RSS

«Sacha Guitry intime» ou Sacha et ses femmes. Un spectacle d’Anthéa Sogno, d’après les souvenirs de Fernande Choisel. Collaboration artistique Marie Simon, Jacques Décombe. Par la compagnie «L’Anthéâtre de Monaco». (Avignon, 29-07-2021, 20h15)★★★

29 Juil

D’entrée de jeu, on croirait à du boulevard,         
Mais vite on boit ses mots comme un papier buvard.           
C’est bien rythmé, enjoué, sans être bavard.         
Les enchaînements fusent et piquent comme un dard.          

Une pièce qui a du sens et les éveille,        
Que l’on butine en savourant le fiel d’abeille         
Qui s’enrichit au contact de chaque nouvelle          
Fleur ajoutée aux collections de demoiselles.        

«Fernande Choisel, la fidèle secrétaire»,          
Au bout de trente ans, n’a plus envie de se taire.      
Elle conte, par le truchement d’Anthéa,         
Les passions d’écrivain et d’amoureux, Sacha …          

Dont elle fut «complice» d’intimes instants.          
«Quel divorc'(e) ? J’n’avais épousé que son talent» …           
Rupture littéraire évoquant tous les grands            
Noms qui, dans sa vie, ou dans son lit, défilèrent           
Et firent naître de beaux écrits de carrière.            

«Perdue dans trente ans de secrétariat», Fernande        
Les ressuscite et le public en redemande.        
Tableau accroché où passent toutes ces dames         
Qui s’affichent en spectacles à succès grâce aux femmes     
Qui épicèrent l’encre du stylo en flammes.             

«Bien des lettres ne sont écrites»           
«Que pour leur post-scriptum», et dites     
Avec la passion qui s’effrite,        
Ou reste, quand on les édite.         
C’est à la «Condition des Soies»         
Que se joue ce texte de choix.     

  
«Un rendez-vous d’amour avec mille personnes»       
Bercées d’humour et chavirées dès qu’il les sonne.       
«Il ne laisse jamais rien au hasard, à moins»         
«De ne l’avoir soigneusement organisé»            
«Lui-même» et sachant bien le théâtraliser,        
Magnifiant les défauts avec un divin soin.             

«Si je critique les femmes, c’est pour pouvoir»          
«En parler longtemps», il s’en fait donc un devoir.           
«Les souvenirs sont des nids douillets pour les rats»             
«Du chagrin», rongés par un venin scélérat.         
Ne reste qu’à «se démaquiller le moral»       
Pour mieux affronter la réalité vénale.      

«Le cœur au bord des lèvres»      
Déborde d’une fièvre.       
Compilation de ses chefs-d’œuvre littéraires        
Pour en dresser un vif hommage funéraire.         

Tout une vie consacrée à l’auteur Guitry,          
Couchée sur le papier à taper tant d’écrits.        
Partage de confidences et de souvenirs        
Trempés dans du vitriol à faire frémir       
Des salles entières inondées d’infimes désirs.        
Une interprétation irradiant de plaisir !      

«Le spectacle de sa vie va (tant) me manquer» …           
Derrière le clavier, tout son zèle planqué        
Nous offre un délicieux coin de «postérité»           
Proposé par l’amie si longtemps dévouée.  

                                   
Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge  

http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com                        
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Note : 3 sur 5.


  

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
%d blogueurs aiment cette page :