RSS

Archives de Catégorie: Avignon 2022

«Brassens à Alger». Voyage de Sète à Alger. Avec Djamel Djenidi, Pierre Bernon d’Ambrosio, Anne-Catherine Logiest, Siham Bessa, Meriem Bounaga, Habibou Ouali, Jacques Pibarot. Par «L’orchestre El Djamila». (Paris, Phénix Festival, 19-06-2022, 18h00)★★★★  (Festival d’Avignon 2022)

«Studio Hébertot» et dix jours à «La Rotonde»     
Pour accueillir un souvenir célèbre au monde,     
Le grand Georges bien connu partout à la ronde.     
Tour de chant bilingue en une harmonie profonde.     

Dans une ambiance conviviale et chaleureuse,      
Un original récital aux voix charmeuses       
Nous ravit par sa jovialité nostalgique.      
Accents colorés et nouveaux accords typiques   
Au banjo et à la mandoline rieuse.      

Grand moment festif où guitares et contrebasse,   
Percussions, grelots, accordéon, nous enlacent   
De leurs sonorités «arabo-andalouses»      
A rendre toute l’assistance un peu jalouse.      

«Mimiques espiègles et regards complices», Brassens
Les met tous dans sa poche quand, ses cordes, il pince. 
Présence indéniable et force de la nature,     
Il conquit le public par sa forte envergure.     

Des solos    
Musicaux     
Sur guitare     
En fanfare    
D’émotions     
Et passion.      
Arrangements divins
Pour ce joli chemin    
De «Pierre», ce boute-en-train.          
Complicité instrumentale     
Et superbe trio vocal.      

Ces artistes, au nombre de sept,     
Évoquent le natif de Sète     
À qui ils rendent un vibrant hommage     
Au sourire généreux en partage.              
 
     
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Flagrant déni». D’après les nouvelles de Guy de Maupassant : «Tribunaux rustiques, Lettre retrouvée sur un noyé, Le Cas de Madame Luneau, Une Vente, Le Trou, Regret». Adaptation, Jeu Alain Payen. Mise en scène Catherine Benhamou. (Paris, 18-06-2022, 21h00)★★(Festival d’Avignon 2022)

«Imaginez les odeurs d’étable et de fumier»         
Dans la salle d’audience où s’écharpent des fermiers 
Pour des histoires de gros sous, de jalousie,     
D’amours déçues, cortège de mesquineries.      
Et le juge arbore «un air de profond mépris»     
À l’égard de ceux qui s’affrontent en veuleries     
Pour tirer de leurs affaires le meilleur prix.      

«Je vais embrasser le bonheur devenu femme» …  
«L’ivresse du cœur, qu’on nomme l’amour», enflamme 
Les sens de celles et de ceux qui voudraient qu’on clame 
Leurs qualités sans qu’éclate à tout va un drame.   

«Théâtre de la Huchette», puis aux «Corps Saints»,   
S’étalent les impudiques aspects porcins,      
Les vives contestations et calculs mesquins,          
Au travers de descriptions à l’esprit coquin.             
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Je m’appelle Adèle Bloom». Écriture, Mise en scène Franck Harscouët. Avec Armelle Deutsch, Sophie-Anne Lecesne, Philippe d’Avilla, et Laure Elko au piano. Par la «Compagnie L’Affabulerie». (Paris, Phénix Festival, 17-06-2022, 21h00)★★★★★(Festival d’Avignon 2022)

Un thriller mental, romanesque et historique     
Qui interroge le bien-fondé de techniques     
Ahurissantes,    
Abrutissantes,      
Avilissantes    
À faire froid dans le dos     
Quand on transperce les os.     

Ambiance rustique qui respire le bois      
Bien brut cachant les états d’une âme aux abois.    
«Fissures de l’esprit» suite aux électrochocs     
Pour un «cortège de miracles» tout en toc.    
Des révélations à la «Condition des Soies».   

«Entre eux et moi, une vague sortie de la brèche»    
«Pour m’isoler des autres» et de leur regard revêche.    
Pourtant «tout le monde en parle et personne ne sait»    
Que les neurologues font de nous ce qui leur plaît.     

Tient-elle tête à l’autorité doctorale ?    
On lui inflige une solution radicale.     
«Pas le droit à l’erreur, sinon vous serez punie».    
Récit criant de vérité et sauvagerie.     


«Sourire forcé à l’asile Providence»    
Où les traitements sont signes de décadence.     

Remarquable interprétation d’Armelle en Adèle    
À qui on a rogné les émotions et les ailes.    
Les rôles de composition le sont avec zèle     
Pour Sophie qui les endosse en toute indépendance. 
Un texte qui met de la poésie dans l’horrible     

Et du rêve pour éloigner le déséquilibre.     

«Comme si s’ouvrait une trappe sur les ténèbres»,    
L’électricité se charge d’éloge funèbre.     
Comme «une disparition de sa propre existence»,    
Le monde qui l’entoure perd de son importance.      

À coups de lobotomie     
On perd son autonomie.    
Un spectacle d’une détresse    
Si poignante qu’elle nous blesse.     
Notre écoute attentive laisse    
Place à une réflexion    
Profonde en ébullition.      

L’internement psychiatrique     
Et ses dérives physiques     
Torturent à mort le psychique.    
Pratique de «la lobotomie transorbitale»    
Moyennant l’usage d’un «pic à glace» fatal    
Qui mutile pour toujours l’apparence faciale.   

La sortie par l’écriture libératoire,     
Livre révélant un terrible moratoire.     
«Mes souvenirs débordent des gazouillis d’oiseaux»
Des compagnes d’infortune. Au «Studio Hébertot»,    
Huit ans d’une vie volée, à l’abri d’un cachot     
Médical où les blouses blanches ont le dernier mot. 
        
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 5 sur 5.
 

«Le Dépôt amoureux». Écriture, Mise en scène Camille Plazar. Avec Thomas Ailhaud, Gabriel Arbessier, Lorette Ducornoy, Léa Schwartz, Anaïs Robbe. Par la «Compagnie Tout le monde n’est pas normal». (Paris, Phénix Festival, 14-06-2022, 21h00)★★★★(Festival d’Avignon 2022)

C’est un début de spectacle très percutant            
Où l’humour se déverse en un flot pertinent     
Grâce à un style bougrement désopilant.       
Pièce qui tranche dans le vif des sentiments,      
Raccommodant les mille bouts aux bords coupants,      
Accommodant les chairs avec l’esprit piquant.       

«Rupture amoureuse» sous toutes ses coutures      
Réparant les «cœurs brisés» des mésaventures     
Qui sectionnent «le nerf romantique» où suppurent      
Les déboires sanguinolents de la mixture      
Des affects, des souvenirs cuisinés qui durent       
Et restent sur l’indigestion un peu trop dure.       

Boire des paroles, ou des coulées de vodka,      
Pour que la pilule passe, on traite les cas      
Désespérés, griffés d’intense «solitude»     
Par de fortes doses dansées de «camarude».      
Remèdes à vérifier, que l’on soit, ou pas, prude.      
Texte drôle, détournant le vocabulaire      
Pour laisser respirer les tripes mises à l’air.      

«Studio Hébertot», puis «Théâtre des Barriques»,   
Le plein d’idées recharge les accus cliniques.   
Spectacle qui repousse les effets chimiques     
Des cachets, les remplaçant par de nouveaux tics.   
Un premier essai littéraire prometteur
Écrit et mis en scène avec force et rigueur.                  
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Tu fais quoi dans ma vie ?» Comédie de et avec Alexandra Moussaï, Arnaud Schmitt. Mise en scène Ludivine de Chastenet. Par les compagnies «Matrioshka» et «NC3B». (Paris, 12-06-2022, 20h00)★★(Festival d’Avignon 2022)

Lui, son passeport et sa dépression partirent,    
Pendant quatre ans, se faire un nouvel avenir.    
Ses retrouvailles avec Emma, particulières,     
Essaient de recréer l’atmosphère d’hier.      

«Funambule Montmartre», le temps a stoppé.    
À «L’Oriflamme», ils vont à nouveau le choper.     
Avoir «dix-sept ans, l’âge de tous les possibles» …           
Tous deux naviguent entre deux univers crédibles.      
   
Jouer les morceaux du puzzle de leur parcours     
Mis en pièces en de labyrinthiques détours      
Pour «vider trente-huit ans de vie en quatre jours»,    
Divaguant autour de nombreux allers-retours.     

«Tant qu’on ne regarde pas, ça n’existe pas».      
«Digérer l’information» et sauter le pas.     
Adieux qui s’éternisent en recommencements     
Pour revenir à leurs premiers balbutiements.      

«Faire ce que la société attend de vous» ?    
Rentrer dans le moule pour faire «un mini-nous» ?    
Attendre que la situation se dénoue ?
Saisir la ficelle et tirer par les deux bouts,     
Déjouer les conflits, les nœuds qui rendent fous.    
Mais «c’est avec toi que je m’engueule le mieux»,     
En toutes occasions et quel que soit le lieu.                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Boule de Suif (la meute)». D’après la  nouvelle de Guy de Maupassant. Adaptation, Mise en scène, Interprétation Yannick Laubin. Par la Compagnie «Les Moutons Noirs». (Paris, Phénix Festival, 12-06-2022, 17h00)★★(Festival d’Avignon 2022)

Depuis un rétroprojecteur, des transparents      
Montrent d’ingrats caractères désobligeants     
Qui n’ont de cesse de juger les autres gens.     
Ignobles jusqu’au fond de l’âme ils vont jaugeant  
Celle qui n’est pas de leur monde, mais «galante»,

Offre ses vivres, reste digne et bienveillante.     

Une adaptation aux traits forcés et grossis      
Comme un festin aux bonnes poulardes farcies.  
Le comédien agrémente fort son récit       
De ses commentaires entre les pages d’écrits.    

L’ignominie de ceux de la haute a contraint    
«Boule de Suif» à donner son arrière-train.    
Grande leçon pour écoliers et collégiens,      
Qui illustre les défauts de tous ces vauriens.     

Certes, femme légère mais digne d’honneur,   
La seule qui ne parjure pas ses valeurs        
Patriotiques, au vertueux, généreux cœur,     
Est rejetée. Brebis galeuse ou «moutons noir»,   
Elle incarne le courage et l’immense espoir.    
«Lavoir Moderne Parisien», puis «Roi René»,        
L’esprit de Maupassant ne fut pas malmené.            
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Britannicus, Tragic Circus». Tragédie burlesque musicale dé-racinée par «Les Épis Noirs». Écriture, Mise en scène, Interprétation Pierre Lericq. Et avec Jules Fabre, Gilles Nicolas, Tchavdar Pentchev, Marie Réache, Juliette de Ribaucourt. (Paris, Phénix Festival, 11-06-2022, 18h00)★★★(Festival d’Avignon 2022)

Au «Théâtre La Bruyère», puis au «Balcon»,      
«Les Épis Noirs» coupent l’ombilical «cordon».   
Ils nous font découvrir nos «monstres intérieurs»  
Par leur version circassienne, haute en couleurs.  

«Innocence» bafouée, «jeunesse éternelle»,    
Dans une tragi-comédie spirituelle.      
Les prises de bec finissent en farce mortelle     
De réalité fictive aux amours cruelles.      

Mise en scène qui flashe, costumes qui brillent     
Pour quelques joutes verbales qui partent en vrille.  
Ça a de l’allure menée à la cravache,     
Afin de dompter les passions vaches qui tachent   
En rouge les remarquables excès qui fâchent.     

On ne voit pas le temps passer,      
Tant de coups l’ayant effacé.     
La magie dans l’exubérance     
Donne un grand tournis d’importance.      
La salle pleine récompense       
Leur prestation simple à outrance.                  
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«Mademoiselle Gazole». De Nicolas Turon. Mise en scène, Jeu Laura Zauner, Georges Vauraz. Par la «Compagnie Ito Ita». (Paris, Phénix Festival, 11-06-2022, 15h00)★★(Festival d’Avignon 2022)

«Studio Hébertot», «Mademoiselle Gazole»     
N’a pas le temps de jouer à la farandole.    
À dix ans, son rôle est de rendre des services,    
D’amuser, de faire semblant d’être novice    
Pour une «agence de location» très spéciale    
Satisfaisant quelques demandes originales.     

«L’enfant qui travaille ne peut être insouciant».     
«Les clients paient pour» se retrouver «innocents»,  
Pour ressortir les souvenirs de l’inconscient,     
Raviver les sentiments enfouis trop longtemps.     

La fillette sans famille change de nom,    
Camille, Charlotte ou Diamant, selon le bon   
De réservation d’enfantines prestations.     
Volontaire ou contrainte ? Mais pas par passion.  
Orpheline recueillie pour gagner sa vie ?     
À laquelle on demande si peu son avis …      

Il règne un non-dit où pèse un certain malaise     
Tendu de couleurs pastel pour qu’à tous ça plaise.  
Face au danger, elle saura désobéir     
Pour, son intégrité, constamment maintenir.     
La petite, vue sous l’angle d’une poupée-      
Marionnette, dans des épreuves d’épopée.     

Très beau décor mobile, construction hors pair.  
Un escalier qui pourrait mener aux enfers     
Mais dont l’ascension devrait changer l’univers  
De l’enfant en quête de l’affection d’un père.    

L’auteur attire l’attention     
Sur l’enfantine condition,     
Interroge la filiation      
Et sa parente, l’adoption.     
Sa quête part à «La Luna»      
Où, sa vie, elle affrontera.                
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«K-Mille». Avec les correspondances de Camille Claudel.  Texte, Mise en scène, Interprétation Anaëlle Queuille. Co-écriture Jean Husson. Chorégraphies, Jeu Caroline  Jacquemond. Création musicale Ariane Issartel, Anna Swieton. Et avec Kate Perrault, Romain Tarnaud, Antoine Leveau, Anthony Ponzio, Pierre Gangneux. Par la «Compagnie Les Évadés». (Paris, Phénix Festival, 09-06-2022, 21h00)★★★★(Festival d’Avignon 2022)

Spectacle tout en chair,      
Aux couleurs de la chair.     
Teintes bistres et rosées      
Pour sculptures arrosées       
Du talent de l’artiste       
Lancée sur sa vraie piste.      

Dans l’atelier du maître,     
Les matériaux vont naître.    
Plâtre, glaise et argile     
Glissent des doigts agiles.    

D’abord «Studio Hébertot», puis à «La Fabrik»,     
Découvrez comment les chefs-d’œuvre se fabriquent. 
De véritables figures chorégraphiées,     
Sous pulsion musicale, vont s’intensifier.    

La grande Camille, vue sous un autre jour,      
À travers quelques chants de détresse et d’amour  
Qui font ressortir tout le génie qu’elle expose      
Mais l’argent manque pour les modèles qui posent. 

Les démons de Camille rongent ses pensées ;   
En but à la persécution, elle est lassée     
Du regard d’autrui teinté de leur jalousie.    
Elle se replie et ferme les jalousies.     

«La pauvre femme, dépouillée de son génie», 
Vidée, recluse et complètement démunie,    
Fuit, de la société, l’horrible tintamarre.     
«Du rêve que fut sa vie, vint le cauchemar». 

Approche originale.     
Un complet arsenal      
Qui réunit avec bonheur différents arts,     
Tels que théâtre, danse, harmonie manuelle   
Et gestuelle, chant, violon et violoncelle.  

Camille Claudel … vue sous un autre regard !  
                 
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Insuline et Magnolia». Texte, Interprétation Stanislas Roquette. Dramaturgie Alexis Leprince. Co-mise en scène Denis Guénoun. Par la «Compagnie Artépo». (Paris, Phénix Festival, 08-06-2022, 21h00)★★★(Festival d’Avignon 2022)

Récit qui transcende la souffrance en jouissance      
De vie, qu’en fleurissent des pensées de jouvence.   
Un spectacle frais, sautillant, gorgé d’espoir    
Pour surmonter les piqûres du destin noir     
Afin de faire jaillir un feu d’artifice    
De pures sensations qui ne soient pas factices.    

De «La Reine Blanche», il vole vers «Le Train Bleu»,     
Dans un tourbillon poétique très heureux.      
Sa rencontre avec ell'(e) qui part autour du monde      
Donne naissance à une écriture féconde.      

Un conseil : «mon petit, sois satisfait des feuilles»,   
«Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles».   
«Enfourche ta vie, croque-la comme une pomme»,   
Savoure-s-en le suc qui console les hommes.    

«Une fleur qui pousse en haut, en bas, en dedans»  
De la poitrine, desserre à jamais les dents.      
Chaque portion de dessert mesuré au gramme    
Devient joie, chevauche avec hardiesse le drame.  

Les instants de bonheur classique ou flamboyant,  
Ces bulbes d’amour, ne sont jamais larmoyants.  
Ces bulles d’amitié     
Ne font pas de quartier.     
Stan offre des parts d’avenir     
À venir quérir et chérir.               
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«Cadavre exquis». De Jacques Chambon, Olivier Maille, Philippe Elno, Jean-Yves Girin, Loan Hill, Peter Dervillez. Mise en scène Marc Andreini. Avec Elisa Birsel, Peter Dervillez. Par le «Théâtre de Poche Graslin». (Paris, Phénix Festival, 07-06-2022, 21h00)(Festival d’Avignon 2022)

«Un concept inédit»,    
«OVNI de comédie».     
«Gambadant sur les sommets de la plénitude»,    
Un duo d’acteurs sort de son lit d’habitudes,    
De «La Nouvelle Seine», puis «Théâtre Arto»,    
Pour se confronter au divan, sur le plateau.     

Six auteurs en quête de pages d’écriture     
Vont s’accrocher à la trame d’une aventure      
Et, à l’aveuglette, tirer à bout portant      
Leurs cartouches d’encre sur les êtres vivant     
Une bizarre expérience de faux-semblant     
Dans un canevas où les fils se déstructurent.       

«L’auteur dont tu me parles est entré dans ma tête»   
Et, avec leur cerveau, il fait des galipettes.     
De leurs six mains qui ratissent, assemblent les mots ; 
De ce shaker, que va-t-il sortir de nouveau ?      
Cocktail où chacun va mettre son grain de sel   
Au mélange savoureux servi en rondelles …                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«À Fleur de Mots». Mime improvisé, Chansons, Piano.  De et avec Fane Desrues, Julien Cottereau. Par la «Compagnie de la Liberté». (Paris, Phénix Festival, 07-06-2022, 19h00)★★★(Festival d’Avignon 2022)

Julien Cottereau, ce naïf émerveillé,    
Dans un autre monde a l’air de se réveiller.     
Sa soudaine apparition pleine de mystère    
Nous cueille aussitôt, mettant le cœur à l’envers.    

Un généreux mime qui fut à bonne école ;    
Quand on suit ses mimiques, … alors on décolle.   
Ce talentueux bruiteur n’est jamais avare    
De sons qu’il apprivoise à son corps défendant    
Et sur lesquels il lance son inventif dard.    
Interprétations poétiques dépendant     
Du tir de son chapeau    
D’où il déplie les mots    
Vécus à fleur de peau.     

Fane Desrues chante ses textes avec fraîcheur,     
Le front ceint d’une couronne de plumes et fleurs.     
Compositions musicales tout en douceur     
Qu’elle accompagne à son piano, avec bonheur.     

C’est un récital mixte à «La Nouvelle Seine»    
Où le piano alterne avec le corporel.    
Ils nous font vivre un havre de paix potentielle.   
L’échange des regards    
Ne tient pas du hasard,    
Ils sont complices d’un bout à l’autre des scènes.     

Leur écrin de tendresse,    
À la «Pierre de Lune»,    
Brillera sans faiblesse.    
S’imprimant sur les dunes    
Aux fins grains de sagesse,     
Avignon rêvera     
Autour de leur aura.                    
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«13». D’après «Le livre que je ne voulais pas écrire» de Erwan Larher. Adaptation, Mise en scène Pierre Azéma. Co-adaptation, Interprétation Alex Metzinger. Chant, guitares, composition Pauline Gardet. Par les compagnies  «Le Bruit du Murmure», «La Pierre Brute», «Les Ondes Porteuses». (Paris, Phénix Festival, 06-06-2022, 19h00)★★(Festival d’Avignon 2022)

Deux-mille-quinze au «Bataclan», treize novembre …    
La peur reste présente jusqu’au bout des membres.     
Sur scène, la musique vivante électrise     
Le public actuel sans que tous réalisent      
Vraiment ce qui, devant eux, se matérialise.     
C’est qu’«il va falloir accepter de lâcher prise».     

Un écrit cash, positif, jamais larmoyant,      
Où la pudeur s’installe confortablement.     
De son intime tragédie sort l’érection      
D’une nouvelle vie pleine d’appréhension,      
Prête à saisir ce qui passe à portée de main     
Pour se réveiller requinqué un beau matin.      

On aimait notre époque,     
«On écoutait du rock»,     
«Donc on faisait partie d’une famille»     
Unie, sans tirer dans le jeu de quilles.      

Mais, «pourquoi attendre les drames pour sourire» ?     
Un spectacle optimiste pour guérir du pire    
Ou du moins tenter avec humour d’en sortir.     
Un moral à toute épreuve pour revenir.      

Aveu très pudique,    
Du côté ludique.    
«J’ai peur dans ma chair»,     
«J’ai peur dans mes nerfs».     

«J’attends, à la lisière de la fébrilité»    
«Et de l’angoisse», de retrouver la liberté   
De mes mouvements,    
De mes sentiments.     

La musique, étroitement, se mêle au récit.    
On entre aussitôt dans le concert réussi.    
Duo qui s’engage sur un chemin d’espoir    
Dans la fraîcheur d’un nouvel amour pour y croire.                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Univergate». De Louise Caron. Mise en scène Renaud Benoit. Avec Serge Dupuy, Gilles Carballo. Par la «Compagnie Pic’Arthéâtre». (Paris, Phénix Festival, 05-06-2022, 21h00)(Festival d’Avignon 2022)

«Ce soir est la fin, ce soir est le commencement»    
D’existence fleuve frappée de débordements.     
«Une lune blafarde dans un ciel de sang»    
Éclaire les circonstances d’un accident.    

Un choc et c’est le clash,     
La fuite en avant, le flash.     
Fuir «le crédo familial»    
Et son ascension sociale.     

Quand plus rien ne va, que l’on est au bord du gouffre,   
Que le corps se vide et que la conscience souffre,    
La bouche se remplit de nauséabond soufre.    
«Un professionnel, un être obéissant et vil»     
Qui «fait ce pour quoi on le paie», de façon servile.     
L’acteur se donne à fond dans sa passion virile.    

Chutant sur les tatamis,    
Tous les espoirs sont permis.    
Pont, route vers l’infini      
Brumeux des faux paradis.      

C’est dense,        
Intense,       
Fragile ;        
Ça défile   
Comme un fil    
Électrique    
En panique.    
Les pensées se faufilent    
En battements de cils    
Emprisonnant la ville.      

Course chaotique d’un homme démuni    
Qui rebondit à travers sa vie désunie.     
Du «Studio Hébertot» au «Roseau Teinturiers»,     
D’amères surprises vont, sa langue, délier.    
Un spectacle qui sort des traditionnels clous      
Pour s’ouvrir à un espace devenu flou.                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Courgette». Théâtre musical. Texte Gilles Paris. D’après «Autobiographie d’une Courgette». Adaptation, Mise en scène Pamela Ravassard. Co-mise en scène, Jeu Garlan Le Martelot. Comédiens-chanteurs-musiciens : Vanessa Caillhol, Florian Choquart, Lola Roskis Gingembre, Vincent Viotti. Par «La Compagnie Paradoxe(s)». (Paris, Phénix Festival, 04-06-2022, 20h30)★★★★(Festival d’Avignon 2022)

«Quand j’étais petit, je voulais tuer le ciel»   
Pour calmer maman et sa vie pestilentielle.    
«Crever les nuages qui pissent le malheur»,    
L’innocence coupable provoquant les heurts.    

L’ont-ils bien descendu ? S’agit-il de l’escalier    
Ou d’un drame familial en marge du palier ?   
Une série de marches qui plongent en toboggan    
Dans une mise en scène au montage extravagant.    

Au «Théâtre de l’Opprimé», puis aux «Béliers»,    
Inventive pièce à l’ombre des peupliers    
Des maisons de redressement qui font plier     
Les orphelins qui se sont, sur eux, repliés.      

Un spectacle émouvant qui donne de l’espoir.     
Clavier, batterie, guitare et harmonica,     
Xylophone et violon submergent les tracas.     
Conte de fée tragique à la Dickens, à voir     
Absolument. Excellente distribution     
Où tous les artistes sont à contribution     
Dans différents registres, de l’adaptation     
Instrumentale, aux rôles de composition.          
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Marc Rougé a quitté le groupe …» Mise en scène Yohan Lavéant. (Paris, 04-06-2022, 18h30)(Festival d’Avignon 2022)

Seul-en-scène «discount» au style d’ouverture  
Racoleuse pour chauffer la salle en attente    
De mystère humoristique sans qu’il se plante  
En nous faisant don de toutes ses aventures.    

Approche sympathique des divers métiers    
En forçant l’entrée des coulisses de plain pied.  
Déboires de bricoleur chez «Bricodrama»,      
L’histoire de planches, sa vie, envenima.     

Il entraîne dans ses drôles de découvertes    
Glanées un peu partout autour de la planète,    
Depuis «Le Bout» jusqu’au théâtre «Les Étoiles»
Pour soulever habilement un coin de toile.                  
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Angela Davis. Une histoire des Etats-Unis». De Faustine Noguès. Conception Véronique Felenbok et Paul Desveaux qui signe la mise en scène. Création musicale Blade AliMBaye. Interprétation Astrid Bayiha. Par la «Compagnie L’Héliotrope». (Paris, 04-06-2022, 16h00)★★★★(Festival d’Avignon 2022)

«Prise de conscience, premier pas vers l’action» ;     
Est venu le temps des grandes révélations.   
Alors, «mon insouciance d’enfant se transforme»    
«En conscience politique» sous toutes formes.    

«En tant que militante et universitaire»,    
Angela Davis refusera de se taire.     
«Accusée : kidnapping, meurtre et conspiration» ;    
Innocente, on exige sa libération.    

«Le colonialisme et l’esclavage ont permis»    
«Le développement du racisme» … Promis.    
Elle est de tous les combats, on entend sa voix.    
Aider les opprimés, elle n’a d’autre choix.      

L’actrice incarne à merveille la polémique.    
Sa puissance de jeu, sa présence scénique      
Mettent en évidence tout le côté cynique     
De ces réactions violentes à répétition.     
«Prisonnière politique» sous oppression,     
Elle agit en faveur de la reconstruction.     
«Me soumettre et disparaître ou engager mon»   
«Corps dans la lutte», même traitée de démon.    
 
Une interprétation à la hauteur du texte     
Extrêmement fort dans un actuel contexte     
Où le pire passe sous un odieux silence     
À travers les coups, qu’à droite et à gauche, on lance.     
Et «on rend les armes»       
«Sans verser de larmes».    
Au «Théâtre Paris-Villette»,     
Ils ont des idées plein la tête !   
          
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 4 sur 5.
 

«Amours. Théâtre, Danse, Marionnette». D’après le roman de Léonor de Recondo. Mise en scène Vanessa Sanchez. Avec Déborah Coustols, Aurélia Poirier, Emmanuel Leckner. Par «Arbre Compagnie». (Paris, Phénix Festival, 03-06-2022, 20h30)★★

Fausses «Amours» clandestines et non désirées    
Qui font que, chaque jour, la vie va empirer.   
Théâtre de «L’Opprimé», puis «Présence Pasteur»,  
De superbes marionnettes saisissent au cœur.    

«Un espoir d’amour, mué en désillusion»,     
Masque «la vérité qui grossit» … d’un poison    
Jeté dans le corps meurtri et rendu tout rond.    
Chorégraphie aux lignes pures sans frictions.    

«Sous les tuiles en ardoise»
«De la maison bourgeoise»
Couvent les cachoteries
A travers les flatteries.

«C’est une lumière qui traverse le temps»    
Que ce petit bout de chair devenu l’Enfant     
Sur lequel se cristallise l’amour naissant.     
«Il se noie dans le regard … un souvenir brûlant»  
Que les corps expriment par le côté dansant     
Où la morale virevolte largement,       
Ne laissant nulle place au développement      
Libre des passions qui consolent joliment.

Un texte évocateur des fines analyses    
De l’univers de Maupassant en pleine crise.     
On y constate que «quand le verre se brise»,    
«La vérité explose à la figure», grise.                    
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Pourquoi les lions sont-ils si tristes ?»  Conception, Texte, Mise en scène Karim Hammiche. Co-écriture, Interprétation Leïla Anis. Et avec Eric Charon, David Seigneur ou Stéphane Brel. Par «La Compagnie de l’Oeil brun». (Paris, 03-06-2022, 14h00)★★(Festival d’Avignon 2022)

De nos jours, «le travail a-t-il encore un sens ?»    
Pressés comme un citron dans un nu d’indécence,     
Tout s’écroule jusque dans les soins sans patience.     
Quatre-vingt-mille lits supprimés en vingt ans …    
Pour exercer convenablement, plus le temps !     
Manque crucial de personnel pour soigner mieux,    
«Coucher du soir devenu un lancer de vieux».      

«Théâtre Belleville» et «Onze-Gilgamesh»,      
De partout le ton monte et enflamme la mèche.     
«N’y a que les chiens qui tiennent le coup ici».     
Fatigue et harcèlement s’ajoutent aux soucis.     
«Mon métier c’est de soigner, pas de regarder»      
«Les gens mourir» et, comme bestiaux, les garder.      

«Se couper de ses émotions, être une bête»     
«De travail», se vider complètement la tête.     
«Véritable boucher des ressources humaines»     
Qui tranche dans le vif quand les salles sont pleines.     

«La restructuration des grandes entreprises»     
Sert à ce que les plus démunis lâchent prise.    
Il faut «liquider» les employés face à la crise ;     
Défilé de corps de métier où tout se brise.      

C’est le moment des révélations familiales    
Où les confessions ravivent les plaies du mal.   
De multiples tranches de vie se superposent     
Et libèrent des récits successifs qui osent     
Fournir des substrats à plus ou moins forte dose.                 
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Les Monstrueuses. Le Rêve d’Ella».  Adaptation, Écriture, Jeu Leïla Anis. Mise en scène Karim Hammiche. Et avec Laetitia Poulalion. Par la «Compagnie de l’Oeil brun». (Paris, 03-06-2022, 11h30)★★★(Festival d’Avignon 2022)

C’est «sur la terre glabre des femmes coupées»      
Que les larmes sont bannies, rentrées comme épée 
Muette dans son fourreau de souffrance happée.   
Quand le délire écorche la réalité,     
La peur de la «solitude», et d’être éjecté,   
Brûle et ronge avec ténacité les entrailles    
D’une terreur qui remonte jusqu’au poitrail.      

Une approche resserrée, beaucoup plus lisible,    
Rend le texte davantage compréhensible.     
Fluidité de la nouvelle mise en scène    
Où la longue lignée se reconstruit sans peine. 

«Théâtre Belleville»,        
Suivi par «Artéphile»,       
Les générations provenant du «ventre froid»    
Aboutissent à la dénonciation de l’effroi    
Qui longtemps a cousu les bouches en désarroi.   

Dans un lourd secret de parenté douloureuse,   
L’écriture accouche une légende peureuse ;   
Mise en évidence d’humanité fiévreuse.    
«On vous parle de l’autre côté du temps». Pense
Que «La Magnouna … Le Monstre, c’est le silence» !           
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«La Priapée des Écrevisses».  De Christian Siméon. D’après «l’Affaire Steinheil». Mise en scène, Interprétation Vincent Messager. Et avec Andréa Ferréol, Pauline Phelix, Erwin Zirmi. Par «La Compagnie Les Enfants terribles». (Paris, Phénix Festival, 02-06-2022, 21h00)★★★

Turgescence     
En tout sens,     
Aguicheuse, «La Priapée des Écrevisses»,     
Rentabilise bien ses innombrables vices.     
«La Pompadour de la Troisième République»      
S’immisce à fond en vie politique et publique.      

Elle ne rêve que du «chapon aux œufs d’or»     
Pour accompagner les écrevisses qui dorent     
Dans une sauce rouge-sang que tous adorent.     
Elle cache un double jeu comme l’eau qui dort.      

«Je dis : c’est la vérité, même si c’est faux».     
Faut la croire, sinon elle sort son couteau      
Afin de vous découper en menus morceaux     
Pour vous cuisiner tel un vulgaire gigot.       

Vol et crimes, «drame chez une huître perlière»     
Qui sait fabriquer «de la matière première»     
Du désir masculin et en fait son pouvoir     
Dressé en aspic au-dessus de sa passoire.     
La belle Marguerite est devenue «célèbre»      
Et partout «on l’appelle la pompe funèbre».       

Elle aime à «nourrir ses invités de symboles»,      
Servant le fruit de sa cuisson dans de grands bols.     
«Crème douce et aigre sur la pâte brisée»      
Comme l’est la vie de «la veuve rouge» aisée.      

Est-elle coupable de ceux qu’elle décime ?     
«Tant que je suis debout, je ne suis pas victime».     
«C’est plus facile de faire mourir un homme»,            
«Que de monter des blancs en neige» au métronome.      

C’est un superbe décor, plus vrai que nature,       
Ustensiles, ingrédients, pour la bonne mesure,      
Dosant le «beurre rouge» sur la confiture      
Que l’ensorceleuse applique sur la figure       
De celui qu’elle veut endormir au bromure.      

Au «Studio Hébertot» et puis au «Chien qui fume»,     
La belle insoupçonnable soupçonnée enfume      
La Cour d’Assise grâce à ses contradictions     
Savamment retournées en magique potion.               
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.
 

«Amaan». Fresque sociale et épique en 120 BPM. Conception, Mise en scène, Interprétation Julie Métairie. Co-mise en scène Cille Lansade. Création sonore, DJ, Jeu Mathilde Tirard. Par la «Compagnie Trans’Art Int». (Paris, Phénix Festival, 01-06-2022, 20h30)(Festival d’Avignon 2022)

Flûte traversière sur une bande son,     
Effet psychédélique à la montée des tons.     
«Amaan attend que le bus passe»     
«Et que quelque chose se passe»…      
«Dans sa vie» dont elle se lasse.       

«Des invisibles comme elle»,
Il y en a à la pelle.
«Il est huit heures deux»
«Lorsque le cœur d’Amaan»
«Se brise et devient bleu».      
Pauvre petit organe     
Qui ouvre grand ses vannes.     

Sur le port «y’a ceux qui portent et ceux qui dirigent»,       
C’est ainsi qu’on bâtit des murs, qu’on les érige.      
Sortant du cloisonnement, se danse la vie     
Que l’on voudrait pour satisfaire ses envies.      

C’est chanté et slamé       
Et aussi déclamé.      
De Tunis à Marseille      
Elle gagne l’oseille       
Pour ses bas, ses talons       
Et l’émancipation.       

De «l’Opprimé» à «Chapelle des Antonins»,     
Un éloquent, surprenant duo féminin      
Se lance dans un «conte électro» et puissant      
Qui s’imprime en couleurs, faisant battre le sang     
Et le tempo      
Sur le plateau.                  
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«La disparition d’Agatha Christie». Comédie populaire de Brigitte Kernel. Adaptation, Interprétation Sylvia Roux. Mise en scène Victoire Berger-Perrin. Et avec Bérengère Dautun, Nathalie Lucas, Thomas Lempire, Jean-Pierre Malignon, Lou Valérie Dubuis. Lumières Stéphane Baquet. Par les compagnies «Juste-là, Titan, Thalia». (Paris, Phénix Festival, 31-05-2022, 18h00)★★(Festival d’Avignon 2022)

Mystère de «la disparition d’Agatha»     
«Christie», un véritable roman sans la fin      
Perdue dans les limbes des escarpés chemins.  
Soupçonne-t-on l’époux, colonel et goujat ?    
C’est que «le scandale rapporte de l’argent»,    

«Le people est né» de cet état indigent.      

Théâtres «La Bruyère» et «Roseau Teinturiers»,    
Du roman policier,       
Son nom est un pilier.     
La femme bafouée qui se sent sacrifiée     
Élabore une vengeance à fouler du pied    
Les conventions      
Et l’opinion.     
Mais qui donc, finalement, sera sacrifié ?     

«La reine du suspense», aussi sentimentale,     
Fuit les affres de ses désamours si fatales.       
«Suicide, enlèvement, meurtre» ? Sujet «scandale»,   
On recherche partout la trace des sandales     
De la grande autrice au prestige de vestale.

Lumières sur panneaux délimitant les pièces
Changeant avec le décor en toute hardiesse.
Ces projections nous transportent de lieu en lieu
Plus vite qu’en ou en bottes de sept lieues.
Quelques agréables moments de vidéo,
Avec l’intrigue croissante défilent au trot.     

Énigme accompagnée d’un soupçon de voyance     
Pour éclairer le puzzle de l’incompétence     
D’inspecteurs lancés aux trousses d’un phénomène 
De littérature. Profondément humaine,     
Agatha, dans des méandres subtils, entraîne      
Les spectateurs dans une quête parfois vaine.               
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

«Impeccable». Texte Mariette Navarro.  Mise en scène François Rancillac. Interprétation Eliott Lerner. Par la «Compagnie Théâtre sur Paroles». (Paris, 31-05-2022, 14h00)(Festival d’Avignon 2022)

«Mis là, bien au centre», de façon «impeccable».     
De là où il est, tout le monde voit sa table.     
Il bondit comme un pantin sortant de sa boîte,     
Propulsé par le ressort lancé vers la droite      
Où vers la gauche, les yeux scrutant les cartables.     

Viktor, «né d’un ruisseau, pays où rien ne bouge»,     
A des «rêves dans la tête et les pieds qui bougent».     
C’est une confession qui semble inopinée,     
Fixe les têtes qui, vers lui, vont opiner,       
Et bien réfléchir, sans jamais piquer du nez.     

Commande d’écriture, jouée aux écoles,      
Collèges et lycées, où toutes pensées décollent,    
Qui surgit sans avertissement dans les classes,     
Force l’écoute attentive et trouve sa place.     

«Lycée Erik Satie», puis «Cour du Spectateur»,     
Son accordéon chante toutes les valeurs      
Des langues du voyage d’ici et d’ailleurs      
Quand les papiers brûlent les doigts des inspecteurs.    

Sans espace où s’installer, «la maison trottoir»     
Accueille ses pérégrinations en passoire     
De temps, de pays, peuples aux multiples cultures.     
Pour les déracinés, y a-t-il un futur ?     

Prestation qui claque et éveille les consciences.      
Passant dans les rangs, l’esprit circule en tous sens.    
Reniant son identité, il se réfugie      
Sous la flamme vacillante d’une bougie.      

«Nomade» en quête de liberté, il agit     
Selon les circonstances autour de ses envies.      
Il ouvre des fenêtres sur le vaste monde      
Poursuivant sa route afin de boucler sa ronde.                  
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 1 sur 5.
 

«Danton, les derniers jours du lion». Texte, Jeu Etienne Ménard. Mise en scène Pierre Boucard. Et avec Samuël Giurannu, Barbara Castin, Yves-Pol Denielou, Maxime-Lior Windisch, Jean-Baptiste Germain. Par la «Compagnie The Big Cat». (Paris, 30-05-2022, 19h00)★★★★★(Festival d’Avignon 2022)

Ça commence par un mariage      
Et ça finit par un carnage.      
C’est dans le «Théâtre Essaïon»,      
À Paris comme à Avignon.     

L’union d’un jour qui rassemble tous les amis,    
Desmoulins, Danton et les autres, Robespierre,     
En quelques années, verse le sang sur les pierres.    
Leur désunion ne fait pas les choses à demi.      

Se dressant les uns contre les autres, ils en crèvent       
À perdre la face sur la Place de Grève.     
Vivre avec la peur au ventre les terrorise.     
«La clémence» serait-ce «un crime» qui divise ?      

Que de vertueux sacrifices     
Au nom des improbables vices     
Bien réels ou préfabriqués      
Dans lesquels ils sont impliqués.      

«L’Unité autour du Comité»       
Décime les pseudo-corrompus.      
Croyant à ce semblant d’équité,       
Ils étêtent les corps pleins de pus       
Anti-révolutionnaire et tuent.     

Une injuste justice      
Déclenche les prémices       
De coulées sanguinaires      
Et révolutionnaires.     

La traîtrise     
Est méprise,          
Et déplaire       
Vaut galère.       

«On n’emporte pas sa patrie sous la semelle»      
«De ses souliers». Et fuir serait être rebelle.    
Texte et jeu passionnants,       
Spectacle percutant.     

C’est une reconstitution pleine de vie     
Où chacun fait preuve d’une forte énergie.     
Leur redoutable et brillante interprétation      
Est à la hauteur des fausses dénonciations.     
A tous les écouter, on tremble d’émotion      
En revivant Dictature et Révolution.      

Un «opposant» devient forcément un «coupable» ;     
On menace les jurés qui seraient capables      
D’épargner des innocents. Au nom d’Idéal,     
S’exprimer en public devient vite fatal.      

Travail d’écriture et de documentation,      
Exceptionnel en qualité et réflexion.      
Finement ciselé,     
Avec art découpé,     
Pour une retombée     
D’un coup sur cou volé.              
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 5 sur 5.