RSS

Archives de Catégorie: Avignon 2018

« Sixième Festival A-oût ». Du 4 au 11 août 2018. Conférence de presse. (Avignon, 01-08-2018, 10h30)

Afin d’inciter les compagnies d’amateurs
A se démarquer du « Off », se mettre en valeur,
Bénéficier des conditions professionnelles
Dans un cadre mis à disposition pour elles,
Quinze pièces viennent de façon officielle.

Un festival pour les aoûtiens en chaleur,
Désireux de se frotter avec grand bonheur
A la comédie estivale et culturelle
Qui parle, « Théâtre aux Vents », d’amour essentiel.

« Festival A-oût »,
Amateurs, sans doute,
Mais bien éclairés
Pour être admirés.
A découvrir vite …
Une ou deux pépites ??

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Publicités
 

«Vous avez dit Broadway ?» 45 comédies musicales en 90 minutes. De et avec Antoine Guillaume. Mise en scène Michel Kacenelenbogen. Piano Julie Delbart. (Avignon, 29-07-2018, 22h35) +

Retenir le nom de ceux qui nous ont émus
Ne devrait pas être une tâche bien ardue
Pour que notre amour ait langue bien pendue
Autour d’anecdotes où le souffle est suspendu.

Plus de deux siècles de comédie musicale
Sortent de l’oubli en murmure sépulcral.
«La vie réelle n’est pas assez musicale»,
C’est pourquoi nous avançons de façon bancale.

C’est, d’abord à «La Luna», puis au «Lucernaire»,
Que l’évocation de «Broadway» prend tous les airs
D’une visite guidée en voix, et piano,
Revêtue d’un flashant costume à grands carreaux.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Petit Cheval hors du temps enfui». Seule en scène d’Emilie Hamm. Co-écriture Erwan Rodary. Mise en scène Manon Rony. Par la «Compagnie Les Productions électriques». (Avignon, 29-07-2018, 17h45) +

Elle explique la distorsion de l’espace temps,
Le «trou noir, objet spatio-temporel» avalant
Tout, ne laissant pas même l’ombre d’un embryon.
«L’oubli est le vide par lequel nous respirons» …

Un texte savoureux
Qui mériterait mieux
Que la voix monotone
Empêchant que foisonnent
En nous toutes ramifications scientifiques
Et détourne notre attention de l’authentique
Intérêt que l’on voudrait porter au récit
S’il était avec un plus juste ton servi.

L’hippocampe conseille l’oubli comme filtre
Des peines qui, au fond du subconscient, s’infiltrent.
«Théâtre Le Cabestan», par les mots, conquis,
On vagabonde dans son passé, bien surpris
De s’attarder sur un vocabulaire exquis.
Interprétation enfantine en rêve d’espace
Qui laisse à l’imagination une belle place.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Chacun sa Famille !» Conception, Interprétation Enzo-Enzo, Laurent Viel. Guitares Thierry Garcia. Textes Pascal Mathieu. Musiques Romain Didier. (Avignon, 29-07-2018, 15h50) ++

«Y’a pas pire que» les histoires de «famille»
Où les petits mots colorés fusent et fourmillent
D’idées loufoques au «Théâtre Le Cabestan».
Un récital intimiste qui prend le temps
De faire le tour des relations familiales
Auxquelles il faudrait dresser le grand mémorial
De la patience. On adore l’impertinence
De leurs accords qui font mouche avec pertinence.

Quand, «au rayon des doutes», avec joie, ils s’égarent,
Le triangle amoureux (deux voix, une guitare)
Compose et recompose, pour «la terre entière»,
Des refrains dont ils peuvent être vraiment fiers.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Au-delà des Mères». Procréation Publiquement Assistée. Premier volet du «Dyptique – Histoires de femmes». De et par Michelle Brûlé. Mise en scène Chantal Deruaz. Par la «Compagnie Electron Libre». (Avignon, 29-07-2018, 14h20) +

Généalogie d’arbre aux racines perdues …
«Une femme de cent-vingt ans, enceinte, en crise,
Mère d’un monde d’où fuit la matière grise,
Cherche à répondre aux conflits les plus répandus.
Une réflexion sur l’avenir qui défrise.

La fécondité et le temps qui vagabonde
Nous sont jetés en pleine face comme fronde.
C’est la «matrice du devenir» qu’elle engendre,
Mère de générations qui n’ont plus de gendre.

Enceinte d’une procréation furibonde,
Fruit d’une gestation quelque peu moribonde,
Au «Théâtre Au Bout Là-Bas», elle accouche d’ondes
Faisant trembloter la terre à chaque seconde.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Rue de la Belle Écume». Spectacle musical. De Christian Faviez. Direction Roland Romanelli. Compositeur Philippe Brami. Avec aussi Emily Pello, Laurent Viel, … (Avignon, 29-07-2018, 12h05) ++

«Avant la cornette, j’ai porté vos baisers»
Qu’au «Rouge-Gorge », je suis venue déposer.
A nos pieds, «la Belle Écume» aime à arroser
Les orchestrations des chansons recomposées.
Un cabaret envoûtant qui a transposé
Paroles et auteurs qu’il a métamorphosés.

Un spectacle hommage qui fortement décolle
Pour suspendre notre cœur, le temps d’un envol.
On se laisse surprendre par l’accordéon
Et le piano qui réveillent en nous les démons
Émoustillant les cordes de guitare à fond.

Un bon quatuor qui ranime l’écriture
De très grands paroliers, leur offre une parure
De nouveaux arrangements et de tendres mots
Qui les rhabillent joliment de bas en haut.
Deux voix qui s’accordent pour tutoyer le beau
Débitent les perles d’intéressants morceaux.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

«Anquetil tout seul». De Paul Fournel. Adaptation, Mise en scène Roland Guenoun. Avec Matila Malliarakis, Clémentine Lebocey, Stéphane Olivié Bisson. (Avignon, 29-07-2018, 10h30) +

L’intense solitude d’un coureur de fond
Qui, tout au long des routes et dans sa roue, se fond,
Éclaire les «Trois Soleils» de ses lumignons.
Tout un univers constitué de pignons
Qui défilent quand s’écrase le champignon.

Sur scène, les coups de pédale se succèdent
Sans que la performance physique ne cède.
C’est un contre la montre en quatre-vingt-minutes
Où l’effort se matérialise à l’état brut.

Comment vivre vite «une vie exceptionnelle»
Quand on a le postérieur vissé sur la selle ?
«La solitude est mon royaume» et ne me pèse,
Ainsi «je peux rêver, m’évader à mon aise».

Puis «j’achète le bon coureur, au bon moment»,
«Au bon prix». Fabrique de champion dans un temps
Où tout se monnaie, avec, voire, sans argent.
«Poulidor se fait payer au tarif de l’amour»,
C’est ce qui s’appelle être payé sans vrai retour.

L’intensité des efforts aimante les deux hommes,
Leur souffrance les lie en leur ôtant jusqu’au somme.
«Anquetil puise ses forces au puits de mystère»,
Maîtrisant la douleur, sachant la faire taire.

Les affres anormales
D’intense froid glacial ;
Écraser la pédale,
Il en faut du moral !

Tout le corps et la selle
Ne font qu’un et ruissellent
Dans la compétition,
Sous le feu de l’action.

Spectacle au pas de course
Où toutes les ressources
Jetées dans la pagaille
Sont un enjeu de taille.

Un «outil de travail»,
Qui, au cerveau, déraille,
Nous prend dans sa tenaille.
Une idée encanaille
La nouvelle trouvaille.

Prix de la descendance,
L’enfant de l’indécence
Retourne à l’innocence.
Son enfant, sa bataille,
Solitaire, il défaille.

«Je suis pas superstitieux, ça porte malheur».
Prestation qui met du baume au muscle du cœur.
C’est un maillot jaune qui vaut son pesant d’or
Sur bicyclette et vidéo en fond sonore,
Au «Théâtre des Trois Soleils», comme décor.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés