RSS

Archives de Catégorie: Avignon 2015

« Concerto a Tempo d’Umore ». Mise en scène Jordi Purti. Direction musicale Carles Coll Costa. Par « L’Orchestre de chambre de l’Empordà ». (Avignon, 25-07-2015, 21h00) +++

Leur instrumentation musico-corporelle
S’accorde aux violons, contrebasse et violoncelles.
Le classique orchestre de chambre se querelle,
Se dispersant dans un joyeux bruissement d’ailes,
Et papillonne autour de chaises musicales
Dans le « Gymnase du Collège de la Salle ».

Répétition publique fort récréative,
Développant leur goutte à l’imaginative.
On en prend plein les yeux quand chaque virtuose,
Avec un imprévisible talent, propose
Une palette de comportements qui osent
Toutes sortes de jeux et de métamorphoses.

De trop d’obéissance ils font une overdose,
Leurs disparités les rapprochant dans l’osmose
D’avec les spectateurs qui, à leur tour, composent.
Mime et vidéo pour un spectacle grandiose
Qui berce nos oreilles de loufoques doses
Et nous fait voir la vie en technicolor rose.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Tutu. La danse dans tous ses états ! » Conception, Chorégraphie Philippe Lafeuille. Par la compagnie « Chicos Mambo ». (Avignon, 25-07-2015, 19h00) ++++

Quoi de plus naturel que des hommes en tutu ?
Le mot, du genre masculin, est revêtu
Et pare élégamment les mâles attributs.
Prestation époustouflante de ces têtus
Sportifs, issus de différentes disciplines
Bien reliées par une chorégraphie divine.

Leur brillante démonstration de savoir-faire,
D’une drôlerie qui frappe l’imaginaire,
Secrète en nous une série d’endomorphines
Capables d’éloigner toutes traces de spleen.

Une féerie
Qui fait que l’on rit.
Une parodie,
Animalesque,
Fine et burlesque,
Secoue les corps
En plein accord.
C’est leur essor
Que l’on adore ;
Et leurs efforts,
Longtemps encore,
Notre œil, stimulent,
Font des émules.

Comme eux, on a envie de s’élancer
Et dans leur art sublime se lancer.
Capter un peu de leur énergie pour voler
A la rencontre des animaux sublimés.

Un instant se perdre dans l’éblouissement
De leur spectacle qui nous mène au firmament
Étoilé en un multiple scintillement,
Éclaté en multitude de sentiments.

« Collège de la Salle » ils sont fort rigolos
Et nous adressent un inoubliable cadeau.
On reverra avec joie les « Chicos Mambo » :
Février – juin deux-mille-seize à « Bobino ».
Jusque-là, repensons à eux, les yeux mi-clos …

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Boléro ». A partir de l’œuvre de Maurice Ravel. Chorégraphie de Célia Quadri et de l’interprète Maurin Bretagne. Par la « Compagnie Chrysalide ». (Avignon, 25-07-2015, 18h00) +++

Le corps qui sort de sa « Chrysalide » s’enroule
A l’infini sur lui-même et enfin déroule
Harmonieusement son précieux ruban vital,
« Crescendo menant à l’effondrement final ».
Un spectacle à la mécanique originale,
Vécu, tambour battant, à un rythme infernal.

« Tremplin Théâtre », c’est un rêve de bonheur
Qui ne dure qu’un peu plus d’une demi-heure.
« Le printemps adorable a perdu son odeur » ;
« Lorsque le mouvement s’arrête, c’est la chute ».
Cheveux, ADN et empreinte digitale,
Communiquent la vie, éternelle spirale
Qui croît et s’étire jusqu’à l’ultime lutte,
Dans un déferlement de sensations fatales.

Fascinée par la musique du « Boléro »,
Je ne voulais pas manquer l’actuel tableau
Représenté par un danseur de haut niveau.
Cette interprétation est le fruit, tout nouveau,
Sorti d’une coquille sans aucun défaut.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Célimène et le Cardinal ». De Jacques Rampal. Mise en scène Pascal Faber. Avec Gaëlle Billaut-Danno, Pierre Azéma. (Avignon, 25-07-2015, 16h05) +++

Vingt ans ont passé pour Célimène et Alceste.
Vêtu de la robe de cardinal il peste
Encore contre l’hypocrisie et le reste.
Cette suite au « Misanthrope » jette du lest
Sur les propos acidulés qui manifestent
Un semblant de mansuétude qui se prête
A la joute oratoire des anciens athlètes
Du verbe qui s’enflamme contre les gens bêtes.
A « La Luna », leur résurrection indiscrète,
A un vif et ultime affrontement, s’apprête.

Mis au supplice par son ancienne conquête,
L’homme d’église vacille à perdre la tête.
Le texte est servi par deux grands acteurs, au fait
De leurs échanges de mots, brûlant la défaite,
Dans un phrasé où les propositions se fêtent.
Langage jouissif, fort bien tourné, qui inquiète.

« La critique n’est pas tolérée par l’Église »,
Dit le prêtre, par des menaces qui dégrisent.
Le prélat, par le démon de midi, saisi,
Se déboutonne et succombe à l’hypocrisie.
Au nom des religions, c’est l’Humain qui faiblit
Et martyrise les pensées endolories.

Bien qu’en alexandrins, ce n’est pas un pastiche
De Molière, joliment honoré, sans triche.
Ici, Jacques Rampal, en profondeur, défriche
Les sentiments, dans un vocabulaire riche.
De sa poésie décomplexée, on s’entiche.
Mise en scène sobre qui, en l’esprit, se fiche,
Valorise le jeu de comédiens fétiches
Dont le regard bleu n’a pas besoin de postiche
Pour briller de tous feux, désintégrant les niches,
Ces autres farces et attrape-cœur dont on biche.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Philo Foraine » de et avec Alain Guyard. (Avignon, 25-07-2015, 11h25) +++

Ce joueur, Alain Guyard,
Bonimenteur qui assène des vérités
Et jamais devant ses responsabilités
Ne se révèle fuyard,
Jongle avec les concepts, en fameux gaillard.

Passionnante conférence au « Théâtre Arto »
Où les idées reçues se balaient au râteau.
Le trop plein du cerveau s’écoule, prêt à boire
Les paroles réfléchies de l’anti-savoir
Qui apprend à parler pour tout et ne rien dire.
Ce funambule du langage
Très adroitement nous engage
A la philosophie qui accroît le désir.
Et, de la connaissance à la déconstruction,
Bien habilement on se remet en question.

Au café philo, le menu est à la carte
Qu’il abat entre deux plats avant qu’il ne parte
A la rencontre du peuple, verser le nectar
Rougeoyant qui abreuve la « philo foraine ».
« Position de combat du philosophe » au bar
Qui mène à la « purgation » de façon sereine ;
De ses bonnes leçons, on en reprendrait sans peine.
Venez vous shooter à sa tchatche à perdre haleine
Et vous ressourcer au grand tonneau de Diogène.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Racine par la Racine ». « Un hommage fantaisiste au grand tragédien ». Conception, Mise en scène Serge Bourhis. Par « La Compagnie Alcandre ». (Avignon, 24-07-2015, 15h50) +

« Voulez-vous comme nous, damnés de l’hémistiche »,
« Vous livrer sans vergogne au vice du pastiche » ?
Au « Théâtre Essaïon », ils se couvrent de gloire
Dans un marathon qu’il faut vraiment venir voir.
Avaler Racine n’est pas la mer à boire
Pour ces forçats du raccourci libératoire.

Les obstinés et les « damnés de l’hémistiche »
Se transforment en joyeux cinglés du « pastiche »,
Travestissant l’âme et l’affublant de postiches,
Déclinant une douzaine de tragédies
Bien accompagnées d’alexandrins anonymes
Pour nous faire déguster leurs nouvelles rimes
Et apprécier la ferveur de leurs parodies.

Car c’est en douze pieds qu’il faut écrire en vain,
Couvrir onze tragédies à défaut de vingt.
Le jour et la nuit virent les vers à la main,
Quand le temps et l’inspiration firent le plein,
Noyer son chagrin dans quelques verres de vin.
D’Andromaque à Phèdre, c’est bien joué et fin,
Avec des caractères forts, trempés et feints.

« Sus à la racine », pour nous nourrir un brin.
Avec eux, on ne reste pas sur notre faim,
Tant ils remettent le couvert et font le plein.
Salade joliment assaisonnée, servie
Avec une variété de morceaux choisis.
Fougue et passion, ils ont relevé le défi
Et, grâce à leur aisance, gagné leur pari.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Fuck America ». De Edgar Hilsenrath. Traduction Jörg Stickan. Conception, Mise en scène, Interprétation Haïm Menahem. Saxophone David Rueff. (Avignon, 24-07-2015, 13h25) +

Dans la cave où ses yeux ont perdu leur éclat,
C’est son âme et son corps qui volèrent en éclats.
Cruel texte explosif qui bourdonne à l’oreille
En « torrent de larmes sortant de la corbeille ».
Retraçant le cauchemar de ses aventures,
Il les partage au « Théâtre manufacture ».

Un langage cru et direct, qui claque et fouette,
Zèbre l’esprit et tympans, comme un cri de chouette.
Une écriture hachée, carrée et déroutante
Qui sculpte l’Histoire de façon surprenante,
Ne laissant jamais nos pensées indifférentes.

Rideau rouge pour une scène quasi-nue
Où des monceaux de souvenirs sanglants se ruent,
Éparpillés ça et là au détour des rues.
Les pages de sa vie jonchent le sol … perdu(es-e-u),
Mises bout à bout dans un souffle suspendu.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Primo Levi et Ferdinando Camon : Conversations, ou le voyage d’Ulysse ». Adaptation, Interprétation Eric Cénat, Gérard Cherki. Adaptation, Mise en scène Dominique Lurcel. (Avignon, 24-07-2015, 11h00) +

Bien à l’abri, au « Théâtre du Roi René »,
L’Histoire se précipite et soudain renaît.
Conversations qui plongent dans un état double,
Figé « Au centre d’un néant grisâtre et trouble ».
Les « Passeurs de Mémoires » passent tout au crible
Dans un échange courageux, fort et terrible.

Curiosité (de l’autre) qui exclut la haine,
Dans un curieux échange qui tient en haleine.
S’ensuit une analyse précise et fine
D’une « folie méthodique » qui extermine
Et fait disparaître ceux qui n’ont pas la mine
Qu’une « fureur séculaire » détermine.

Un thème récurrent et toujours d’actualité :
« Expier la faute d’être né, la faute d’exister ».
« Ceux qui savaient se taisaient ».
« Ceux qui ne savaient pas avaient »
« Peur de poser des questions » …
Point final d’interrogations.

Revient « L’Histoire comme une immense névrose »
Contagion « Transmise à la foule par osmose ».
Primo Levi tente à faire la part des choses
Avec la lucidité du recul qui dose
Les explications, mais sans faire d’overdose.
Revivre la démence collective on n’ose.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Barbe Bleue ». D’après le roman d’Amélie Nothomb, librement inspiré du conte de Charles Perrault. Adaptation théâtrale Gérald Aubert. Mise en scène, Jeu Pierre Santini. (Avignon, 23-07-2015, 18h00) ++

Discours plein de menaces et de sous-entendus,
Dans un langage châtié et très convenu.
A travers des demi-mots elles sont perçues,
En silences qui planent, tout en retenue.

Dialogue empli de charme(s)
Au « Théâtre des Carmes ».
Une passion dévorante,
Autour des meubles, serpente.

Saturnine est la neuvième colocataire
Que Don Elemirio prend dans son pied-à-terre.
Ainsi la légende de « Barbe Bleue » prospère
Dans les mentalités avides de mystère.

Amélie Nothomb exécute
Le vieux mythe qu’elle charcute.
Propos ciselés qui percutent
L’idée de « résurrection des corps »
Qu’elle sert dans un vaste décor.

Une dégustation des plaisirs de la chair,
Celle réservée aux plats de l’art culinaire.
Intéressant conte résolument moderne ;
Le danger s’y glisse entre les propos qui bernent.
L’idée de transgression, les personnages, cerne,
Dans un envoûtant jeu qui, l’interdit, concerne.
Les notes de la flûte scellent le destin
D’un repas, cène que l’on honore sans fin.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« La Mémoire des Serpillères ». De Matéi Visniec. Mise en scène Victor Quezada-Perez. Mise en clown « Compagnie Umbral ». (Avignon, 23-07-2015, 12h15) +

« Présence Pasteur », ils nettoient notre moral.
La « liste d’horreurs, petit déjeuner mental »,
Nourrit les esprits de façon originale
Et constitue l’alimentation générale.

Guerres fratricides vues en mode clownesque
Par des pantins qui ne comprennent rien, ou presque,
Et dont le seul mode d’expression, de vision,
Réside dans les chaînes de télévision.

Des tirs nourris, de copieux échanges de balles ;
Vente d’armes, troc d’objets de mort pour que dalle.
C’est le règne des rats, ces « poubelles vivantes »
Bouffant les mots de la mémoire chancelante.

Quand l’homme, champion de la destruction humaine,
Se précipite sur tout ce qui se démène,
C’est un vaste terrain d’ordures militaires
Visité par les « journalistes, serpillères »
« De l’humanité », qui grattent, rongent et déterrent
Les sujets enfouis dans les veines de la terre.

Cours de manipulation de l’information,
Puissance des rats grignotant nos réflexions.
Mort d’un journaliste tué par le dégoût,
L’âme disparaissant dans les bouches d’égout.

« Autour des droits de l’Homme à mourir dignement »,
Ce spectacle est un montage plutôt cinglant
Qui questionne et déstabilise amèrement.
Il se veut un témoignage fort et sanglant.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« KNEE DEEP. L’excellence du cirque contemporain, made in Australia ». Par la compagnie « Casus Circus ». (Avignon, 23-07-2015, 10h45) ++++

« Knee Deep, l’excellence » qui nous met à genoux
Et l’on est ravi de les accueillir chez nous.
Venus d’Australie, ils présentent au « Chêne Noir »
Leur splendide cirque qui porte haut l’espoir.

Ils sont époustouflants de virtuosité
Et nous séduisent par leur sensibilité.
C’est un spectacle grandiose qui stupéfie
Par sa façon de relever tous les défis.

Ils marchent sur des œufs plus précieux que de l’or,
Passant le relais à travers leur quatuor.
Leur état d’âme est perceptible par le corps
Tendu vers une perfection qui s’évapore
Dans le théâtre pour se poser sans efforts
Sur les spectateurs et s’infiltrer dans les pores
De leur peau qui, à la fin, en frissonne encore.

On vibre sur leur talent et leurs performances.
Subitement, on rejoint nos rêves d’enfance
Et l’on replonge dans un monde d’innocence
Où virevoltent, dans notre tête en tous sens,
Acrobaties, travail aérien, mât, trapèze,
Sangles, roue, culbute, gymnastique avec chaise.
Ils savent tout faire et leurs délicats portés
Ne peuvent qu’éblouir, de joie nous transporter.

Tout un savoir-vivre qui avec eux s’élance
Tandis que leurs prouesses, dans les airs, se lancent
Pour que, dans notre cœur, tout chavire et balance.
On en reste sans voix quand revient le silence,
Le stylo en l’air comme pris dans une transe.

Il faut du temps avant de faire référence
A leur travail qui a pris possession de nous,
Nous empêchant d’aller à d’autres rendez-vous.
Ce n’est que bien plus tard que vient la délivrance,
Permettant enfin d’accoucher de quelques lignes
Qui retracent leurs beaux exploits et les surlignent.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Chocolat Piment ». De Christine Reverho. Mise en scène Sébastien Bernard. Par « Aurore Compagnie Théâtrale ». (Avignon, 22-07-2015, 13h50) ++

Ça balance
En tous sens.
Indécence
Ou décence,
Cave mise à sac,
Ça carbure sec.
De joies en échecs,
Quand le vernis craque,
Les vérités fusent
Face aux vieilles ruses.

Un antidote contre la morosité,
Un réquisitoire contre l’obésité
Où chaque mot est minutieusement pesé,
Où les piques sont judicieusement dosées.
Un cocktail sucré-salé, prêt à exploser,
Généreusement servi par un jeu osé.

Le « Théâtre Étincelle »,
Animé de querelles,
Sert des tranches de vie
Et donne son avis
Sur ce qui part en vrille.
Les secrets de famille
Passant de père en fille
Reviennent vite en trombe
Et font l’effet de bombe.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« A Plates Coutures ! » De Carole Thibaut. Inspiré du Combat des Ex Ouvrières Lejaby. Théâtre musical. Mise en scène Claudine Van Beneden. Musique Simon Chomel. Par la « Compagnie Nosferatu ». (Avignon, 22-07-2015, 12h00) +++++

Ici, elles ont grandi ; là, on les oublie.
Les princesses des soutiens-gorge Lejaby,
Petites merveilles de couture française,
Après trente ans de service, l’État les baise.

« Théâtre Roi-René », luttent les « doigts de fées ».
Malgré leurs revendications, plus rien n’y fait.
Afin d’avoir « fabriqué du luxe et du rêve »,
Elles ont, trois décennies, travaillé sans trêve.

Pour que jouissent les reines
De leur obscure peine,
Les petites sirènes
S’enfoncent à perdre haleine,
Noyant leur bas de laine.

C’est encore à coups de décentralisation,
De plan social qu’elles gagnent par annulation,
De fausses perspectives montées en épingles,
Qu’elles subissent de pompeux discours qui cinglent.

Un texte aux témoignages habilement cousus,
Finement ciselés, aux piqûres tendues.
Leur interprétation est taillée sur mesure,
En tranches de vie, entrecoupées de ruptures.
Aussi de grands moments d’espoir et d’illusions,
Truffés d’anecdotes et d’intimes allusions.

Un sujet brodé
Par des mains aux dés
De fées débordées
De tous les côtés.
N’être plus cotée,
L’usine a fermé.
Plus rien n’est semé,
Travail clairsemé.
Ouvrage rythmé
Que l’on a aimé,
Et même adoré,
Se remémorer.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Journal de Suzanne, une adolescente dans la Grande Guerre ». D’après le Journal de Suzanne Ruplinger. Adaptation, Mise en scène, Jeu Claire Latreille, Caroline Leprette. Par la « Compagnie La Lusciniole ». (Avignon, 22-07-2015, 10h45) +

Mille-neuf-cent-soixante-quatorze, premier août,
Jaurès assassiné, il n’y a plus de doute …
Mobilisation, puis la guerre qu’on redoute.
« Théâtre de l’Ange », c’est bientôt la déroute.

Adaptation du journal de bord d’une ado
Qui, du haut de ses treize ans, porte le fardeau
D’événements qui la dépassent et la détruisent.
Ses réflexions très pertinentes nous instruisent.

Seule l’annonce des morts figure en nouvelles
Qui traversent les lignes ennemies ; pas celles
Des soldats dont les lettres toujours s’amoncellent,
Espérant franchir les tranchées à coups de pelles.

Litanies accompagnées de tambour, de flûtes ;
L’accordéon, contre la monotonie, lutte.
Quatre années balayées par un journal intime
Qui nous fait vivre au plus près les faits, même infimes.

Récit relaté avec fraîcheur, conviction,
Avec un bon espoir de régénération.
Suzanne est la grand-mère de la comédienne ;
Le même sang afflue et coule dans leurs veines,
Mais pour encore combien de générations ?

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Tout long et tout lisse ! » Humour musical d’Eric Toulis et avec Rémi Toulon. (Avignon, 21-07-2015, 22h15) +

Dans une ambiance franchouillarde et débonnaire,
Chaleureuse et festive dès les premiers vers,
Le nouveau « Théâtre L’Atelier Florentin »
Reçoit ce soir deux musiciens, clowns et pantins.
Piano, guitare ou violon, rien ne les empêche
De s’éclater et d’avoir tout le temps la pêche.

« Je t’ai feta faisselle » …
Avec un grain de sel
A rayer la vaisselle,
Puis, l’accent par-dessus,
Tout devient superflu
Et ça mijote dru
Autour des ritournelles.

Dans une bonne rigolade de trompette,
Ils ruissellent et leurs chemises font la trempette
Sous des gros bruitages d’orages et de tempête.
Et … ne partez pas sans eux pour faire la fête !

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Guerre ». De Lars Norén. Mise en scène Cédric Vasiljevic. Par la « Compagnie Fragment ». (Avignon, 21-07-2015, 20h45) ++

C’est une guerre intemporelle à l’extérieur,
Une guerre conflictuelle à l’intérieur.
Quand tout se déchire aussi au sein des familles,
L’aveuglement du père déteint sur ses filles.

Ils se voilent la face
Et, quand ça les dépasse,
Ils enterrent
Les mystères.

C’est dans le « Théâtre Tremplin »
Que les émotions battent à plein.
Et puis, pour conjurer le sort,
Des autres ils souhaitent la mort.

Se joue un intense et passionnant psychodrame
Où les règles transgressées sont sujet de blâme.
Toutes les valeurs sont bafouées ; viols de guerre,
Viol conjugal, inceste, lâcheté primaire.
Les verrous sautent et les règlements entre frères
Ressuscitent à nouveau les éternelles guerres,
Dans une écriture violente et mortuaire.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Prince Travesti ». De Marivaux. Mise en scène Daniel Mesguich. Par la compagnie « Miroir et Métaphore ». (Avignon, 21-07-2015, 18h45) ++++

Règne des ambiguïtés, « Prince Travesti » ;
Son espoir, dans les faux-semblants est investi.
« Je vous parus hier ce que je n’étais pas » ;
La toile d’araignée les englue pas à pas.

Dédale des sentiments et des corridors
Où les mots, peu à peu, s’enveloppent d’un corps
Qui se cherche une identité et un passage
A travers la complexité des personnages.

Miroirs aux alouettes où se mirent les faces
Qui démasquent les mystères qui s’y effacent.
Derrière les somptueuses glaces sans tain,
Tombent les voiles froissés, pâlissent les teints.

La beauté du langage, « Théâtre du Chêne »
« Noir », se pare d’une solide mise en scène
Où l’immense tumulte affectif devient rage
Jusqu’à ce que tous les cœurs explosent leur cage.
Superbe interprétation, arrêts sur images
D’un classique, sans une ride, malgré l’âge.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Déracinés ». Chorégraphie, Interprétation Ana Ramo. Coproduction Sonidos Negros. (Avignon, 21-07-2015, 14h30) +

« Théâtre de l’Observance », le Flamenco,
La superbe danse d’affirmation macho,
S’incarne en une flamboyante messagère
Qui, sur fond sonore, montre son caractère.

Vidéos, entre deux changements de costumes,
Afin de bien respecter les us et coutumes.
Tour à tour, danse féminine ou masculine,
L’interprète maîtrise les deux disciplines
Aussi bien que le tango venu d’Argentine.

Les intermèdes un peu longs, mais en espagnol,
Sont là, afin que leur belle langue on fignole.
Elle met en scène ses rites et ses images,
C’est un peu de sa culture qu’elle partage.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Beethoven, ce Manouche ». Humour musical. Par la « Compagnie Swing’Hommes ». Avec Jérémy Bourges, Pierre Bernon, Benoît Marot. (Avignon, 21-07-2015, 12h10) +++++

Et si vous croyez ne pas aimer Beethoven,
Venez quand même, car c’est votre jour de veine.
Des instants de grâce vous piègent au « Rouge-Gorge ».
Pris dans leurs filets, mais sans aucun coupe-gorge,
Vous pourrez piétiner à loisir votre idole
Qui vous ouvrira les cieux, façon grand-guignol.

Aussitôt convaincus, Beethoven sera Dieu.
Votre âme épanouie, vous vous sentirez bien mieux.
Bref, vous allez adorer sa résurrection,
Enfin, tomber rapidement en pâmoison.
Pour vos oreilles, ce sera le Paradis
Que les noces de Ludwig et Django. On dit
Que l’éternité, à merveille, leur sourit.

Pour le Manouche, c’est … Épousailles classiques,
Pour le Concertiste, c’est … La romance épique.
« Musique savante et musique populaire »
Se croisent pour mettre au monde les plus beaux airs.
De la Nouvelle Élise, tous deux accouchèrent.

Quand, pour la belle musique, ils rivalisent,
Assister à leur duel devient nécessaire.
On voudrait se cacher au fond de leurs valises
Quand ils croisent et décroisent brillamment le fer.
Prenez part à leur joute d’accords flamboyants,
Soyez vaincus par leur humour incandescent.

Sur le banjo, quand vient la réconciliation,
C’est la « Marche Turque » qui accouche d’un don,
C’est la naissance du « Classi-Swing ». Communions
Tous ensemble sur le branlant Pont d’Avignon.

La salle entière s’élève et s’unit en chœur
Pour chanter la grande symphonie, sue par cœur.
Le « sourd-doué » a encore frappé. On pleure
De rire. On récupère ainsi son ardeur
Au piano, guitare et contrebasse, dans l’heure.
Avec les « Swing’Hommes », c’est toujours un pur bonheur !
Un enchantement dans un parterre de fleurs …

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Oscar et la dame rose ». Texte Eric-Emmanuel Schmitt. Mise en scène Jean Chollet. Piano Anne Chollet. Par la « Compagnie La Marelle ». Avec Nathalie Pfeiffer. (Avignon, 21-07-2015, 10h15) ++

Les douze derniers jours d’un condamné à mort
Qui, à neuf ans, prend son cancer à bras-le-corps.
Afin de survivre quelques jours encore,
Au céleste destin il confie son sort.

« La légende des douze jours divinatoires »
S’incarne dès lors dans une jolie histoire
A laquelle il faut rêver et peut-être croire.
Afin de mieux prendre son mal en patience,
Doit-on chercher une nouvelle existence ?

Quand un monde d’illusions se fait merveilleux,
« L’Espace Saint-Martial » nous convie de ses vœux
A rendre un enfant un peu moins malheureux.
« Les pensées d’un médecin, c’est contagieux ! »
« Mamie Rose » y développe un superbe jeu
Qui fait qu’autour d’elle tout devient radieux.
« Écrire, c’est rien qu’un mensonge qui enjolive »
Le temps, mais aide à ne pas sombrer à la dérive.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Le Mur … de l’équilibre », cirque contemporain. Conception, Interprétation Pascal Rousseau. Composition musicale et Jeu Éric Bono. Mise en scène François Bourcier. (Avignon, 20-07-2015, 20h50) ++++ Voir aussi Critique : (Avignon, 12-07-2013)

La peinture, pas si frivole,
Qui illumine et auréole.
Sous le signe de la justesse
Et l’énigme de la tristesse,
La madone et le clown paraissent
S’unir dans un cercle d’ivresse.
C’est au « Théâtre des Lucioles »
Que de leur dernière exposition on raffole
Et, qu’en y plongeant notre regard, on décolle.

Au fil des années, les tableaux se renouvellent,
Décorant une galerie toujours plus belle.
Elle accueille un spectacle où la vue poétique
Est à la hauteur de la tremblante musique
Qui anime et fait vibrer la fibre athlétique.

Pascal Rousseau, Droit dans « Le Mur de l’Équilibre »,
Poursuit quête et recherche au bord de la vie libre.
Il enfonce les murs se dressant sur sa route,
Abat les obstacles qui le mettent en déroute.

Depuis dix années, son art a évolué.
Son irrésistible sourire s’est mué
En une maîtrise sensorielle vouée
Corps et âme à sa prestation perfectionnée
Entourant ses qualités d’acrobate inné,
Le poussant vers une nouvelle destinée
Réfléchie, mûrie, empreinte de gravité,
Contrôlant une universelle gravité
Qui le place en orbite et en toute clarté
Sur un chemin qu’il doit sans cesse dénouer.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Une Diva à Sarcelles ». Comédie musicale. Ecriture, Mise en scène Virginie Lemoine. Avec Brigitte Faure. (Avignon, 20-07-2015, 15h50) ++

Son « public, visible des gens intelligents »,
Entre dans son jeu, l’encourage bravement,
Mais la vie en société lui nuit gravement.
Un pianiste, dont elle zappe le piano,
Subit les humeurs de l’ancienne soprano
Perdue dans ses nippes colorées d’un brio
Dépassé qu’elle veut recréer aussitôt.

En fait, « la folie est une réalité »
« Que l’autre ne peut pas atteindre ». Vérité
Qui se discute au « Théâtre Les Trois Soleils »,
Dans une mise en scène tiroir à merveilles …
Dont s’échappent et puis reviennent les quatre artistes,
Témoins otages de ce dernier tour de piste.

la Diva dégage une humanité touchante
Entre rêves de gloire et la réalité
Qui l’éloigne de son espace inadapté
Mais place ses rôles au cœur d’une vie tremblante
Qu’elle interprète d’une façon fort troublante.
Sa drôlerie fait vibrer nos cordes sensibles
A un monde en dérive où rien n’est accessible,
Où les logements sont de plus en plus cessibles.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Piaf, Damia, Fréhel – Chanteuses réalistes ». Spectacle musical de Gilbert Dombrowsky. (Avignon, 20-07-2015, 11h00) ++

Le « choc de la révolution industrielle »,
A l’origine de la chanson du réel,
De l’explosion du talent de Damia, Fréhel,
Laissa éclore les chanteuses de rue, celles
Dont la voix fit que « l’oseille tombe du ciel ».

C’est un récital profondément émouvant,
Teinté des couleurs d’époque au rouge éclatant,
Dans un décor sobre pour chansons qui dessoûlent.
Un registre sombre qui retourne les foules,
Coule aussi dans les veines de la môme Piaf
Qui a tout appris au contact de ces aînées ;
Frêle oisillon qui, dans la rue et les cours, piaffe,
Séduit et captive tout au long des années.

Belle Époque ? L’ambiance Titi parisien,
Et de bien plus loin même avant les années vingt,
Vit triompher la grande chanson réaliste
Qui, « Cabaret du Chat Noir », fit ses tours de piste.
Jolie reconstitution, « Théâtre Carnot »,
Par trois fleurs de pavés qui font leur numéro,
Un diseur, une voix et l’accordéoniste.

Chanson qui se crie avec son ventre et son âme,
Qui déchire l’air pour s’en vêtir et qui clame
Sa douleur face au nombreux public qui se pâme.
Chanson, qui surgit des profondeurs de la terre,
« Dont la toile de fond est couleur de misère ».

« Tous ceux qui sur terre n’ont plus que des chansons …  »
Pour vaincre leurs frayeurs, vont s’enivrer de sons.
« Leurs voix retournent à la foule dont elles ont »
« Émergé », afin de bâtir un précieux pont
Reliant entre elles toutes les générations.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Les Yeux Noirs en concert ». Périple Tsigano-Rock et Yiddish-Pop. Conception Eric et Olivier Slabiak. (Avignon, 19-07-2015, 22h00) +++

Du plus profond de leurs « Yeux Noirs »
S’échappent des notes d’espoir
Qui s’envolent
Caracolent
Plus vite qu’une fuite le long des trottoirs
Pour mieux rattraper le temps perdu dérisoire.

C’est leur âme qui chante à travers les violons,
Batterie, basse, guitare et accordéon …
Et le chant
Des Balkans
Sous le vent
Du talent.

« Depuis des siècles, la musique du voyage »
Survit, se régénère malgré les carnages.
Résistant à tous les assauts et aux ravages,
Ils se renforcent et accostent à d’autres rivages.
Six musiciens, comme les branches de l’Étoile,
Explorent les six continents et en dévoilent
Les rythmes originaux
Qu’ils attaquent au galop.

Venus d’horizons différents, c’est le mélange
De leurs religions et cultures qu’ils échangent
Au « Théâtre Les Trois Soleils », nous enivrant
De joyaux multicolores se succédant.
In fine, duel de violons impressionnant
Où s’exprime leur passion et leur grand allant.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

« Cabaret drôlatique ». Conception, Jeu Pierre Azaïs, Stéphane Roux. Par la « Compagnie Un peu de poésie ». (Avignon, 19-07-2015, 20h45) +

« Parti de tous ceux qui n’ont pas pris de parti »,
Mais du « Parti d’en Rire » ils ont fait le pari.
Nous, le public, on en a pris notre parti.
Simplement, avec eux, on est là, on sourit,
Prêts à affronter l’enfer ou le paradis.
Pour passer un bon moment en leur compagnie,
On brave le « Théâtre des Vents » dégourdis
Qui soufflent du Gainsbourg, du Brel, du Reggiani, …
On ressort, un peu plus heureux, quand c’est fini,
Quelques refrains ressuscités dans notre esprit.
Ce duo burlesque les a bien rafraîchis,
En y joignant leur enthousiasme et sans chichis.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés