RSS

« La Putain du dessus ». Pièce de Antonis Tsipianitis. Adaptation Haris Karyotakis. Mise en scène Christophe Bourseiller. Interprétation Emilie Chevrillon. (Paris, 18-11-2017, 16h00) +++

De par un titre racoleur
Qui annonce bien la couleur,
On s’attend à tous les malheurs
Avec parodie du bonheur.
Rien à voir, le titre est trompeur
Et le mari, un harceleur.

C’est tout le contraire, fureur
Et esprit finement vengeur
Qui décrit le sombre univers
D’une mariée qui voit l’envers
Du décor sans être à la noce.
Un écrit joyeux et féroce
Qui remet les pendules à l’heure.

Dans un modeste appartement
Ravagé par tous ses tourments,
Reprenant son destin en mains,
Elle affronte ses lendemains
En réflexions approfondies
Sur sa vie qui l’a refroidie
Aux côtés d’un cynique époux,
Glauque et parfaitement ripoux.

Après les funérailles de la délivrance,
Elle renaît des meurtrissures et des offenses,
Prête à se reconstruire et croquer l’existence,
Mettre au service des autres ses compétences.
 
Il flotte un magnifique air d’humour raffiné
Que la comédienne hume de façon innée.
Elle nous raconte sa « descente aux enfers »
Dans sa vie conjugale qui, son cœur, enserre.

« Théâtre de La Huchette » au Quartier Latin
Règne un allant espiègle et quelque peu mutin.
Sa revanche vivifiante sur l’oppresseur
Rayonne en nous comme un arc-en-ciel de chaleur.

Une mise en scène et un jeu irrésistibles
Où chaque phrase percute la juste cible.
Elle porte le texte avec grande ferveur,
L’enrichissant d’un réel talent créateur.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 18 novembre 2017 dans 3 Envie de théâtre

 

« Ivresse(s) ». De Falk Richter. Traduction Anne Monfort. Mise en scène Jean-Claude Fall. Création vidéo Laurent Rojol. (Paris, 17-11-2017, 20h30) +

Blancheur des pages qui s’amassent en fantômes
Pour ensevelir les mots jusqu’au fond des tomes.
Un lit de feuillets qui recueillent les pensées
Et les réflexions défilant et recensées
Dans une continuelle interrogation
Sur les complexes et ironiques relations.

Une étude féroce de ce qui s’effondre
Dans un magma d’idées où la peur va se fondre
En immense bouillie de sentiments informes
Où le jugement tout détricote et déforme.
Êtres déchiquetés dont les coutures craquent,
Mal à l’aise dans des couples qui se détraquent.

La mise en scène déchire les faux-semblants,
Couvre les réflexions de plastique tremblant.
A « La Tempête », s’affichent les mots troublant
L’ordre établi, quand tout devient flou et patraque
Et que la vie émerge des coups de matraque.
Un texte qui perturbe et dont les phrases claquent.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 novembre 2017 dans 3 Envie de théâtre

 

« Titi tombe, Titi tombe pas ». Création circassienne de Pascal Rousseau. Mise en scène Ami Hattab. Par la « Compagnie Pascal Rousseau ». (Chamonix, 17-10-2017 à 14h00 et 18-10-2017 à 9h30) ++

Après dix ans d’attente pour que les petits,
Du plaisir de l’équilibre, bénéficient,
Pascal Rousseau arrive enfin à Chamonix
Pour leur faire profiter de son harmonie.

Titi fait feu de tout bois quand il se déchaîne
Face aux « scolaires des Pélerins » qu’il entraîne
Au jeu délicat plein de qualités humaines,
Menant à la baguette les bâtons qu’il traîne.
Dans une partie où il joue contre lui-même,
Il mate sa solitude en cherchant l’extrême.

Ce dresseur d’objets dompte tous les éléments,
Petits ou grands, leur insufflant du mouvement.
Il explore les limites de l’équilibre ;
C’est à leur point de rupture qu’il se sent libre.

Dans son jardin secret, il construit un abri
D’illusions boisées, quand survient, comme un cabri,
Une oiselle dérangeant son monde établi,
Papillonnant, tourbillonnant dans les débris.
Dans leur détermination, aucun ne faiblit.

Il aime l’ordre, elle y met un grain de folie
Lorsqu’elle abat les murs de sa mélancolie.
Un monde en construction où l’imprévu surgit,
Où il lui faut mettre toute son énergie,
Rétablir ce qui tient de la sorcellerie
S’écroulant dans une ahurissante furie.

Vont-ils se tolérer, même s’apprivoiser ?
Mais en attendant ils ne font que pavoiser,
Se jaugeant au-dessus de l’instabilité
D’une envolée en souplesse et festivité.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Festival a-oût, cinquième édition ». Du 5 au 12 août 2017. Conférence de presse. (Avignon, 03-08-2017, 10h30)

Le « Festival Théâtre Amateur », nouveau cru,
Accueille une cinquième salle. Qui l’eut cru !
Le tarif imposé s’est aussi libéré
Pour laisser la place à la générosité ;
C’est donc la participation libre au chapeau,
Remerciant les acteurs en sortie de plateau.

Que ce soit au « Théâtre des Vents », au « Rempart »,
A « Saint-Michel », au « Chapeau Rouge » et, d’autre part,
A l »Atelier Florentin », on vient prendre part
Aux dix spectacles proposés avec grand art.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Gainsbourg Confidentiel ». Texte Jean-François Brieu. Interprétation Stéphane Roux. Mise en scène et guitare David Fabre. Contrebasse Aurélien Maurice. (Avignon, 30-07-2017, 19h10) +

« Crachant son répertoire, comme la vipère »
« Son venin », Serge Gainsbourg lance ses repères
Avant de ferrer les belles de la chanson
Pour qui il écrit de sulfureuses paroles,
Théâtre Le Compositions aux mille facettes et façons,
Qui font l’effet de rasades de vitriol.
 
C’est la solitude bercée par la musique
Inscrite sur portée de larmes alcooliques
Qui, au « Petit Chien », nous rend l’âme bucolique.
Gainsbourg, l’intime des débuts, mélancolique,
En un devenir qui se construit, se raconte,
Compte ses déboires, ses histoires et ses contes.

Stéphane y imprime sa marque de fabrique,
Sans parodier Serge, ce serait trop pratique.
A travers l’écran de fumée, pas de panique,
Embarquons vite pour un voyage authentique.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« PSY cause(s) 2 ». De et avec Josiane Pinson. Mise en scène Gil Galliot. (Avignon, 30-07-2017, 17h25) +

Personnage principal et Inspirateur
Du sous-moi ; du sous-soi, il est l’Aspirateur ;
C’est le fauteuil orange en toute sa splendeur,
Celui qui va faire se déballer les peurs.

Qui psycha – psycho et le pourquoi  du comment …
La thérapeute de choc et revirement
Nous délivre de nos angoisses au bon moment.
Donnant envie de s’étendre sur le sujet,
On partage la vie de son couple et regrets.
Dans sa vaste fourchette de spécialités,
Chacun retrouve une part de réalités.

« La championne de la poly-fidélité »
Nous a franchement, ouvertement, épatés.
« Théâtre Le Petit Chien », elle a tout tenté
Pour nous séduire.
On va s’inscrire
Sur sa liste d’attente
Pour qu’elle nous contente.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« La Vie sans Chiffres ». D’après le roman « Le jour où les chiffres ont disparu ». Texte, Mise en scène Olivier Dutaillis. Interprétation Joëlle Seranne. Création musicale Antoine Dutaillis. Par « La Compagnie des Halles ». (Avignon, 30-07-2017, 15h40) +

La « Neuvième » de Mahler
N’est pas un porte-bonheur.
C’est le souffle de la mort
Qui, depuis, la brûle encore.

En deux temps, trois mouvements …
Pour elle, son compte est bon.
Cela fait au moins un an
Que ça ne tourne plus rond.

Les notes trottent en sa tête,
Jamais rien ne les arrête.
Elle concocte une assiette
De sacrée chiffrée recette.

Constamment bourrée de chiffres,
C’est la nausée du sous-fifre
Par « l’éloge du zéro »
Raconté en quelques mots,
Langue signée, vidéo.

« C’est toute sa vie qu’elle met en équation »,
Dans un compte à rebours où les chiffres à foison
Basculent soudain, se bousculent au portillon
Du « Petit Chien », pour une bath math de leçon.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés