RSS

«Au bonheur des hommes» , Cabaret satirique et musical (18-09-2011) ★★★

18 Sep

« Lucernaire, Salle Rouge »,
Elles sont dans le rouge.
Où est Eva ?
Elle n’est pas là ?

Quand le trio arrive,
Sorti de sa dérive,
Ambiance garantie,
Oubliés les soucis.

Premier trio « Djazz’Elles »,
Elles font bien du zèle.
Sur simple contrebasse,
L’univers elles embrassent.
Sur un petit violon
Et un accordéon,
Le monde elles refont.

Second trio très chaud
Pour décrier bien haut
Un monde pas si beau.
Et il n’est pas trop tôt
Pour crier aux fachos
De s’enfuir au galop
De ce monde nouveau.

Réunion des trios
Qui se fait aussitôt
Et nous pourrons bientôt
Nous écrier Bravo !

Fausses Tziganes et vrais loustics
Égratignent la politique,
Tentent de sauver la planète
Des frayeurs piégées. C’est très chouette,
Ce passage à la moulinette
Des comportements pas très nets.

« Soyez les malvenus au bonheur des hommes »,
Chacun ou chacune en aura pour sa pomme.
Que ça grince ou que ça grogne,
Les idées fusent et cognent
Pour fustiger bien des trognes.

Ils polluent tout ce qui va mal
Et l’enferment bien dans des malles,
Ils encensent tout ce qui va bien,
Même si ça ne sert à rien.

C’est superbement orchestré
Et d’une grande variété.
Ils s’approprient en totalité
Le plateau nu, tout en liberté.
Ils l’habillent de leur présence,
Avec bonne humeur et prestance.

Un bien joli rideau
Fait de bouteilles d’eau,
En plastique
Qu’on plastique.
« L’unique idole
C’est le pétrole ! »

Un petit navire
Qui tout seul chavire.
« La Guerre Sainte,
Au Nom de Dieu,
Et ce petit sacrifice
Fera le plus grand délice
Du jardin des Bienheureux ! »

« Demain, la terre dira aux hommes,
Ne vous battez plus pour ma pomme »
Et, tout bien réfléchi, en somme,
Méfiez-vous de ce qu’on consomme.
« L’eau qui coule sur terre
Nourrit les actionnaires. »

On vient au « Lucernaire »
Tourner le « Limonaire »,
C’est la grande tuerie
D’orgues de barbarie.

Car quand rime
« Lucernaire »
Mercenaire
Militaire
Terre à terre,

C’est qu’on trime
Au travers
Du désert
Qui nous sert
de dessert.

Mal bouffe on bouffe
Et on s’étouffe.

Sur un rythme endiablé
Ils repoussent le blé
Qui n’apporte du blé
Qu’aux riches affublés
D’idées vraiment troublées.

OGM Oh que j’aime
OGM Oh géhenne
OGM Oh j’ai haine

Organisme Génialement Modifié
Ordure Généreusement Mutilée
Occire Génétiquement ce Mal-aimé.

Et à Carcassonne,
Ou bien à Bayonne,
Rien ne les bâillonne.
Qu’en bien ils raisonnent,
Ils en font des tonnes
Pour qu’en nous résonnent
Leurs chansons si bonnes.

En vingt-quatre tableaux
Ils nous dressent un plateau
De quelques infamies
Qui sont nos ennemies.

Ces chansonniers des temps modernes
Nous éclairent de leur lanterne,
S’attaquant à tous les sujets,
S’attardant au moindre rejet.

Leur spirituel
Et très beau spectacle,
Comme un vrai miracle,
Nous emmène au ciel !

Ensemble très talentueux,
Complémentaire et vertueux,
Qui ne mâche pas ses mots
Pour nous guérir de tous les maux,
Nous faire rire fort à propos,
Nous séduire d’un air moqueur
Par leur esprit vif et rageur.

Béatrice Chaland / BC. Le Rideau Rouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com
http://bclerideaurouge.free.fr
Copyright BC. Le Rideau Rouge – tous droits réservés

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 septembre 2011 dans 3 Envie de théâtre

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :