RSS

« Le Songe de Mina », de et par Juliette Wiatr. Mise en scène Muriel Henry. Par la « Compagnie de La Grande Echelle ». (21-10-2013, 21h30)+

21 Oct

Au « Théâtre Clavel »,
Elle ouvre grand ses ailes,
Oublier la tutelle
Qui brise élans et zèle.

S’échappant de la tête de Mina, ses rêves
Peuplent ses jours et nuits, la poursuivant sans trêve
Et depuis sa plus tendre enfance ils se bousculent
A travers les expériences qu’elle accumule.

Si elle semble vivre par procuration,
C’est qu’elle se sent à l’étroit dans sa maison
Où chacun lui dicte sa conduite. Prison
Dont elle repousse les murs avec passion.

Mal à l’aise dans les chaussures de sa mère,
Elle doit survivre aux désagréments scolaires,
Surmonter les propos d’un chef qui exagère,
Faire face aux situations qui l’exaspèrent.

La petite fille qui se sent mal aimée
S’accroche désespérément à tous ses songes,
Repoussant énergiquement tous les mensonges.
A l’espoir d’être chanteuse elle est arrimée.

Il lui faut la force de briser le cocon,
Accepter de ne plus se laisser écraser,
Pour enfin, son rêve caché, réaliser.
Assistons à sa profonde transformation.

Dans son parcours initiatique elle évolue
Et c’est à travers ses échecs qu’elle évalue
Ce qui la fit passer à côté de sa vie.
Elle mettra tout en branle pour ses envies.

Mina, à sept, quatorze ou vingt et un printemps,
S’enhardit, pour qu’arrivée à ses vingt-huit ans,
La petite sirène dénoue le serpent
Qui paralysait sa bouche et ses poumons. En

Saisissant le micro, ou bien en Peter Pan,
C’est en aquatique Mary Poppins, volant,
Que sur sa belle affiche elle va s’envolant
Au-delà des roseaux, poissons, livres charmants.

Ce spectacle très visuel, compris de tous,
Peut être vu par un public non francophone,
Tellement les borborygmes aux oreilles sonnent,
Quand, devant nos yeux, grandit une jeune pousse.

Joli travail d’araignée qui tisse sa toile,
Méticuleusement, afin que de ce voile
Oscillant entre long rêve et réalité,
S’extirpe enfin toute sa sensibilité.

Minutieux jeu de clown, survivant aux séismes,
Qui s’affranchit des barrages avec héroïsme,
Pour conquérir son destin et trouver sa voie
En laissant soudain éclater de joie sa voix.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 21 octobre 2013 dans 3 Envie de théâtre

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s