RSS

« L’Établi ». D’après le roman de Robert Linhart. Adaptation Marie-laure Boggio, Olivier Mellor. Mise en scène Olivier Mellor. Par « La Compagnie du Berger ». (Paris, 21-06-2018, 20h30) ++

21 Juin

L’après mai soixante-huit, dans l’usine Citroën
Où les ouvriers assemblent les Deux-Chevaux en chaîne,
Un brillant intellectuel, engagé volontaire,
S’identifie à eux, se frotte au travail terre à terre.

Une étude sociologique approfondie,
D’une grande tenue littéraire, décrit
Une « organisation dans la classe ouvrière »
Infiltrée par celui qui dévoile l’enfer.

« Pour construire des objets et broyer des hommes »,
On les parque dans des entrepôts où la somme
Des gestes répétitifs détruit et assomme.
Orchestre, montage sonore et vidéo
S’allient pour animer les différents tableaux.

« Salle en Pierre » au « Théâtre de l’Épée de Bois »,
Un impressionnant décor se déplace en roi
De la ferraille. Scénographie que l’on croit
Réelle par quelques artifices de choix.

La mise en scène au mécanisme bien huilé
Fracasse tout et se fait fort de contrôler
Chaque objet qui va et vient au rythme frappé
Par les cadences infernales au son martelé.

La musique et la tôle explosent jusqu’au sol,
Dans une gamme majeure, unis sans bémol.
« La production écrase la matière humaine »
Dans une accélération où la grève est vaine.

Si l’ambiguïté règne autour de « L’Établi »,
C’est qu’à la double-tâche, un double-sens s’inscrit,
Distinguant ou bien confondant l’homme et l’outil.
La porte passée, son humanité s’oublie.

+ + + +

Avignon, Grande salle, « Présence Pasteur »,
Venez vous faire vacciner contre la peur.
Limpide écriture aux judicieuses remarques
Décochées, façon habile tireur à l’arc,
Sur l’écran des revendications où défilent
Les têtes grossies des patrons qui défilent.

Témoignage qui claque
Quand les jointures craquent
Dans le vent de l’arnaque
Sociale qui se plaque
Aux faces mises en vrac
Des grévistes qu’on traque.
Mouvement mis à sac
Dans un récit qui sacque.

Afin de rester zen,
Ne plus avoir la haine,
Voyez-les sur la scène
Ne pas être à la traîne.
Les carcasses s’enchaînent,
Les autos se déchaînent.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.