RSS

«On est tous le vieux d’un autre». Troisième épisode de la trilogie «Mémé Casse Bonbons»Écriture, Interprétation Anne CangelosiMise en scène Alexandre Delimoges. Par la «Compagnie Bienvenue à Cajar !» (Captation vidéo vue le 22-01-2022)★★(Festival d’Avignon 2021 et 2022)

22 Jan

«Mémé Casse Bonbons» revient en pleine forme   
Pour titiller nos souvenirs qu’elle transforme    
En joyeux événements qui nous piquent au vif,  
Donnant au vécu un aspect récréatif.      
À quatre-vingt-cinq ans, son lien rétroactif     
Avec les autres fait ébouriffer ses tifs.         
«Tolérance, mode d’emploi» rendu fictif,     
Elle a du mal à contrôler ses adjectifs.        

«On dit que les voyages forment la jeunesse»,    
Elle dit «qu’ils déforment plutôt la vieillesse».   
Et voilà, c’est parti pour un tour d’horizon      
D’acariâtres réflexions et de déraison    
Bien assaisonnées d’un grand bol de dérision     
Servi aux anecdotes de télévision.        

Comment bien se débarrasser de Joséphine ?     
En l’envoyant parmi les cactus aux épines     
Prêtes à l’accueillir      
Autant qu’à la cueillir    
Au milieu du désert     
Sans même son dessert.    
Des haricots plein les poches,     
Le gros lot, elle décroche.        

«Cesser de s’émerveiller, c’est cesser de vivre».    
Elle va découvrir des merveilles sans vivres     
Ni bouteille d’eau,     
Rien que ses vieux os.     

L’obélisque de Karnak et les Pyramides     
Lui font face, mais jamais rien ne l’intimide.     
Sans comprendre l’arabe, avec son franc-parler,     
Des couleuvres, on ne lui en fait pas avaler.     
Elle pique davantage que les scorpions,     
Son langage fait même fuir tous les morpions.     

Enfin quelque chose qui la met en valeur,     
La servir en reine à la table des râleurs.      
«On regardait tout et on critiquait» de bonne heure,   
Dénigrer est un délicieux moment de bonheur.    
«La France râle, critique, mais la France accepte».  
«Mémé» assène adroitement ses coups de concepts. 

«Avoir planté le javelot dans la moquette»      
Lui évoque des soirées de pure piquette.    
Dans l’histoire de l’Égypte elle fait trempette    
Et y déverse son fiel, la bouche en trompette.     

Quel art du retournement de situations    
Où l’arroseur arrosé tombe au paillasson,     
Jonglant entre «le racisme ou xénophobie»,     
Détaillant «l’intolérance ou les préjugés»,    
«Bêtise ou ignorance» qui font mal juger ;     
On assiste à un vrai festival de phobies.     

Dans cette trilogie, au troisième volet,     
«Mémé», dite «Momie», en question, se remet.     
Elle laisse éclater son côté humaniste     
Avec un jeu juste et un talent d’humoriste.     

Côté grogne, elle rencontre son alter ego     
Et, comme dans un miroir, elle y voit ses défauts.    
C’est une écriture d’une méchante tendresse    
Où l’avarice de sentiments vire en promesse    
D’un généreux pardon, au «Théâtre du Gymnase»  
Ou à «La Tache d’encre» qui n’effraie que les nazes.               
       
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 2 sur 5.
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
%d blogueurs aiment cette page :