RSS

Archives de Catégorie: 7 Idéaux et débats

«Curé le jour, Athée la nuit». D’après le  Mémoire de Jean Meslier (1664-1729). Adaptation, Mise en scène Jean-François Jacobs. Avec Alexandre Von Sivers. Composition, Musique en direct Gilles Masson. (Avignon, 24-07-2019, 17h45)+++++

C’est «La bonne parole du curé Meslier»,     
Qui, retransmise dans une langue déliée, 
Ébranle et percute dans sa véracité, 
Nous ouvre les yeux en toute authenticité.     

Curé de village à la langue bien pendue,
Dire le fruit de ses pensées est défendu.                 
Il révèle les «impostures» qu’il met nues,            
Remet en question ce qui est faussement cru.    

Il démonte les miracles et les prophéties, 
Les invraisemblances et ramassis d’inepties.
Texte fort, magistralement interprété ;
Salvateur, à tous il devrait être prêté.      

Une brillante réflexion rationaliste
Basée sur une solide argumentation.
On a la foi par «la force de l’habitude»
Qui nous invite à croire en une vie moins rude.        

«Quand l’ignorance rend les peuples misérables»…
«Je ne serai bientôt plus rien» qu’un pauvre diable,             
«Mes idées, elles, vivront». Ça c’est mémorable.
Un texte qui a trois siècles et pas une ride ;
Des écrits fondateurs, divinement fluides
Qui remettent en question les croyances morbides.    

1729 révèle un Manifeste révolutionnaire
Basé sur une philosophie exemplaire
Où la sacro-sainte parole se libère
En pages où des vérités explosent et sidèrent.       

Modernité de pensée infiniment juste 
Que l’on devrait graver sur le marbre des bustes
Afin que l’on prenne conscience des bêtises
Que l’on nous inculque dès nos premières bises.      

Un manuscrit osé et qui tient du prodige,            
A brandir au soleil au-dessus des vestiges         
D’une société qui s’agite sur ses tiges      
Ne contrôlant plus les racines qu’elle érige.

Un livre vital pour un spectacle essentiel
Qui démontre ce qui est vraiment dans le ciel.
Un témoignage à la force d’une comète
Pour apprécier les réalités des planètes.          

Belle découverte étoffée et audacieuse. 
Une adaptation théâtrale lumineuse
De ce chef-d’œuvre d’une rare intensité.
Médicament de première nécessité
Afin de ne pas périr dans la cécité.       

Le Théâtre belge «Episcène»          
Héberge une drôle de cène.
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir
Sur la Religion et le pourquoi de l’Histoire
Depuis le jeûne, verset au fond des déboires.
La timbale est pleine de ce que l’on fait croire.
Venez découvrir comment la mer est à boire ;
Contemplez, rien qu’un instant, l’amer qu’est à voir.
Osez marcher sur les os du passé de gloire.      

C’est un texte grandiose à ne pas laisser choir
Qui restera longtemps gravé dans les mémoires.
Un jet d’encre et d’esprit sain sorti des tiroirs.
C’est à lire de toute urgence, sans surseoir.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Diogène ou le Sanglot Hilare de la Mouette». Texte, Mise en scène, Jeu Philippe Lejour. Par la «Compagnie La Parlote». (Avignon, 21-07-2019, 23h00)+++

«Le sourire est le commencement de la grimace».
On pénètre de plain-pied dans le sujet qui glace.
Un véritable corps à corps avec l’esprit
Du remarquable philosophe s’établit.
Face au mur, dans nos contradictions, on est pris,
Subjugués par le texte dont on est épris.

Être entier dans son jugement, sans compromis,
Pour l’injuste pouvoir il affiche un mépris,
Se proclame «citoyen du monde» affaibli.
Ce spectacle défend ce qu’on nous a promis.

Sa richesse réside dans sa réflexion.
«Au Vieux Balancier», il balance sa passion
De la liberté, démontant les oppressions,
Démontrant que, sans persévérante «utopie»,
«C’est la toute puissance de la barbarie».

Excellent jeu, d’une animalité rusée,
Qui met à terre ce qui nous a abusés.
On reste surpris, éduqués et amusés,
De l’agilité déchaînant les mots usés
Aux pensées égratignées, laissant médusés.
«Réduis tes besoins au minimum»,
«Tu seras le plus heureux des hommes».

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Désaxé ». De et avec Hakim Djaziri. Et aussi Leïla Guérémy, Florian Chauvet. Mise en scène Quentin Defalt. Par la « Compagnie Teknaï » et le « Collectif Le PointZéro ». (Avignon, 20-07-2019,15h15)++++

Une musique pleine de complexité              
Qui, à la fois berce et semble dynamiter,                        
Installe sur le plateau une dynamique                        
Que trois acteurs vont maintenir par leurs répliques.                          

« Théâtre Train Bleu », un retour sur l’Algérie,                          
Trente ans d’histoire et la fuite de la patrie                     
Avec, dans ses bagages, toute la fratrie.                        
Enfin, l’adolescence en cité. Regard d’aigle.                            
« Je défends mon territoire, ici c’est la règle ».                             
Et personne pour le soutenir de son aide.                                
La France, les HLM, les vacances au bled …                          

Confrontation des cultures                    
En toute désinvolture                                
Et puis c’est la déchéance                             
Quand frappe la délinquance. 

Nationalité française                  
Qui fait se sentir à l’aise.                        
Une écriture balèze,                          
Percutante et sans fadaise.      
            
Plus de Coopération ;                
Le temps de l’intégration                   
Se pose dans les esprits,                         
Même au fond de ceux qui prient.     
                       
Où l’on apprend qu’en banlieue                         
On trouve aussi de bons lieux.                       
Mais les règlements de comptes                               
Ne font jamais les bons contes.      
                       
On découvre les ficelles                          
Des religions qui harcèlent ;                                  
La montée de l’intégrisme,                          
Le jeu du radicalisme.      
                           
Rhétorique pour convaincre ;                               
Subjuguer permet de vaincre.                                   
Aucune contradiction                             
Permise en confrontation.      
                              
Éloquence contagieuse                                    
Dans une vie plus que pieuse.                               
Des convictions religieuses                                
Pleines d’aberrations creuses.       
                                    
C’est un texte vibrant qui casse les tabous,                               
Remettant les idées en place bout à bout.                                    
Une belle écriture qui fait réfléchir,                                     
Car face au terrorisme il ne faut pas fléchir.    

Un écrit exceptionnel                 
Qui va droit à l’essentiel.                                
Des propos approfondis               
D’un sujet très abouti.   
       
« Réveille-toi ! » Réveille-toi.            
Il est encore temps, ma foi …                                   
De porter en plein fronton                          
Ces mots en lame de fond.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«La Journée de la jupe». De Jean-Paul Lilienfeld. Mise en scène Frédéric Fage. Avec Gaëlle Billaut-Danno, Julien Jacob, Sissoko Abdulah, Hugo Benhamou-Pépin, Lancelot Cherer, Amélia Ewu, Sylvia Gnahoua. Par la «Compagnie Ki M’Aime Me Suive». (Avignon, 20-07-2019, 12h10)+++++

«Ce n’est pas un hasard si c’est tombé sur elle»,   
«Elle a fait exprès de venir en jupe». Qu’elle                 
En paie les conséquences.          
C’est la (l’in) juste sentence.           

Une violence ordinaire en salle de classe …         
Le ton monte, le pouls s’accélère et nous glace,           
Et le coup part  
Dans la bagarre.     

Les enseignants retrouveront leur quotidien,             
Son lot d’insultes et menaces dès le matin.             
Reconstitution qui prend aux tripes et nous tient          
En haleine, du début à l’ultime fin.         

Jusqu’où peut-on tolérer la provocation ?            
Et quand commence la légitime défense ?         
Faut-il un révolver pour que le respect passe ?              
Sujet qui, au «Balcon», déclenche les passions.            
Texte indispensable qui alerte nos sens.     
A voir absolument, ne pas faire l’impasse.              

Puisse ce spectacle faciliter l’écoute,         
Aider à comprendre ce qu’on ne veut pas voir.             
«Il faut juste fermer sa gueule et puis c’est tout».        
Tension permanente et peur s’installent partout.              
Situations que chaque professeur redoute,           
Menant aux agressions que l’on a peine à croire.          

Une analyse approfondie de ce qui blesse.             
Interprétation terrifiante de justesse           
Tant les propos échangés sont l’écho cruel                 
De ceux que l’on peut entendre aux temps actuels.         
La mise en scène est sobre et tout à fait réelle.                           
On est pris en otage tellement c’est dense.     
Écriture incontournable, émotion intense. 

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«225 000 (Femmes Kleenex)». Pièce de Nicole Sigal. Mise en scène Guillaume Vatan. Avec Camille Favre-Bulle, Magalis Bros, Mathias Marty, Rodolphe Couthouis. Par la «Compagnie Bouche B». (Avignon, 18-07-2019, 13h25)++++

Prises dans le cercle vicieux de la violence,
Elles ne peuvent s’échapper des lourdes danses
Que le conjoint, mécaniquement, leur balance.
A l’«Espace Alya», les coups pleuvent en cadence.

La réalité crue saute aux yeux endormis ;   
«Dans les milieux de pouvoir», le viol est permis
Car ils sont au-dessus des lois tous ces chéris
Qui, de leur compagne, ôtent la vie et en rient.
   
«Le domicile conjugal est plus dangereux»   
«Qu’un parking souterrain», voire bien plus monstrueux
Face aux dessous de la criminalité cachée
Par les lois du mariage tant bafouées, gâchées.

Spectacle en tissus aériens à tout casser
Qui fait trembler et laisse la peau hérissée.
Le cerveau en bouillie et l’âme fracassée …
Quand, ces traumatismes, vont-ils enfin cesser ?

Bientôt plus nombreuses au paradis que sur terre,   
Des femmes végètent en terreur et en enfer.
Forme de reportage théâtralisé
Sur toutes celles que la vie a abusées.     
Leur interprétation qui laisse«Bouche B(ée)»             
Aura sans doute d’innombrables retombées.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Si l’Homme était né libre, il doit se gouverner ?» Théâtre d’idées, d’humour et citoyen. De et avec Chantal Ray, Gérard Volat. Par la «Compagnie Remue-Méninges». (Avignon, 17-07-2019, 15h15)++

Le «cabinet de souffrologie» est ouvert
Au dialogue productif et si nécessaire.    
«L’Homme est né libre et partout il est dans les fers».              
La séance d’hypnose en appelle à Voltaire,
Aux Grecs Anciens pour traiter la démocratie
Et tenter de soigner la crise monétaire.    
«Gouverner c’est obéir», et c’est mieux ainsi !    
Car «l’ordre moins le pouvoir égal anarchie». 

L’art-thérapie théâtralise à«L’Alibi»                  
La tentative de guérison des délits.
Et si «la désintoxication du langage»                
Parvenait à maîtriser les nombreux verbiages ?
Retour à la case Aristophane et Rousseau
Pour un essai de compréhension du tableau.

Le Docteur Castoriadis vient ici prescrire
Sa liste de recommandations. A proscrire
Placebos qui font miroiter les alouettes,
Et «l’égalité» à travers une lunette.
Petit détour par la case «fraternité»          
Défroquée dans un sursaut de «laïcité».

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Lanceurs d’alerte». Écriture, Mise en scène Florence Camoin. Avec Olivia Demorge, Marie Broche, Zoon Besse, Louis Caratini. Par la «Compagnie Scène et Cies». (Avignon, 14-07-2019, 15h35)+++

«Un calmant, c’est une petite main tendue»   
«Pour sauter un fossé un peu trop grand». Vendu
A travers une publicité mensongère,
Son labo falsifie les effets secondaires.
La mort n’est qu’un accident de parcours prospère.

«Espace Roseau Teinturiers», règne le mal
Bien caché dans les notices à l’aspect banal
Servant à couvrir les arrières des labos
Qui vivent de l’argent des rêves et placebos
Ou produits nocifs, tels «Grivolax, Calmatan»,                 
Que l’on ne dépiste que lorsqu’il n’est plus temps.   

«Chasse à la molécule, en international»,                
Dans un texte qui en appelle à la morale.
Il est conçu comme un acte de résistance,
Un éveil des consciences face aux maltraitances
Qui sont infligées par voie médicamenteuse,
Masquant la réalité de façon menteuse.  

Quand la mentalité douteuse       
Est une maladie honteuse               
Qui fait un tabac, un succès,          
Et qui a beaucoup de cachet,             
La pilule devient amère          
Et peut conduire au cimetière.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés