RSS

« Hyde, l’ombre et la lumière ». De Isabelle Florel et Serge Kadoche. Librement inspiré de Robert Louis Stevenson. Par la « Compagnie 1888 ». (30-04-2013, 20h30)+++

30 Avr

Aux confins du « Théâtre de Ménilmontant »,
La face cachée du Mal submerge le temps
Qui rétrécit entre deux crises du néant
Qui plonge l’être avili dans un bain de sang.

Peut-on « imaginer que l’ombre se libère »
Pour finalement entrer « en pleine lumière » ?
Est-ce le Bien ou le Mal que l’on considère …
La transgression s’avère-t-elle nécessaire
Pour que s’épanouisse tout l’art littéraire ?

Une étonnante métamorphose s’opère,
Accompagnée d’impressionnants coups de tonnerre
Et orchestrée par un déferlement d’éclairs,
D’où surgit l’étrange bête qui tout altère.
« Puissance maléfique qui se régénère ».

Dans une graduelle montée en puissance,
Qui s’amplifie et exacerbe tous les sens,
Les soubresauts de l’horrible transformation,
Sous nos yeux, exercent une fascination.

L’affreux remède le soulage et l’empoisonne,
Sa sombre folie meurtrière l’emprisonne.
« Deux dans un seul corps », c’est cela qui désarçonne.
Et « me voilà prisonnier de mon ignorance » …
Quelle peut être l’issue de tant d’arrogance ?

Toutes ces expériences menées à outrance
Détruisent jugement et état de conscience
Des limites, du détournement de la science,
Franchies monstrueusement en toute déviance.

L’art consiste à mêler deux monstres légendaires
Et à les fusionner avec « Jack l’Éventreur »
Pour que le fantastique, joué par les acteurs,
Intègre notre réalité ordinaire.

Le parallèle Jekyll / Jack, en double Jeu,
Invention réussie, on n’y voit que du feu,
Révèle les atroces pulsions démoniaques
Qui investissent les entrailles des maniaques.

Un dédoublement de la personnalité
Revêt une « menaçante dualité »
Et fait soudain exploser la rivalité
Des docteurs et de Jekyll par Hyde habité.

Une mise en scène électrique et lumineuse
Dont chaque flash réserve une surprise heureuse.
Chaque détail éclaire et a son importance,
Jusqu’au jumelage où sont toujours en présence

Domicile et laboratoire d’omniscience,
Mis en valeur par des trucages d’apparence.
Des décors qui laissent filtrer toute l’angoisse
Et s’imaginer ceux dont la vie n’est que poisse.

Apprenti sorcier ou tueur professionnel,
Quand la démesure devient obsessionnelle,
Elle se doit d’être interprétée brillamment,
Ce que les comédiens font remarquablement,
Pour que de la fange sorte un petit diamant.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.free.fr
https://bclerideaurouge.wordpress.com
Copyright BCLERIDEAUROUGE – tous droits réservés

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 30 avril 2013 dans 3 Envie de théâtre

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :