2017, 11h50) +

« Thème de la vieillesse et de la dépendance » ;
« Être heureux quand on est seul et que l’âge avance… ? »
On entre dans le vif du sujet par la chute,
Celle qui conduit à la maison de retraite.
Lucienne alors s’y construit une tour d’ivoire,
Bien à l’écart du bruit, dans un petit boudoir.
Elle raconte tout, en allant droit au but,
Entre lecture et accordéon, d’une traite.

Toute sa vie défile aux « Ateliers d’Amphoux »,
Sans qu’elle perde le fil des souvenirs doux.
Elle parle des larcins, des mesquineries
Et de tout et de rien avec espièglerie.
Elle chante en chœur « malgré sa sauvagerie »
Et confie ses instants de bonheur-désespoir
A l’auditoire ainsi qu’à son petit miroir,
En compagnie de vingt verres de vin à boire.

Et c’est la poésie
Qui la maintient en vie …
« Rester debout et digne en toute circonstance »,
Dans la « brutalité » ou dans « l’indifférence ».

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Ici-Bas ». Fable migratoire pour tous. Texte Bruno Lajara. Mise en scène, Jeu Céline Dely, Perrine Fovez. Par « Les Chiens de Compagnie ». (Avignon, 14-07-2017, 15h00) +++

« La jungle de ceux qui font que passer et se servir »,
Rapproche les peurs et la faim qu’on ne peut assouvir.
« La haine, ça rend le cœur aride »,
Çà ne remplit pas les ventres vides.
Une écriture simple et directe
Qui, en rien, les sentiments, n’affecte.

La mise en scène, d’eau et de cendres,
Grise de ce mélange à descendre
Les idées moches, salement jaunâtres,
Décortique et noie les pensées saumâtres.
« Les réfugiés, cabossés de la vie »,
Cherchent un pays où se mettre à l’abri.

« Bateau lourd à cause du poids des âmes en peine » ;
C’est le conte tragique des vies porcelaines
Brisées pour ne pas être nées du bon côté
De la plage où s’enfoncent les identités.
Au « Théâtre Artéphile »,
Leur temps, longtemps, défile.

« L’enfant désiré, l’enfant des promesses » ;
« L’enfant perdu » et l’enfant sans caresses ;
Petits bonshommes
D’aluminium
Se croisent aux chemins tortueux de la détresse.
Un spectacle attendrissant, et plein de justesse,
Au décor de lessive de lessive qui nous met en liesse.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« American Gospel Junior ». Chœur, solos, pianiste. Avec en invité Dale Blade. (Avignon, 11-07-2017, 18h45) +

Qu’est-ce que le Gospel ?
Du bonheur à la pelle !
« Collège de La Salle »,
Sept voix en chœur s’installent ;
Dale Blade en soliste
Et aussi un pianiste.

Vêtus d’un blanc brillant
Et d’un rouge pur sang ;
Chants de révolte, cent
Pour cent, qu’on soit croyant
Ou pas ! L’émotion s’en
Vient solennellement.

Dans cet embrasement,
Chacun de différent
Nous offre son talent.
La montée en puissance
En met certains en transes
Et, sans leur faire offense,
Nos bravos les encensent.

« O when the saints go »
« Marching in », tout de go,
Avec eux on y va,
On danse sur le tas.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Pascal Mary en Concert », au piano. Auteur – Compositeur – Interprète. (Avignon, 11-07-2017, 16h45) +++

Pascal Mary,
C’est le mari
Qui désespère
Les belle-mères.

On passe l’année à attendre les nouvelles
Chansons que cet auteur compositeur emmêle
Dans les cordes vocales de sa vie réelle
Et dont il ne dévoile que quelques parcelles.

Sa nostalgie profonde, qui fait salle comble,
Se boit comme du petit lait et ça le comble
D’espoir enfantin avant que sa peau ne plisse.
« Son stylo a souvent la larme à l’œil » qui glisse
Sur le papyrus de ses envies de délices.

Des textes ciselés, finement ouvragés
Et des réflexions sur la vie en abrégé,
Dans un subtil double-sens pour désagréger
Le trop-plein de sensations à envisager.
Ce qui met le cœur en feu, l’a encouragé.
Il chante ce qui l’a meurtri et enragé.

Sa tristesse est si convaincante que l’on rit
Et ça fait du bien de sortir conquis, surpris.
« Rappel : le berceau, c’est du cercueil qui patiente » ;
A « L’Atypik Théâtre », le bonheur nous tente.

Un humour en plaquettes, sans céder en rien.
Alors, comme depuis toujours, « Vivons d’un Rien ».
Le savoir, c’est déjà s’aider un joli brin.
Compléter sa collection de CD, c’est bien !

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Zeee Match !!! » Spectacle familial. Conception, Percussions Krystina Marcoux. Percussions Katy La Favre. Arbitre, Trombone Pierre Bassery. (Avignon, 11-07-2017, 14h30) +++

Joute où deux batteuses de classe exceptionnelle
S’affrontent dans un match tapant et irréel.
Échange de coups de drôlerie infinie.
En solo ou duo, elles ont du génie
Sous leur peau de tambour, tant elles rivalisent
De talent. « Espace Roseau », elles nous grisent.

Sportives de haut niveau de la batterie,
Combattantes au geste et à la chorégraphie,
Elles sont championnes de l’improvisation
Et nous mettent K.O. dans un chaos d’actions
Au goutte à goutte de leur imagination,
Au coude à coude durant les exécutions.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Looking for Lulu ». D’après « La Boîte de Pandore, une tragédie-monstre » de Frank Wedekind. Adaptation, Mise en scène Natascha Rudolf. Adaptation, Jeu Sabrina Bus. Par la « Compagnie Véhicule ». (Avignon, 11-07-2017, 12h30) +-

« Petites filles décolletées jusqu’à l’âme »,
C’est pour tout et n’importe quoi qu’elles s’enflamment.
« Espace Roseau », l’innocence dépravée
Se terre et ne pousse plus en fleur de pavés.
Lulu, comme femme-poupée, fut élevée …
Au rang de modèle habilement façonnée.

C’est la vie dissolue
D’une fille des rues
Qu’on prénomme Lulu,
Qui se promène nue.

Mais elle n’est plus une oie blanche.
A sa réussite elle planche
Et sa raison jamais ne flanche.
Est-elle perverse ou … bien franche ….

Un jeu d’écœurement, à la vie, à la mort
A Et au mariage destructeur ou plus encore.
Des quatre hommes « elle était source de revenus » ;
De tricherie en bassesse et déconvenue,
On ne la veut plus ; « à présent, elle est foutue ».

Elle était au plus haut,
Là, c’est le caniveau.
Plus rien à manger ni boire,
Ne reste que le trottoir.

Car « cette bouche, je la connaissais déjà »
« Quand elle avait des dents de lait », dit son papa.
Séquestration, viol, inceste, prostitution,
Mais à qui la faute ? Se le demande-t-on ?
C’est atroce et totalement insupportable,
Juste bon à vomir et rouler sous la table.

La nouvelle adaptation se veut déroutante,
Ne laissant que l’immoralité dégoûtante.
C’est un voyeurisme de la littérature
Écartelée entre misère et puis luxure ;
Une provocation qui mène la vie dure
Et qui, tout au long de ce spectacle, perdure.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« KosmAnarchie ». Prévert et Kosma. Théâtre musical. Conception, Mise en scène, Interprétation Par la « Compagnie Parole et Musique ». (Avignon, 11-07-2017, 10h45) +++

« Ceux qui mettent un loup lorsqu’ils mangent du mouton »,
Se voilant la face quand ils font les gloutons
Afin de ne pas voir la souffrance du monde,
Devraient plonger dans le baquet de bonnes ondes
De « KosmAnarchie » qui les diffuse à la ronde.

Tricotage des poèmes … un vers à l’endroit,
Une ligne à l’envers, pour revenir tout droit
Au cœur du sujet, au « Théâtre Notre-Dame »
Où la Sainte-Trinité ranime la flamme.
Ce révolté trio met Prévert en valeur
En lui versant un peu d’opéra sur le cœur.

« Un éclat de rire, dans l’œil », que l’on reçoit
Par l’humoristique mise en scène de choix
Qui nous présente leur vision de la baleine ;
Ce qui nous retient joyeusement en haleine,
Avant que de sombrer dans les récits de peine
Qui fustigent tous types d’agression, de haine.

Lessive bien faite et linge raccommodé
Avec un bon fil conducteur, accommodé
En comédie sympathique, sauce musicale,
Sur piano à queue,
En milieu aqueux,
Servi sur astucieux décors mode originale.

Montage réussi
Pour les gros temps de pluie
Cachés sous parapluie.
Mettez-vous à l’abri
Au coin de poésie
De leur « KosmAnarchie ».

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés