RSS

Archives de Catégorie: Avignon 2013

« Le Secret du Temps plié ». De Gauthier Fourcade. Mise en scène François Bourcier. (05-10-2015, 19h30) +++

Il aurait tété le temps qui coule et abonde
Se mesurant en centimètres quand l’an tombe.
Il aurait été l’étalon « mètre du monde »
Au long de sa croissance jouant à la ronde.

Il conte comment se saisir de « L’instant T »,
Il compte sur l’instant tanné du temps passé.
Il se jette dans l’instantané du « temps thé »
Rythmant l’insomnie qui le lui fait déguster.

Fusent les jeux de mots dont il saupoudre la scène,
Finement ciselés au fil du temps qui s’égraine.
Un va-et-vient lumineux, mais jamais obscène,
Où s’écoule la nuit, objet de toutes scènes.

Avec lui, « flotter dans le liquide amnésique »
Relève d’une performance poétique
Où « choisir entre un lit vide et une nuit blanche »
Comble le précipice dans lequel des maux planchent.
Tapissant le « Théâtre Essaïon », ses mots tranchent.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Voyage des Cigales ». Accompagné des « Fables de La Fontaine ». Création et mise en scène Nathalie Guilmard. Par le « Théâtre de l’Etoile Bleue ». (Avignon, 27-07-2014, 11h00) ++


Un voyage plein de saveurs
Où l’on cuisine les couleurs.
Du chemin, montent les odeurs
Dont ils vont pouvoir s’enivrer
Afin d’être enfin rassasiés.

Saupoudrée d’extraits de « Fables de La Fontaine »,
Leur nourriture s’enrichit de cette aubaine.
A « La Bourse du Travail » ils trouvent refuge,
Chantant, tressant, fuyant, vivant de subterfuges.

En humour, ils retracent le fil de leur vie
Accroché aux cordes de leur guitare aussi.
Sur pas de danse ils servent de la poésie
Et les boules de cristal ouvrent l’appétit,
Face à l’écran où se déroule leur survie.
Périple mouvementé, joliment décrit
Sur le support filmique de belles envies.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Silence dans les Rangs ! ». Ecrit et joué par Pierre Mathues. Mise en scène Jean-Louis Danvoye. Par la « Compagnie Au Clair de ma Lune ». (Avignon, 24-07-2014, 16h00) +++


« Être fou pour être prof’ n’est pas nécessaire »
« Mais ça aide » grandement pour garder ses nerfs.
Magnifique « conférence pédagogique »
Pour encourager les vocations atypiques.

Épatant au décryptage des circulaires,
Il propose un jeu afin de les rendre claires.
Une belle percée dans la langue de bois
Fait, qu’avec avidité, ses paroles on boit.

« La cohésion des équipes éducatives »,
Ainsi expliquée, entraîne à la récidive
Et donne envie de venir revoir le spectacle
Qui, comme les voiles d’un bateau, au vent, claquent.

Si tous avaient eu un prof’ aussi bon que lui,
Le savoir, dans les cerveaux, aurait enfin lui,
Et les cancres n’auraient pas déserté l’école
Pour éviter de piétiner pendant les colles.

A « La Tache d’Encre » il donne ses recettes,
Sorties tout droit de sa drôle de mallette
Pédagogique, voguant sur un navire
En perdition où les triangles chavirent.

A l’encre de son cœur et de sa passion,
Il trace les lignes de désolation
Nous parcourant d’irrésistibles frissons,
Dressant un tableau de fortes convictions.

On découvre et on apprend, tout en s’amusant.
Il fait de nous des complices compatissants
« Prêts à braver tous les dangers » de l’exercice
Éducatif et de l’abîme des abscisses
Coordonnées rectilignes,
A bien lire entre les lignes.

Cours, ponctué de chansons de son invention,
Et de celle des célèbres « FAIRM et VOGUELL »,
Que nous entonnons tous, pour nous sentir moins seuls ;
Comptines populaires, que reprend en chœur
La classe ordonnée qui respecte les valeurs
Inculquées par ce champion de la subversion
Par le rire, gagnant de la compétition.
Magistralement dispensé sans subvention.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Docteur Glas », d’après Hjalmar Söderberg. Par la « Compagnie Etoiles du Nord ». (26-09-2013, 21h00)+++

Au tout début du vingtième siècle en Suède,
Une femme demande à son médecin … aide !
Le « Docteur Glas », hanté par son patient, pasteur,
Révèle à la « Manufacture des Abbesses »,
Son rôle « altruiste, ambitieux » et ses faiblesses …
Les petites mesquineries confiées à toute heure
Par une clientèle pressée d’ouvrir son cœur.

Grave sujet qui traite de la prostitution
Légale qu’est le mariage et son institution,
Quand l’acte sexuel inspire « répulsion »,
« Dégoût », compromission et toutes soumissions.

Jeune fille mariée par déception amoureuse,
Cet acte de contrition la rend donc malheureuse.
Pour la femme, « le devoir vient avant sa santé ».
Ainsi, elle doit toujours céder, s’exécuter.

Glas, torturé entre devoir et compassion,
En conflit avec la morale et ses opinions,
Souffre tout autant de faire et de ne pas faire,
S’enfonçant chaque jour davantage dans l’enfer.

Lui, médecin fougueux, a le cœur sur la main.
D’un calme glacé, elle refuse demain.
La vie, pilule difficile à avaler
Veut que la conscience puisse se déballer
Et d’un peu de neige et d’amour se rhabiller.
Sur la question, il reste encore à babiller …

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Sicilien, ou l’amour peintre ». Comédie de Molière. Par la « Compagnie Les Sujets de l’Improvisation ». (Avignon, 05-08-2013, 21h00)+

A signaler, une reprise originale
De « L’Amour Peintre ou Le Sicilien », qui cavale
De la salle à la scène en un rythme infernal,
Sautillant pour mieux quérir un amour dansant
Où la ruse se vêt de procédés grinçants
Afin de mettre les cœurs à feu et à sang
Au « Théâtre du Bourg-Neuf » ou l’amour détalle
Tandis que des préjugés doucement s’affalent.

Sur une musique nouvelle,
La chorégraphie actuelle
Éclaire bien différemment
Le trio amoureux, d’amants
Qui ne trouvent jamais leur place,
Mais à qui Molière rend grâce.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr

https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Deux pommes pour un chou », « Création théâtrale clownesque » de Hanicka Andres. Par la « Compagnie Entr’actes ». (Avignon, 05-08-2013, 19h45)+

Du « Théâtre de l’Ange » ils viennent au « Bourg-Neuf »
Pour nous émouvoir et fixer un œil tout neuf
Sur les maux de la vie, de façon optimiste,
Avec des mots simples et en quelques tours de piste.

Ils ont le regard étonné et étonnant
Pour nous raconter les grands moments détonants
De « papa, maman Pomme » en leur désir d’enfance
« Qui ont dû pourrir pour (mieux) leur donner naissance ».

La philosophie à portée et à partir
D’un pépin de pomme ou comment bien en finir
Avec les préjugés et les a priori.
A cette leçon d’humilité, on sourit !

La précision de leur technique corporelle
Met en valeur leur magnifique gestuelle.
Une ode à la vie, quadrillée en rouge et blanc
Pour que l’humanité ne fasse plus semblant …

Une jolie réflexion sur la différence
Qui ne laisse personne dans l’indifférence.
Un travail sur l’acceptation de l’autre aussi
Et c’est particulièrement réussi !

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr

https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Piano Furioso, One Gamme Show ». De et avec Gilles Ramade. Par la « Compagnie Figaro and Co ». (Avignon, 27-07-2013, 22h00)+++

Au « Théâtre Notre-Dame »,
Un magnifique ramdam
Vient surprendre l’auditeur,
Communiquant son ardeur.

Rock jusque dans ses opéras,
Le charme sur nous opéra.
On s’imagine Petits Rats
S’auréolant de son aura.

Phénomène coloré
Où chaque note teintée
Se repeint dans notre esprit.
Dans l’arc-en-ciel on est pris,
Enivré et ébloui.

Quand le bouillant Gilles Ramade,
Réduit à l’état de malade
Qui dévore ses partitions,
Découvre l’univers des sons,
Ce fou furieux a le remède
Pour nous venir à tous en aide.

Ce boulimique inventif,
Acharné et créatif,
Digère aussi bien Chopin, Satie, Debussy,
Que Polnareff, Lenon ou Freddy Mercury.
Quand il excelle dans les improvisations,
La salle a du génie et c’est une ovation.

Ceux qui l’ont vu un jour,
Y reviennent toujours.
Les aficionados
Du « Piano Furioso »
Aux notes emportées
S’envolant des portées,
S’avèrent déchaînés
Quand la musique est née
Comme une illuminée
De ses doigts enchantés.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Crue et Nue ». De et par Eva Darlan. D’après son livre « Crue et Nue – Le Manifeste de mon Corps ». Mise en scène Jean-Paul Muel. (Avignon, 27-07-2013, 14h05) +++


« Est-ce que mon corps est moi ? »
« Est-ce que je suis mon corps ? »
Dans un généreux émoi,
Elle nous explique encore …

Un « état des lieux », accablant et virulent,
Dans lequel son « territoire n’existe pas »,
Son « corps est éparpillé », et ne se voit pas.
A le reconstituer, elle met du temps.

Son humour décapant renvoie à la figure
Les idées reçues et les esprits qu’on triture
Pour mieux maintenir la femme dans la torture
De l’oppression et des hauts talons de chaussures.

Au « Théâtre Le Petit Chien », elle autopsie
Une carrière et vie de femme qu’on envie.
Quand elle épluche la condition féminine,
Elle ouvre les tiroirs de toutes les combines
Qui ont fait que les burkas cachent les bobines.

« Derrière chaque voile se cache un homme »,
« Et puis, plus largement, derrière chaque homme »,
« Se cache l’exclusion d’une femme » en somme,
Qu’on rend esclave soumise et qu’on dégomme.

Oza / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Gai Savoir du Clown », de et avec Alain Gautré. Par la « Compagnie Tutti Troppo ». (Avignon, 22-07-2013, 12h25)++

C’est bien au « Théâtre Le Petit Chien »
Qu’on devient savant en un tour de main.

Alain Gautré nous convie à une conférence sur l’histoire des clowns et du développement de leurs techniques. Mais le sérieux du discours se retrouve vite ponctué par les divagations et sautes d’humeur de son conférencier, ce qui nous fait expérimenter directement les techniques clownesques.

Un clown fin, qui joue aussi bien avec les mots qu’avec les mimiques et les gestes, pour créer des situations comiques là où on ne les attend pas.

Si, à la fin de la conférence-spectacle, le public, trop occupé à rire, n’a pas retenu grand chose sur l’histoire du clown, il se remémore avec bonheur la délicatesse du jeu comique d’Alain Gautré.

En plongeant dans cet historique merveilleux,
On se découvre soi-même et on se sent mieux.

Jongleplumes /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés
 

« Les Demi-Frères enchantent Nougaro ». (Avignon, 21-07-2013, 18h40) ++


« Ascension poético-sportive » et comique,
A la façon d’une revue de cabaret,
Avec tout ce qu’il faut pour jouer de mimiques
En des tableaux qui, sur image, font arrêt.

Des saynètes sur une avalanche de gags
Autour d’un répertoire ponctué de blagues.
Une évocation à la fois tendre et burlesque
Qui apporte un petit côté carnavalesque.

« Petit détour par la face cachée (…) céleste »
De jolis textes qui peuvent être assez « lestes ».
Par leur interprétation quasi onirique,
Ils nous envoient directement dans les cosmiques.

C’est au « Théâtre Arto »,
Qu’ils servent du costaud
A grimper aux rideaux,
Franchir tous les barreaux.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Un amour de train ». Ecriture et mise en scène David Friszman. Par la compagnie « La clé des planches ». (Avignon, 21-07-2013, 15h52) +


« Toujours courir »,
« Jamais sourire »,
Alors le pire
Peut survenir.

« Mort et enterré », un fantôme Cupidon
Hante un train de banlieue avec un gentil don,
Pouvoir lire dans les pensées des voyageurs.
Faire le bien autour de lui, le rend songeur …
Une jolie bluette, sans ton tapageur,

Pour un « quotidien fait de petites pensées ».
Au « Collège de La Salle » après le « Lycée »,
Quand le train arrive il ne faut pas se presser.
Prenez le temps de monter sans vous pousser.
Jeu juste et sobre, sans pourtant se surclasser.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Piaf Blues », voix Marie-Line Weber, piano Alain Piévic, batterie Théo Begue. (Avignon, 20-07-2013, 21h30)++(Paris, 11-10-2013, 20h30)

Une re-création totale,
Avec ou sans femme fatale.
De Piaf, elle habite les mots,
Sans revêtir ses oripeaux.

Au « Théâtre de l’Antidote »,
Elle est bien plus qu’une anecdote
Et, quand Piaf elle ravigote,
C’est que d’Edith elle concocte
Un récital qui nous emporte
A ouvrir grand toutes les portes.

Le piano et la batterie
Donnent une note jazzy
A l’interprétation captivante enrichie
D’une personnalité qui nous a réjouis.

Les orchestrations épousent toujours le sens
Des paroles et de la vie, en toute décence.
Petite fourmi noire glissant sur le sol
Et qui nous enchante si bien de ses bémols.

La re-visitation poignante,
Comme une incantation prenante,
Modèle nos esprits et nos cœurs
Par ses pulsations de belle ardeur.

Elle dégage une puissance magnétique
Qui donne à ses accents profonds du pathétique,
Mais juste ce qu’il faut d’émotion pour pouvoir
Se perdre dans son magnifique réservoir
A sensations brûlantes, joliment épiques.

De nouveaux arrangements sortent d’un écrin,
Afin de « rhabiller ces petits bijoux » fins
« Qui n’ont pas pris une ride ». Joli pari
Que d’y bien incorporer une batterie
Qui rythme les battements de chœur du trio
Et nous offre une prestation de haut niveau.

¤¤¤

A la SNCF, sur un rythme d’enfer,
Rompant le train-train du « Théâtre Traversière »,
Elle vient à Paris, le onze octobre Treize,
Où elle remet du charbon sur quelques braises.
Du « Piaf Blues », elle se veut la locomotive,
Arrivant avec un wagon de chansons vives.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Lyric Hispanic ». Par la Compagnie « Coïncidences Vocales ». (Avignon, 20-07-2013, 19h15)++ (Paris, 25-09-2013, 20h30)+++

Quand les taureaux de papier s’affalent
Dans une auréole de sang pâle,
Quand, dans un tourbillon de claquettes agiles,
Son corps virevolte de façon si habile,

Embrasant avec audace le plateau rouge,
Qu’avec elle tout notre être s’enflamme et bouge,
De l’arène,
C’est la reine.

C’est, « les yeux grands ouverts »,
« Fenêtres vers la mer »,
Que le Flamenco espère
Puiser l’âme et ses repères.

« Au Coin de la Lune », Avignon,
L’Andalousie donnait le ton
Sur les couleurs de De Falla
Ou sur la passion de Lorca.

« Théâtre de l’Épée de Bois »,
« Le vocal dans tous ses états »,
Enchante par sa prenante voix.
La danse y brille de mille éclats.

Quand les mélodies se mêlent au mouvement,
S’esquissent de magnifiques tableaux mouvants
Qui, au son de la guitare, vont de l’avant,
Pour que voix et puis corps s’accordent dans le vent

Qui souffle sur une partition parsemée
Des six grands thèmes par son zéphyr essaimés.
« Sang, Amour, Naissance, Larmes, Mort, enfin Joie »,
Explorent en profondeur la « Vie » que l’on boit.

Luca Jimenez, ses tentures « Rouge Cri »
Sculptent autour des acteurs un halo d’harmonie.
Cascade sanguine qui tombe des étoiles
Mêlée à la peinture noire de la toile.

Mezzo-soprano, danseuse et cordes unies
Tissent à leur tour l’aérienne broderie
Qui résonne à nos sens en une symphonie.
C’est un enthousiaste trio incandescent
Qui fait couler de la poésie dans le sang.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Les Hirondelles de Kaboul », de Yasmina Khadra. Par la « Compagnie Nomades ». (Avignon, 20-07-2013, 13h50) ++++


Au « Théâtre Alizé »
Le ciel s’est irisé
Devant la cruauté
D’une communauté.

La lapidation vécue par des marionnettes,
Finement expressives et surtout très bien faites,
Immortalisant la souffrance qui les guette
Dans un monde dont l’humanité perd la tête.

« Tu sais bien qu’on ne plaisante pas à Kaboul ».
C’est à n’y rien comprendre et devenir maboul
Devant autant de mépris et haine des femmes es
Dont les hommes nient l’existence et qu’ils affament.

« A Kaboul, un être isolé »
« Est irrémédiablement perdu »,
Surtout quand il a rigolé.
Savoir « qu’on ne rit pas dans la rue ».
« Les Talibans ont le droit de vie et de mort »
« Sur tout ce qui bouge » … sans porter de tchador.

Une femme revêt ce « qui la chosifie »,
La mystifie et enfin la désidentifie.
« Posée sous ce tchadli »,
Comme une anomalie ;
Cachée sous son tchadri,
Elle reste meurtrie.
Sous son tchador,
S’éteint son corps.

« Aucun homme ne doit quoique ce soit à une femme ».
« Comment a-t-elle pu en arriver là, elle »
« Qui semble, dans ses yeux, apprivoiser la lumière ».
Pourtant elle s’applique à faire ses prières
Et à baisser les yeux sans regarder autour d’elle.

A Kaboul, les hirondelles
S’effondrent à tire d’aile,
Méconnaissables engrillagées,
Sans avenir envisagé.
Les pierres, distribuées jusque dans la salle,
Font réagir tout en figeant d’horreur glaciale.

Hella / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Mangez-le si vous voulez », de Jean Teulé. Mis en pièces par Jean-Christophe Dollé. Spectacle électro-rock et culinaire, par « Fouic Théâtre ». (Avignon, 20-07-2013, 12h00) ++++


A midi, au « Théâtre Alizé »,
Le ciel devient pourpre et rosé
Quand, à force de vin rosé,
Tuer leur ami, ils ont osé.

Fallait-il qu’en ce village de Hautefaye
Pour la foire annuelle, ce jour-là, il aille ?
« Alain de Monéys était leur ami d’enfance ».
En ce beau jour d’été, ils l’ont mangé », en France.

C’est le seize août mille huit cent soixante-dix
Que le lynchage et abominable supplice
Fit, de la responsabilité collective,
Une décharge à la funeste initiative.

Après l’excellent « Abilifaïe Léponaix »,
L’auteur, acteur et metteur en scène Dollé,
Avec la folie, en temps de guerre ou de paix,
Fait, de ce festin, un véritable tollé.

« Tête en globe de sang, contrefait en carnage »,
Comme au pire des massacres du Moyen-Âge.
L’humanité tout entière devient naufrage
Quand l’irraison se transforme en odieuse rage.

« Bon appétit, Messieurs » …
Le monde est si vicieux
Qu’un village passe à table
Pour une orgie détestable.

Leur voisin, enfin bien grillé,
A dévorer, ils sont priés.
Et c’est soudain la curée
Pour le maire et le curé.

Les « tartines à la graisse d’Alain »
Circulent comme des petits pains.
« Le soleil couchant à l’horizon »
« S’effondre et pleure (encore) du sang ».
La foule à s’y abreuver consent
Car les hommes ont perdu la raison.

Ce texte fort et lucide
Nous enrichit de glucides
Et aussi il élucide
Les causes de la torture.
Sa terrestre nourriture
Massacre la pourriture
Qui fait de quelques humains
Des cannibales sans faim,
S’acharnant sur un honnête homme,
Le prenant pour bête de somme.

Au « Théâtre Alizé »,
Il a les os brisés ;
Et notre âme épuisée,
A son sang est puisée,
Gorgée d’humour féroce
Par ce récit atroce.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« La Flûte Enchantée », chantée et contée aux enfants. D’après l’Opéra de Mozart. Adaptation et interprétation Sophie Millon. Par le « Théâtre du Corbeau Blanc ». (Avignon, 20-07-2013, 10h10) +


« Vous qui recherchez l’amour et la connaissance »,
« Il est (alors) temps que notre histoire commence »,
« Petite Caserne » où Pamina, en prison
Chez la Reine de la Nuit, pleure et se morfond.

Un véritable décor de contes de fées,
Fait à la dimension des enfants, c’est parfait !
Des masques, des marionnettes peinturlurées
Et aussi des costumes aux plumes colorées,
Identiques à celles de Papageno
Quand la chanteuse les arbore en homme oiseau.

Des redites pour que tout rentre dans la tête.
Après la destruction de la nuit, vient la fête !
L’actrice fait, d’un opéra, une opérette
Et le public, à ce joli conte, se prête.

Sur une bande-son, elle pose sa voix
De soprano lyrique et les enfants y croient,
Car la magie de la mise en scène s’efforce
De ranimer en nous les antiques croyances.
« La puissance de l’amour a vaincu les forces »
« Des ténèbres de la nuit et de l’ignorance » …

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Les Fills Monkey, incredible drum show ». De et avec Yann Coste et Sébastien Rambaud. Mise en scène Gil Galliot. (Avignon, 19-07-2013, 22h45) ++++


« Les Fills Monkey » ?
Les fils manqués,
Croisés de ouistiti
Et marsupilami.

Deux joyeux frappadingues
Qui, à toute berzingue,
Se jettent sur ce qui se dézingue,
Quand tout ce qu’ils touchent se déglingue.

Des sales gosses
Qui font négoce
D’espiègleries
Auxquelles on rit.

Du cousu main,
A quatre mains
Qui étendent leurs tentacules
Et tentent, sans aucun scrupule,

De voler à l’autre sa place
Afin de marcher sur ses traces.
Ils s’amusent comme des petits fous,
En se cherchant dans la tête des poux.

Une dispute d’onomatopées
S’intègre dans les percussions de ces frappés,
Rivalisant d’audace et d’inventivité
Nous entraînant dans leur complicité.

A « La Luna », chaque soir ils mettent le feu
Et l’on a tous envie de rentrer dans le jeu
De ce grand duo, absolument fabuleux,
Qui jongle avec nos cordes sensibles pour eux.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Ballet Bar ». Pièce chorégraphique pour six danseurs. Par la « Compagnie Pyramid ». (Avignon, 19-07-2013, 16h30) +


Un bar à New-York, du jazz sur un gramophone,
De la danse de cintres sur métallophone,
Des bagarres de capoeira, de hip-hop,
Le tout, trépidant sur un rythme de rock-pop.

Sur une musique issue de tous les domaines,
Forts de toutes leurs pirouettes ils de déchaînent
Et, dans toutes les directions, ils interviennent
Pour imposer le respect et briser leurs chaînes.
Au grand « Théâtre Golovine » ils se démènent.

Alternant ralentis et accélérations,
Leur généreux travail suscite admiration
Pour leur sens de cohésion et d’inspiration.
Une jolie mise en scène où tout tourne rond,
Dans laquelle les acteurs se donnent à fond.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Les Copains d’abord, Hommage à Georges Brassens ». Par la « Compagnie Olivier Lacut ». (Avignon, 18-07-2013, 22h30) ++


Utilisant leurs dons de conteurs,
Ils apportent un peu de douceur
Aux paroles acerbes et dures
Qui se répercutent sur les murs
De l’incompréhension qui murmurent
Des tonnes de belles aventures.

Au « Théâtre de la Tache d’Encre »,
Le bateau de Brassens jette l’ancre,
Débarquant un trio de sirènes
Mâles, qui, de leurs trois voix sereines,
Enchantent une salle bien pleine
Avec leur chœur qui emplit l’arène.

Le « Frenchy Pop Rock Singer »,
« C’est Erikel », le crooner.
« Il a roulé sa bosse »
« Et il n’a pas fini …
« C’est Monsieur Ludo Cabosse ».
« Il ne joue pas de la flûte »,
« Monsieur Olivier Lacut ».
On voudrait à l’infini …
Entendre ces enchanteurs
Étendre leur symphonie.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Cabaret des Mots », de Mateï Visniec. Mise en clown Victor Quezada-Perez. Par la « Compagnie Umbral ». (Avignon, 18-07-2013, 20h15) +


Lorsque la grammaire cuisine le langage,
Elle évite les fautes et réduit le verbiage.
Elle met au pas les bons mots qu’elle régente
En les alignant de façon intelligente.

Les épluchant, elle soulève un coin de chapeau.
Au « Théâtre des Barriques », les jeux de mots
Se bousculent pour revêtir des oripeaux
Qui les rendront efficaces et encore plus beaux.

Gaiement, « on va s’encanailler dans un poème »,
S’y travestir totalement, façon bohème.
Tout le monde peut se mettre à nu, dans l’écrit
De cette « orgie verbale qu’est la poésie ».

Pour les comédiens, déterrer des mots, c’est jouissif
Et l’aboutissement d’accouchement subversif.
Cinq acteurs, au nez de clown, et une marionnette,
Nous présentent les résultats de leur enquête
Sur les précieux mots dont ils ont fait la conquête.
Leur interprétation est pour nous une fête.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« L’Opéra dans tous ses états ». Par la « Compagnie Comiqu’Opéra ». Mise en scène Frédéric Mairy. (Avignon, 18-07-2013, 17h35) +++


« L’Opéra dans tous ses états »
Se déchaîne avec grand éclat
Au « Théâtre du Grand Pavois »
Pour donner une intense joie.

Leur « sublime rétrospective d’opéra »
Met les grands airs à notre portée, sans tracas,
Montre l’envers du décor et, dans tous les cas,
Brise les tabous d’élitisme, sans fracas.

Ils démocratisent avec beaucoup d’humour
Les divins airs qui tournent autour de l’amour.
C’est la rencontre de ces deux très grandes voix
Qui nous subjugue et met notre cœur en émoi.

« Mozart est là » pour accompagner au piano
Un excellent baryton qui chante en duo
Avec la légère et sublime soprano.
C’est de la Suisse que nous parvient leur écho.

En se moquant de l’ego surdimensionné
De quelques grands virtuoses au talent inné,
Ce soir, ils nous ont fait rire et surtout rêver …
Un magnifique trio, bien harmonisé !

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Afrika, Mon Pays Arc en Ciel ». Par Éric Bouvron et avec Mathos. Mise en scène Sophie Forte. (Avignon, 18-07-2013, 15h40) +


Inimitable dans quelques imitations,
Ce croisement, d’un clown dansant et d’un conteur,
Déploie une belle énergie et son ardeur
A rendre son « Afrika » un poil enchanteur.

« En Europe, vous êtes les rois du gaspillage » ;
« En Afrique, on est les rois du récupérage ».

Spectacle sympathique et festif,
Même s’il est tiré par les tifs.
Par un plongeon jusqu’à ses racines,
Il se moque en lançant des épines.

« S’il n’y avait pas l’Afrique »,
« L’Amérique n’aurait pas eu Obama »,
« La France son équipe de foot »
« Et Éric Bouvron, son spectacle ».

Au « Théâtre des Béliers », il convoque Lions
Et autres bestiaux, pour exprimer sa passion
Tambour battant ; rythme effréné de percussions
Qui donnent au public de belles sensations.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« La Voix Humaine », de Jean Cocteau. Avec Nicole Dogué. Mise en scène Marja-Leena Junker. Par le « Théâtre du Centaure Luxembourg ». (Avignon, 18-07-2013, 14h15) +++


Quand « La Voix Humaine », soudain, se fait silence,
Seulement ponctuée par les bruits de l’absence,
Le cœur s’emballe atrocement, en l’occurrence,
Sous la robe rouge sang, tissée d’impatience.
L’absurde de la vie redevient innocence.

Dans l’intimité de la comédienne hors-norme
Qui assume passionnément ce rôle énorme,
S’investir totalement dans son monologue
A tel point qu’on croit entendre tout le dialogue,
On est, par sa présence et son jeu, envoûtés,
Pris à témoin et muets d’insécurité.

Au « Théâtre du Bourg-Neuf », alors, elle brûle
Sa dernière cartouche et jamais ne recule,
Face au téléphone, comme une somnambule,
Devant ce qui l’attend. Mais elle gesticule,
Habitée de douleur, nullement ridicule.

C’est, bouleversante d’émotion, que l’actrice
Nous offre à partager son amoureux supplice.
Elle noue notre gorge de sincérité
Et l’on se noie dans sa profonde vérité,
Happant les larmes de son vécu déchiré.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Alexandra David-Néel, pour la vie … » Écrit et interprété par Pierrette Dupoyet. Créateur Bande-son Jean-Marie Bourdat. Par la « Compagnie des Vents Apprivoisés ». (Avignon, 18-07-2013, 11h30) ++++


Des décors flamboyants évoquant bien Lhassa
Nous transportent droit vers le Dalaï-lama,
Ouvrant tout grand ses rêves d’un Himalaya.
« Le tour du monde en quatre-vingts ans » mène là.

Et, quand un jour, elle franchit la « passerelle »
D’un voilier de Tunis, surnommé « L’Hirondelle »,
Elle accepte alors d’épouser Philippe Néel
Qu’elle quitte pour voler de ses propres ailes.

« La nostalgie des pays qu’elle ne connaît pas »,
Passe aussi par la lecture des précieux mantras
Que l’on égrène en des prières, pas à pas.
C’est ce que lui apprit l’enfant qu’elle adopta.

Après le bain glacé,
« Le drap est chauffé »
« Par l’intensité »
« De sa pensée ».

« Après toutes ces années »,
« Je l’aime ce thé salé ».
« L’homme vulgaire n’aide que ceux qu’il aime »,
« Mais le sage aide tous les autres », quand même.

« Je suis si souvent tombée »,
« Mais je me suis relevée ».
Dès lors « j’y suis arrivée ».
Donc, « laissez-moi exister ! »

« Des milliers de lettres »,
Composées peut-être
Pour qu’un nouvel être
Puisse enfin renaître.

Au « Théâtre Buffon », Pierrette subjugua
En interprétant le rôle d’Alexandra,
Tant l’étendue de son talent nous révéla
Une femme d’exception qui s’aventura
Et fit, de chaque instant de sa vie, un combat.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Sindbâd ». Inspiré de « Sinbâd le marin », Conte des Mille et Une Nuits. Par la « Fox Compagnie ». (Avignon, 18-07-2013, 10h10) +


Quand Sindbâd nous « ouvre le livre de sa vie »,
Un chat, « prétentieux, égoïste et insouciant »,
Autant que Sindbâd avait été arrogant,
Va le mener « à trouver un sens à sa vie ».

« Sindbâd le marin, Sindbâd aux mille aventures »
Immortalisées par de jolies créatures,
Des personnages sous forme de marionnettes
Qui vont défiler au son de la clarinette.

Croisant un vieillard décharné et Bass le chat,
Divers protagonistes et aussi Jamila,
C’est à travers un grand nombre de pantomimes
Que son apprentissage se verra, en prime,
Récompensé par la découverte, de prix,
Qui lui fera comprendre le sens de la vie.

Spectacle musical
A visée familiale,
Fait de découpages
Et de modelages,
Avec pour tout décor
Un film d’animation,
Avec pour tout support
Piano et bande son.

Au « Théâtre Buffon »,
Sindbâd joue au bouffon.
Joyeux fanfaron
Tirant les leçons,
Soudain il médite
Et, la vie, mérite.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés