RSS

Archives de Catégorie: Avignon 2017

« Edith est dans la Place ! » Conception, Écriture, Mise en scène Delphine Gustau, Johnny Prieur. Arrangements, Piano Matthieu Michard. (Avignon, 22-06-2017, 10h45) +

Pastiche fort drôle des chansons d’Édith Piaf,
Et de différents chanteurs, sur lesquelles on piaffe
D’impatience, attendant les nouvelles mesures.
Détournements d’airs pour une réécriture
Où l’on prend à certains ce que l’on distribue
A d’autres dans un émouvant tohu-bohu.

Robe noire à l’instar de la femme fatale ;
« Chapeau Rouge », c’est un étonnant récital
Qui mêle des textes intergénérationnels,
Réinterprétés de façon spirituelle.

S’épousent parfaitement la part masculine
De l’acteur, qui se fond dans sa part féminine.
« L’Ambigü Théâtre » joue sur l’ambiguïté,
Mais sans jamais tomber dans la vulgarité.

« Âme de boule à facettes » au grain de « folie »
Qui nous jette dans un « tourbillon » de furie
Sentimentale et rétrospective jolie ;
Il a « le look coco » qui lui « colle à la peau ».
Vêtement moulé d’où l’on devine les os,
Il se marrie à la voix d’Édith et c’est beau.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Issue de secours ». Humour déjanté. De Benjamin Isel et Hadrien Berthaut. Mise en scène Georges Beller. (16-06-2017, 21h30) +-

« Dernier vol d’un pilote »
Et déboires entre potes.
« Théâtre du Marais »,
Le public se marrait.
Dans l’ambiance explosive,
Leur conduite abusive,
Largement, récidive.

Un délire hystérique
Pour voyage exotique
Plein d’hallucinations
Et de sidération.
Au « Grand Petit Théâtre »,
C’est leur corps qui folâtre.

Gestuelle étudiée,
Et fort bien cadencée,
Pour cerveaux irradiés
De tourbillons dansés.
Des trublions en quête
De sketches pour leur fête.

Un rêve indéfini
D’ambiance colonie.
Désert au long parcours
D’amusement tout court.
Cette « Issue de secours »
Vaut-elle le détour ?

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Les Fêlés ». De Philippe Sohier. Mise en scène Delphine Gustau, Serge Bonafous. Par la « Bonaf Company ». (16-06-2017, 20h00) +-

C’est une drôle d’atmosphère hyper-tendue
Qui se déguste, façon dîner confondu,
Assaisonné de propos un peu graveleux
Où se fissure mal la coquille des œufs.

Ils déballent leur salade aux petits oignons
Et les mots, quelquefois, font plus mal que les gnons.
Au moindre prétexte ils grattent jusqu’au trognon,
S’épluchant la pomme, voulant être mignons.

Ils se sucent la moelle et les os sans vergogne
Puisque leur couple bat de l’aile à pleine pogne.
Comment pimenter un mariage si l’on rogne
Les habitudes qui donnent envie que l’on grogne.

« Théâtre du Marais » puis « Théâtre des Brunes »,
Dix ans de vie commune, pèsent-ils des prunes ?
Et, quand tout le repas s’en va à la poubelle,
Reste-t-il des reliefs d’amour sous les querelles ?

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« La Violence des Potiches ». D’après Marie Nimier. Adaptation, Interprétation Isabelle de Botton. Mise en scène Jean-Pierre Hané. Gestuelle scénique Philippe Fialho. (13-06-2017, 20h00) +

« Deux façons de se taire »,
L’une est de ne rien faire,
L’autre étant « de saturer l’espace de mots »,
Technique souvent utilisée, par défaut.

Du bon usage d’un mot et de son contraire,
De l’inertie ou du mouvement, elle espère
Que le juste milieu trouvera son repère
Tandis qu’elle peint, dépeint, son art littéraire.

« La colère d’une godiche »
Fait « La violence des potiches ».
Sa révolte ordinaire
Devient vite exemplaire.

Quand il lui prend l’envie
De partager l’avis
Qu’elle cogite sur la condition des femmes,
Elle les défend avec son cœur qui s’enflamme.

« Potiche » à l’intérieur joliment décoré
Dans le but final d’être cassée, dévorée.
Une mise en scène qui va tout dépoter
En comblant les vides quand la terre est ôtée.

« La tête dans les étoiles » au « Studio Raspail »
Et « les pieds sur terre » un brin ancrés dans la paille,
C’est au petit « Pixel » que s’embrayent et déraillent
Les habitudes à remettre sur les droits rails.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« La Goulue ». Le destin de Louise Weber, Reine du Moulin Rouge. Texte Delphine Gustau. Mise en scène, Jeu Delphine Grandsart. Musique, Accordéon Matthieu Michard. Par « La Compagnie Les Petites Vertus ». (12-06-2017, 21h30) +

Après « L’Essaïon », elle s’en va aux « Barriques »
Y mettre le feu et descendre quelques litres.
La vieille pocharde a gardé le sens pratique …
Quand défilent les amants, les chapeaux, les mitres.

Elle brade l’écharpe rouge d’Aristide
Bruand, se parfumant pour masquer la fétide
Odeur des bas-fonds, vendant souvenirs et loques,
Se parant toujours de jupons et de breloques.

« Louise Weber » croque goulûment « Le Moulin Rouge »
Avec son bagout et ses guibolles qui bougent.
De la « Butte Montmartre » elle a gardé la gouaille
Et à la baguette elle fait marcher ses ouailles.

En chantant sa jeunesse et « Toulouse-Lautrec »,
Elle raconte ses coups de griffes et de bec.
De son franc-parler elle sert des anecdotes
Sur une collection d’alcools et d’antidotes.

C’est un récital gai où les chiffons blanchissent
Dans un baquet d’idées sous les meilleurs auspices.
Et le spectacle s’achève sur son enfance,
Ses trois ans, dans une fraîche et blanche décence.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Shaga ». De Marguerite Duras. Mise en scène Hervine de Boodt. Par la compagnie « La Carambole Mûre ». (12-06-2017, 16h00) +-

Est-ce que l’introduction d’un nouveau langage
Permettrait de sortir de soi-même en voyage,
De revêtir l’esprit d’un autre personnage,
L’incarnation animalesque d’un autre âge.

Trois êtres bizarres égarés dans un bocage
S’affrontent dans des situations de blocage.
« Espace Beaujon », le jerrican hors d’usage
Finira sa course « Théâtre des Barriques »
Pour y déposer son très modeste message
Dont on cherche le sens à travers les répliques.

« C’est de la belle ouvrage »
S’ouvrant sur un carnage
Où oiseau et lion nagent
Lissant plumes et pelage.

Quand l’absurde fait rage,
On s’amuse au passage …
Çà n’a ni queue ni tête
Sans que ça nous embête !

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Contagion ». De François Bégaudeau. Mise en scène Valérie Grail. Avec Raphaël Almosni, Côme Thieulin. (11-06-2017, 16h00) ++

Texte qui nous pousse hors de nos retranchements
Et nous force à nous interroger humblement.
« L’incrédulité, début de l’esprit critique »,
Nous permet de remettre en question nos pratiques.

« La rumeur court. (…) L’air (…) gorgé (…) charrie des complots ».
Une pièce peut-elle éradiquer les maux ?
« Au moins, nous aurons essayé », avec des mots.
Dialogues percutants, solides … à fleur de peau.

Faire face à l’urgence, à la peur, aux fachos ;
« Incitation à démêler le vrai du faux ».
L’auteur nous aide à réagir sans perdre pied.
A nous, de poursuivre le discours qui nous sied.

On demeure abasourdi par la densité
Des propos qui nous plongent dans l’intensité
D’un suivi percutant de l’actualité
Et l’on ne distingue plus la réalité.

Si « la panique accélère la contagion »,
Elle se répand au-delà de nos régions.
Quand la manipulation de l’information
Passe les frontières de la compréhension,
On se perd dans un fatras de suppositions.

C’est au « Théâtre Paris-Villette »,
Qu’une analyse, juste et complète,
S’agite en tous sens dans notre tête,
Cogite en effervescence prête
A recueillir leurs notes bien faites.
A Avignon, « Théâtre Artéphile »,
Écoutons leurs pensées qui défilent …

« La peur du drame crée le drame » … en toutes parts.
« Je cours pour survivre … C’est comme un cauchemar ».
« Je veux retrouver la gratuité de l’enfance ».
« J’attends que me prenne une nouvelle espérance ».

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés