RSS

« La Cerisaie ». D’Anton Tchekhov. Traduction André Markowicz, Françoise Morvan. Mise en scène Yann-Joël Collin. Par la compagnie « La Nuit surprise par le Jour ». (09-05-2016, 20h00) +-

09 Mai

Ennui palpable et risible à « La Cerisaie ».
On le perçoit tel que sous Tchekhov il était,
Dans ces terres lointaines étayées de futaies.
Un plateau désespérément vide se fait
L’écho de notre imagination qui se plaît
A le meubler de nos souvenirs contrefaits
Par la mise en scène qui surprend en effets.

On reconnaît qu’il s’agit d’une cerisaie,
On l’entend clairement dans le texte parfait
Où l’absence d’argent arrache nos tympans
Dans une scénographie qui sidère un temps.

Les sentiments sont exacerbés et oscillent
Entre l’extravagance et la grandiloquence
Jusqu’à ce que tout s’amplifie et puis vacille
Dans le fracas de la perte des biens d’aisance.

Une animation musicale, façon club,
Donne l’impression de s’ébattre dans un pub.
Au moins ça distrait
Et puis ça égaye
L’atmosphère un peu lourde
Où ils épient les bourdes
Des uns et des autres qui n’ont rien à se dire,
Déchirés entre amour et désir de médire.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Publicités
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s